Bible-tube.com La tragédie des siècles 20

  All videos -

LE SPIRITISME

L'enseignement des Écritures sur le ministère des anges -- qui est, pour le disciple du Christ, une vérité des plus consolantes et des plus précieuses -- a été obscurci et perverti par les erreurs de la théologie populaire. La doctrine de l'immortalité naturelle de l'âme, empruntée à la philosophie païenne, n'a obtenu droit de cité dans l'Église chrétienne qu'à la faveur des ténèbres de la grande apostasie qui, sitôt installée, a supplanté la doctrine scripturaire selon laquelle « les morts ne savent rien ». On en est ainsi venu à croire que les anges de Dieu, « envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut », sont les esprits des morts, bien que, selon la Bible, les anges aient existé et joué un rôle dans l'histoire humaine avant qu'un seul être humain eût passé par la mort.  jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne
La doctrine de l'état conscient des morts, et surtout la croyance au retour des esprits des morts pour exercer un ministère en faveur des vivants, ont préparé le chemin du spiritisme moderne. Si les morts sont admis en la présence de Dieu, et s'ils jouissent de connaissances infiniment supérieures à celles qu'ils possédaient auparavant, pourquoi ne reviendraient-ils pas sur la terre pour éclairer et instruire les vivants? Si, comme l'enseignent certains théologiens, les esprits des morts planent au-dessus de leurs amis vivant sur la terre, pour quelle raison n'entreraient-ils pas en communion avec eux pour les mettre en garde contre le mal et les consoler dans leurs afflictions? Pourquoi ceux qui croient à l'état conscient des morts repousseraient-ils les secours spirituels apportés du ciel par des êtres soi-disant glorifiés? Ce moyen de communication, considéré comme sacré, donne à Satan la possibilité de travailler à l'accomplissement de ses desseins. Les anges déchus, soumis à ses ordres, se présentent comme les messagers du monde des esprits. Tout en prétendant les mettre en rapport avec les morts, le prince du mal exerce sur les vivants sa puissance de fascination.
jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne
Il a le pouvoir de faire apparaître aux hommes l'image de leurs amis décédés. La contrefaçon est parfaite; les traits bien connus, les paroles, le son de la voix sont reproduits de façon merveilleusement distincte. Les gens sont consolés par l'assurance que leurs bien-aimés jouissent de la félicité céleste, et, sans se douter du danger qu'ils courent, ils prêtent l'oreille à « des esprits séducteurs et à des doctrines de démons ».

Quand Satan les a convaincus d'être réellement en communication avec les morts, il fait apparaître à leurs yeux des personnes descendues dans la tombe sans y être préparées. Elles se disent heureuses dans le ciel, et prétendent même y occuper une position élevée. Et ainsi se répand au près et au loin l'erreur selon laquelle il n y aurait pas de différence entre le juste et le méchant. Les visiteurs du monde des esprits donnent parfois des avertissements opportuns. Mais dès qu'ils ont gagné la confiance, ils se hasardent à enseigner des doctrines qui sapent la foi aux saintes Écritures. Tout en paraissant s'intéresser profondément au bien de leurs amis sur la terre, ils insinuent les erreurs les plus dangereuses. Le fait qu'ils énoncent certaines vérités et qu'ils peuvent parfois annoncer l'avenir, inspire confiance en leurs dires, et, ainsi, leurs faux enseignements sont acceptés aussi facilement et crus aussi implicitement par les foules que s'il s'agissait des vérités les plus sacrées de la Bible. La loi de Dieu est écartée, l'Esprit de grâce est méprisé, le sang de l'alliance est tenu pour une chose profane. Les esprits nient la divinité de Jésus-Christ et se mettent eux-mêmes au niveau du Créateur. C'est ainsi que, sous un déguisement nouveau, le grand rebelle dirige contre Dieu la guerre qu'il a commencée dans le ciel et qu'il poursuit sur la terre depuis six mille ans.
jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne
Plusieurs tentent d'expliquer les manifestations spirites en les attribuant toutes à la fraude et à la prestidigitation. S'il est vrai qu'on a souvent donné des tours de passe-passe pour des phénomènes authentiques, il n'en reste pas moins qu'il y a des manifestations réelles d'une puissance surnaturelle. Les bruits mystérieux par lesquels le spiritisme moderne a commencé n'étaient pas le fruit de la supercherie mais bien le fait de mauvais anges, qui inauguraient ainsi une des séductions les plus néfastes. L'idée que le spiritisme n'est qu'une imposture contribuera à tromper une foule de gens. Dès qu'ils se trouveront en face de manifestations qu'ils seront forcés de reconnaître comme surnaturelles, ils seront séduits et en viendront à les considérer comme la grande puissance de Dieu.

Ces personnes ne tiennent pas compte des enseignements de l'Écriture touchant les miracles opérés par Satan et ses agents. C'est par la puissance de Satan que les magiciens de Pharaon imitèrent les prodiges de Dieu. Paul affirme qu'avant le retour du Seigneur, il y aura des phénomènes analogues dus à la puissance satanique. Le second avènement du Christ sera précédé de manifestations de « la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l'iniquité » (
2 Thessaloniciens 2.9, 10 ). Saint Jean décrit ainsi les manifestations diaboliques de cette puissance dans les derniers jours : « Elle opérait de grands prodiges, même jusqu'à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu'il lui était donné d'opérer. » ( Apocalypse 13.13, 14 ) Ces prophéties ne parlent pas d'impostures. Les habitants de la terre seront séduits non par de prétendus miracles, mais par de réels prodiges.
jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne
Le prince des ténèbres, qui applique depuis si longtemps toutes les ressources de sa vaste intelligence à son oeuvre de séduction, adapte habilement ses tentations aux gens de toute classe et de toute condition. Aux personnes cultivées et raffinées, il présente le spiritisme sous un aspect élevé et intellectuel, et réussit ainsi à en prendre plusieurs dans ses pièges. La sagesse que le spiritisme communique est celle que décrit l'apôtre Jacques; elle « ne vient point d'en haut; mais elle est terrestre, charnelle, diabolique » (
Jacques 3.15 ). Le grand séducteur a toutefois soin de se dissimuler chaque fois que cela répond mieux à ses intentions. Celui qui pouvait se manifester devant Jésus, au désert de la tentation, dans la gloire d'un séraphin, se présente aux hommes sous les formes les plus attrayantes : voire comme un « ange de lumière » ( 2 Corinthiens 11.14 ). Il propose à la raison des sujets élevés; il captive la fantaisie par des scènes grandioses, il s'empare des affections par d'éloquentes descriptions de l'amour et de la charité; il tente l'imagination par de sublimes envolées et pousse les hommes à tirer un tel orgueil de leur sagesse qu'ils en viennent à mépriser l'Éternel dans leur coeur. Cet être puissant, qui pouvait conduire le Rédempteur du monde sur une haute montagne et faire passer devant lui les royaumes du monde et leur gloire, présentera aux hommes des tentations capables de fausser les sens de tous ceux qui ne sont pas protégés par la puissance divine.

Satan séduit maintenant les hommes comme il le fit pour Ève : en les flattant, en les poussant à rechercher des connaissances défendues, en excitant en eux l'ambition des grandeurs. C'est par ces moyens qu'il amena la chute de nos premiers parents, et qu'il s'efforce de consommer la ruine de l'humanité. « Vous serez comme des dieux, dit-il, connaissant le bien et le mal. » (
Genèse 3.5 ) Le spiritisme enseigne que l'homme « est un être progressif; que sa destinée est de se rapprocher éternellement de la divinité ».

« L'intelligence, nous dit-il, ne connaîtra pas d'autre juge qu'elle-même... Le jugement dernier sera équitable parce que ce sera le jugement de soi-même... Le trône est au dedans de vous. » Un docteur spirite s'exprime ainsi : « Dès que la conscience spirituelle s'éveille en moi, mes semblables m'apparaissent tous comme des demi-dieux non déchus. » Un autre écrit : « Tout être juste et parfait est Jésus-Christ. »

Ainsi, à la justice et à la perfection du Dieu infini, véritable objet de notre culte; à la justice parfaite de sa loi, norme vraie de l'idéal humain, Satan a substitué la nature pécheresse et faillible de l'homme lui-même, comme seul objet de culte, comme seule règle de jugement et seule mesure du caractère. Ce n'est pas un progrès, mais une régression.

Une loi de notre nature intellectuelle et spirituelle veut que nous soyons changés par ce que nous contemplons. L'esprit s'adapte graduellement à l'objet qu'il admire. Il finit par ressembler à ce qu'il aime et révère. Mais l'homme ne s'élève pas au-dessus de son idéal de pureté, de bonté et de vérité. Si le moi est le seul idéal qu'il se propose, jamais il ne s'élèvera plus haut. Il descendra plutôt, et descendra très bas. Seule la grâce de Dieu a le pouvoir d'ennoblir l'homme. Abandonné à lui-même, il s'avilit inévitablement.

Le spiritisme se présente au vicieux, à l'amateur du plaisir et au sensuel sous un déguisement moins raffiné qu'à celui qui a de la culture et de hautes aspirations. Chacun y trouve ce qui correspond à ses inclinations. Satan étudie tous les indices de la fragilité humaine; il note tous les péchés, auxquels on est enclin, et il veille à ce que les occasions d'y tomber ne manquent pas. Il nous pousse à user avec excès de ce qui est légitime, afin d'affaiblir, par l'intempérance, nos facultés physiques, mentales, et morales. Des milliers ont succombé et succombent à des passions abrutissantes. Comme couronnement de son oeuvre, l'ennemi déclare par les esprits « que la véritable connaissance élève l'homme au-dessus de toute loi »; que « tout ce qui est, est légitime »; que « Dieu ne condamne pas »; et que « tous les péchés commis sont inoffensifs ». Dès qu'on en vient à se persuader que le désir est la loi suprême, que liberté est synonyme de licence, et que l'homme ne relève que de lui-même, qui s'étonnera de voir s'étaler de tous côtés la corruption et la dépravation? Des foules acceptent avec avidité des enseignements qui leur donnent la liberté de suivre les inclinations de leur coeur charnel. Les rênes de l'empire sur soi-même sont abandonnées à la convoitise; les facultés de l'esprit et de l'âme abdiquent devant les inclinations charnelles, et Satan voit avec joie entrer dans ses filets des milliers de personnes professant être disciples de Jésus.

Mais nul n'a lieu de se laisser séduire par les prétentions mensongères du spiritisme. Dieu a donné au monde des lumières suffisantes pour le mettre à même d'y échapper. Nous venons de le voir, les théories qui sont à la base du spiritisme entrent directement en conflit avec les enseignements les plus évidents des Écritures. La Parole de Dieu déclare que les morts ne savent rien, que leurs pensées ont péri, qu'ils n'ont plus aucune part à ce qui se fait sous le soleil, qu'ils ignorent tant les joies que les afflictions des êtres les plus chers qu'ils ont laissés sur la terre.

De plus, Dieu a expressément interdit toute prétendue communication avec les esprits des morts : Chez les anciens Hébreux, des personnes prétendaient, comme les spirites de nos jours, communiquer avec les morts. Mais les « esprits de Python », comme ils sont nommés dans la Bible, sont aussi appelés des « esprits de démons » (Comp.
Nombre 25.1-3; Psaumes 106.28; 1 Corinthiens 10.20; Apocalyse 16.14 ). Tout commerce avec eux est une abomination, et ceux qui s'y livrent sont passibles de la peine de mort. (Voir Lévitique 19.31 et 20.27 ).

La « sorcellerie » est maintenant un objet de mépris. On considère comme une superstition du Moyen Age la prétention d'entrer en rapport avec les mauvais esprits. Mais le spiritisme -- qui compte ses adeptes par centaines de milliers, que dis-je? par millions, qui a fait son entrée dans les cercles scientifiques, qui a envahi les églises et qui jouit de l'estime des corps législatifs et même des rois -- cette gigantesque séduction n'est que la réapparition, sous une autre forme, de la sorcellerie autrefois condamnée et interdite.

Si les chrétiens ne possédaient pas d'autre preuve de la nature réelle du spiritisme, le seul fait que les esprits ne font pas de différence entre la vertu et le péché, entre le plus noble, le plus pur des apôtres du Christ et le plus corrompu des suppôts de Satan devrait seul leur suffire. En prétendant que les hommes les plus vils occupent des places d'honneur dans le ciel, Satan dit au monde : « Peu importe votre genre de vie; peu importe que vous croyiez ou non en Dieu et à sa Parole; vivez comme bon vous semble : le ciel est votre patrie. » Les enseignements des docteurs spirites reviennent, en réalité, à dire : « Quiconque fait le mal est bon aux yeux de l'Éternel, et c'est en lui qu'il prend plaisir! ou bien : Où est le Dieu de la justice? » (
Malachie 2.17 ) La Parole de Dieu répond : « Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres! » ( Ésaïe 5.20 )

Personnifiés par ces esprits de mensonge, les apôtres contredisent ce qu'ils ont écrit sous l'inspiration du Saint-Esprit pendant qu'ils étaient sur la terre. Ils nient la divine origine des saints Livres et démolissent ainsi les bases de l'espérance chrétienne. Éteignant la lumière qui illumine le chemin du ciel, Satan fait croire au monde que les Écritures ne sont qu'une fable, ou tout au moins un livre convenant à l'enfance de l'humanité, et que l'on peut considérer comme suranné. Et pour remplacer la Parole de Dieu, il nous donne les phénomè,nes spirites. Par ce moyen, dont il possède le contrôle exclusif, il peut enseigner au monde ce que bon lui semble. Il rejette à l'arrière-plan le Livre par lequel lui et ses suppôts seront jugés, et il fait du Sauveur un homme ordinaire. De même que les gardes romains qui avaient veillé sur la tombe du Sauveur répandirent le rapport mensonger suggéré par les sacrificateurs pour nier la résurrection, de même les adeptes du spiritisme cherchent à prouver qu'il n'y a rien eu de miraculeux dans la vie de Jésus. Et, quand ils ont relégué le Sauveur dans l'ombre, ils avancent leurs propres miracles, qu'ils déclarent de beaucoup supérieurs aux siens.

Il est vrai que le spiritisme change actuellement de formule. Voilant ce qu'il a de plus choquant, il prend un déguisement chrétien. Mais ses déclarations faites en public et dans la presse depuis des années sont connues, et c'est là qu'il montre ce qu'il est réellement. Il ne lui est possible ni de nier ni de cacher ses enseignements.

Et, sous sa forme actuelle, loin d'être plus inoffensif, il est plus dangereux parce que plus subtil. Alors qu'autrefois il rejetait tant Jésus-Christ que les Écritures, il professe maintenant les reconnaître l'un et l'autre. Mais l'interprétation -- agréable au coeur irrégénéré -- qu'il donne de la Bible annule les vérités les plus solennelles de celle-ci. Il insiste sur l'amour, qu'il cite comme le principal attribut de Dieu, mais dont il fait un sentimentalisme efféminé qui distingue à peine le bien du mal. La justice de Dieu et son horreur du péché, les exigences de Sa sainte loi sont passés sous silence. Le décalogue est déclaré lettre morte. Des fables alléchantes et fascinantes prennent la place de la Parole de Dieu. Jésus-Christ est tout aussi bien renié qu'auparavant, mais Satan aveugle tellement les hommes qu'ils ne discernent pas ses pièges.

Peu de gens se rendent compte de la puissance de séduction du spiritisme et du danger que courent ceux qui se placent sous son influence, Beaucoup pactisent avec lui par pure curiosité. Ils n'y croient pas réellement, et reculeraient avec horreur devant la pensée d'être dominés par des esprits. Mais ils s'aventurent sur le terrain défendu, et le destructeur ne tarde pas à exercer contre leur gré son pouvoir sur eux. Une fois soumis à la direction des esprits, ils sont réellement captifs et incapables de rompre le charme par leurs propres forces. Seule la puissance de Dieu, intervenant en réponse aux ferventes prières de la foi, peut délivrer ces âmes.

Tous ceux qui se complaisent dans une habitude coupable ou dans un péché conscient frayent la voie aux tentations de Satan. Séparés de Dieu, privés de la protection de Ses anges et désormais sans défense, ils deviennent la proie du Malin. Ceux qui se mettent ainsi sous sa domination ne se doutent guère qu'il fera d'eux des instruments pour en entraîner d'autres à la ruine.

Le prophète Ésaïe déclare : « Si l'on vous dit : Consultez ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l'avenir, qui poussent des sifflements et des soupirs, répondez : Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu? S'adressera-t-il aux morts en faveur des vivants? À la loi et au témoignage! Si l'on ne parle pas ainsi, il n'y aura point d'aurore pour le peuple. » (
Ésaïe 8.19, 20 ) Si les hommes recevaient la lumière qui jaillit des Écritures touchant la nature de l'homme et l'état des morts, ils verraient dans les prétentions et les manifestations du spiritisme la puissance de Satan agissant par des signes et des miracles mensongers. Mais plutôt que de renoncer à une liberté et à des péchés agréables au coeur naturel, les multitudes ferment les yeux à la lumière, vont de l'avant sans se soucier des avertissements et tombent dans les pièges de l'ennemi. « Parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés,... Dieu leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge. » ( 2 Thessaloniciens 2.11 )

Ceux qui s'élèvent contre le spiritisme ne font pas la guerre à des hommes seulement, mais au diable et à ses anges. Ils entrent en lutte avec « les dominations, avec les esprits méchants dans les lieux célestes ». Satan ne cédera pas un pouce de terrain sans y être contraint par la puissance des saints anges. Le peuple de Dieu doit pouvoir lui résister comme l'a fait le Sauveur, par le mot : « Il est écrit. » Satan cite aujourd'hui les Écritures, comme il le faisait aux jours du Christ et il en tord le sens pour appuyer ses séductions. Ceux qui veulent tenir bon à l'heure du péril doivent, à titre personnel, comprendre la Parole inspirée.

Bien des personnes seront visitées par des esprits de démons personnifiant des parents ou des amis défunts, qui leur enseigneront les hérésies les plus dangereuses. Ces intrus feront appel à leurs plus tendres sympathies, et appuieront leurs dires par des miracles. Pour être capable de les repousser, il faut connaître la vérité scripturaire qui nous révèle que les morts ne savent rien et que les « revenants » sont des esprits de démons.

Nous sommes à la veille de la tentation « qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre » (
Apocalyse 3.10 ). Tous ceux dont la foi ne repose pas fermement sur la Parole de Dieu seront séduits et succomberont. Pour dominer les hommes, Satan recourt à « toutes les séductions de l'iniquité », qui deviendront de plus en plus puissantes. Mais il ne peut atteindre son but que si les personnes qu'il cherche à séduire se soumettent volontairement à ses tentations Ceux qui recherchent sincèrement la vérité et s'efforcent de purifier leur âme par l'obéissance, se préparent pour le conflit et trouvent une sûre défense dans le Dieu de vérité. « Parce que tu as gardé la Parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi » ( Apocalyse 3.10 ), dit le Seigneur. Plutôt que de laisser succomber sous les coups de Satan une seule âme qui se confie en lui, Dieu enverrait tous les anges du Ciel à son secours.

Le prophète Ésaïe annonce l'effrayante illusion dont les pécheurs seront victimes. Se croyant à l'abri des jugements de Dieu, ils diront : « Nous avons fait une alliance avec la mort, nous avons fait un pacte avec le séjour des morts; quand le fléau débordé passera, il ne nous atteindra pas, car nous avons la fausseté pour refuge et le mensonge pour abri. » (
Ésaïe 28.15 ) Tel sera le langage de ceux qui, se rassurant dans leur impénitence obstinée, affirmeront que le pécheur ne sera pas puni et que tous les membres de la famille humaine, quel que soit le degré de leur perversité, seront enlevés dans le ciel où ils deviendront semblables aux anges. Mais ce sera tout particulièrement le langage de ceux qui rejettent les vérités, destinées à leur servir, de défense au temps de détresse, leur préférant le refuge mensonger du spiritisme, et font « une alliance avec la mort », « un pacte avec le séjour des morts ».

L'aveuglement de notre génération dépasse toute expression. Des milliers rejettent la Parole de Dieu comme indigne de créance et se précipitent avec une confiance aveugle dans les pièges de Satan. Les sceptiques et les moqueurs dénoncent le fanatisme de ceux qui prennent parti pour la foi des prophètes et des apôtres; ils tournent en dérision les déclarations solennelles des Écritures touchant le Sauveur, le plan du salut et les rétributions futures. Ils affectent une profonde pitié pour les esprits assez étroits, assez faibles et assez superstitieux pour reconnaître les droits de Dieu et de Sa loi. Ils manifestent autant d'assurance que s'ils avaient effectivement « fait une alliance avec la mort » et « un pacte avec le séjour des morts », que s'ils avaient érigé une barrière infranchissable entre eux et la vengeance divine. Rien ne peut les effrayer. Ils sont tellement livrés à Satan, si intimement unis à lui et pénétrés de son esprit qu'ils ne peuvent ni ne veulent briser ses chaînes. Le tentateur s'est préparé de longue main pour cet assaut final. Il a jeté les fondements de son oeuvre dans l'assurance donnée à Ève : « Vous ne mourrez point.... Le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » (
Genèse 3.4, 5 ) Petit à petit, il a préparé le terrain pour son chef-d'oeuvre de séduction : le spiritisme. Il n'a pas encore pleinement atteint son but; mais il l'atteindra à la dernière heure. Le prophète dit : « Je vis... trois esprits impurs, semblables à des grenouilles. Car ce sont des Esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant. » ( Apocalyse 16.13, 14 ) À l'exception de ceux qui sont gardés par la foi en la Parole de Dieu, le monde entier sera enveloppé dans cette redoutable séduction. Et l'humanité sommeille dans une fatale sécurité d'où elle ne sera tirée que par les effets de la colère de Dieu.

Qu'a dit le Seigneur? « Je ferai de la droiture une règle, et de la justice un niveau; et la grêle emportera le refuge de la fausseté, et les eaux inonderont l'abri du mensonge. Votre alliance avec la mort sera détruite, votre pacte avec le séjour des morts ne subsistera pas; quand le fléau débordé passera, vous serez par lui foulés aux pieds. » (
Ésaïe 28.17, 18 )
 

LES VISÉES DE LA PAPAUTÉ

L'attitude des protestants envers l'Église de Rome est infiniment plus favorable aujourd'hui qu'autrefois. Dans les pays où le catholicisme est en minorité, et où il se fait conciliant pour étendre son influence, l'indifférence est de plus en plus grande à l'égard des doctrines qui le séparent des églises réformées. On en vient même à penser qu'en définitive les divergences sur les questions vitales ne sont pas aussi considérables qu'on l'avait supposé, et que certaines concessions de la part du protestantisme permettraient une entente avec la hiérarchie. Il fut un temps où les protestants attachaient une grande valeur à la liberté de conscience acquise à grand prix. Ils inculquaient à leurs enfants l'idée que la recherche d'un accord avec Rome équivalait à une infidélité à l'égard de Dieu. Combien les choses ont changé!

Les défenseurs de Rome prétendent que leur Église a été calomniée, et le monde protestant est enclin à les croire. Plusieurs déclarent qu'il est injuste de tenir l'Église d aujourd'hui responsable des abominations et des absurdités qui ont souillé son règne pendant les siècles d'ignorance et de ténèbres. Ils attribuent sa cruauté à la barbarie des temps, et affirment que sous l'influence de la civilisation moderne elle a changé de sentiments.

On oublie la prétention à l'infaillibilité maintenue par la hiérarchie au cours de huit siècles, prétention qui, loin d'être abandonnée, a été proclamée au dix-neuvième siècle avec plus d'éclat que jamais. Comment la curie romaine pourrait-elle renoncer aux principes qui l'ont régie au cours des siècles passés puisque, à l'en croire, l'Eglise n'a « jamais erré » et que, selon les Écritures, elle « n'errera jamais »? (Moshein, Eccl. Hist, liv. III, 2e p., ch II, par. 9, note 1.)

Jamais l'Église n'abandonnera sa prétention à l'infaillibilité. Tout ce qu'elle a fait contre ceux qui refusaient d'accepter ses dogmes, elle le considère comme légitime. N'agirait-elle pas de même si l'occasion s'en présentait? Que viennent à tomber les restrictions qui lui sont actuellement imposées par les gouvernements; que Rome vienne à recouvrer son ancienne puissance, et l'on ne tardera pas à voir se réveiller son esprit tyrannique et ses persécutions.

Un auteur connu s'exprime comme suit touchant l'attitude de la hiérarchie papale à l'égard de la liberté de conscience et des dangers que fait courir le succès de sa politique en particulier aux États-Unis :

« Il ne manque pas de gens enclins à attribuer au fanatisme ou à l'enfantillage les craintes qu'inspirent les progrès frappants du catholicisme aux États-Unis. Ces personnes ne voient rien dans le caractère et l'attitude du romanisme qui soit contraire à nos libres institutions, et elles n'aperçoivent rien de bien menaçant dans ses progrès. Comparons donc quelques-uns des principes fondamentaux de notre gouvernement avec ceux de l'Église catholique.

« La Constitution des États-Unis garantit la liberté de conscience. Rien n'est plus précieux ni plus fondamental. Le pape Pie IX, dans son encyclique du 15 août 1854, dit ceci : « Les doctrines absurdes, erronées ou extravagantes favorables à la liberté de conscience sont une erreur pestilentielle, une peste des plus redoutables pour un État. » Le même pape, dans son encyclique du 8 décembre 1864, « anathématise ceux qui réclament la liberté de conscience et de culte », ainsi que « ceux qui dénient à l'Église le droit de se servir de la force ».

« Le ton pacifique de Rome aux États-Unis n'implique pas nécessairement un changement de convictions. Elle est tolérante là où elle est impuissante. L'évêque O'Connor a dit : « La liberté religieuse n'est tolérée que jusqu'au moment où l'on pourra faire le contraire sans péril pour le monde catholique. » L'archevêque de Saint-Louis dit, d'autre part : « L'hérésie et l'incrédulité sont des crimes; aussi, dans des pays chrétiens, comme l'Italie et l'Espagne, par exemple, où chacun est catholique, et où la religion catholique fait essentiellement partie des lois, elles sont punies à l'égal des autres crimes. »

« Tout cardinal, archevêque et évêque de l'Église catholique prête au pape un serment de fidélité, serment dans lequel se trouvent les paroles suivantes : « Je persécuterai et poursuivrai de toutes mes forces les hérétiques, les schismatiques, et tous les rebelles à notre dit seigneur [le pape] ou à ses successeurs. » (Dr Josiah Strobg, Our Country, ch. V.)

Il est vrai qu'il y a dans la confession catholique des chrétiens authentiques. Des milliers de membres de cette église servent Dieu au plus près de leur conscience et de leurs lumières. Comme on ne leur permet pas de lire l'Écriture, ils ne peuvent connaître la vérité. Ils n'ont jamais vu le contraste existant entre un culte spontané et l'accomplissement d'une série de cérémonies. Dieu entoure d'une tendre compassion ces âmes instruites, malgré elles, dans une foi erronée et trompeuse. Il veillera à ce que des rayons de lumière dissipent les ténèbres qui les enveloppent; il leur révélera la vérité telle qu'elle est en Jésus, et elles se rangeront un jour en grand nombre parmi son peuple.

Mais le catholicisme, en tant que système, n'est pas plus près de l'Évangile maintenant qu'à aucune autre période de son histoire. Si les églises protestantes n'étaient pas plongées dans de profondes ténèbres, elles discerneraient les signes des temps. L'Église romaine poursuit de vastes projets. Elle use de tous les moyens pour élargir le cercle de son influence et accroître sa puissance en prévision d'un combat acharné pour reprendre le sceptre du monde, rétablir la persécution et renverser tout ce que le protestantisme a établi. Le catholicisme gagne du terrain de tous côtés. Voyez le nombre croissant de ses églises et de ses chapelles dans les pays protestants. Considérez la popularité dont jouissent, en Amérique, ses collèges et ses séminaires que fréquente nombreuse jeunesse protestante. Considérez le développement du ritualisme en Angleterre et le grand nombre de transfuges qui passent dans les rangs du catholicisme. Ces faits devraient inquiéter tous ceux qui apprécient les purs principes de l'Évangile.

Les protestants ont fraternisé avec le papisme; ils lui ont fait des concessions dont les catholiques sont eux-mêmes surpris, et qu'ils ne comprennent pas. Ils ferment les yeux sur la vraie nature du romanisme ainsi que sur les dangers qu'entraînerait sa suprématie. Les gens doivent être réveillés en vue d'enrayer les progrès de ce redoutable ennemi de nos libertés civiles et religieuses.

Beaucoup de protestants s'imaginent que la religion catholique n'est pas attrayante et que son culte ne se compose que d'une série de cérémonies fastidieuses. C'est une erreur. Bien qu'elle repose sur une base fausse, ce n'est pas une imposture grossière. Le cérémonial de l'église romaine est des plus impressionnants. Sa pompe et ses rites solennels fascinent les sens et imposent le silence à la raison et à la conscience. Ses églises magnifiques, ses processions grandioses, ses autels dorés, ses riches reliquaires, ses oeuvres d'art et ses sculptures exquises charment les yeux et ravissent les amateurs du beau. L'oreille est captivée par une musique sans égale. Les puissants accords des orgues accompagnés de choeurs de voix d'hommes, et dont les sonorités sont répercutées par les voûtes des grandes cathédrales, tout cela berce les âmes dans l'adoration et le recueillement. Mais cette pompe et cette splendeur extérieure, qui trompent les aspirations des âmes meurtries par le péché, trahissent une corruption intérieure. La religion du Christ n'a pas besoin de tant de mise en scène pour la recommander. À la lumière de la croix, le vrai christianisme paraît si pur et si attrayant qu'il n'a pas besoin d'appâts extérieurs pour en rehausser la valeur. La beauté de la sainteté, l'esprit doux et paisible qui a du prix devant Dieu lui suffisent.

L'éclat du style n'est pas nécessairement l'indice de pensées pures et nobles. Des hommes égoïstes et sensuels peuvent avoir un goût exquis et de hautes conceptions artistiques. Aussi Satan s'en sert-il pour faire oublier aux humains les besoins de leur âme, pour leur faire perdre de vue la vie future, les détourner de leur puissant Protecteur et les engager à ne vivre que pour ce monde.

Une religion tout extérieure est attrayante pour le coeur naturel. Le faste et les cérémonies du culte catholique ont une puissance de séduction et de fascination qui pousse une foule de personnes sentimentales à considérer l'Église de Rome comme la porte même du ciel. Seuls ceux qui ont posé le pied sur le Rocher de la vérité et dont le coeur est régénéré par l'Esprit de Dieu sont à l'abri de son influence. Des milliers d'âmes, ne connaissant pas le Sauveur par une expérience vivante, accepteront les formes d'une piété dépourvue de force morale. C'est là, du reste, la religion qui plaît à la multitude.

La prétention de l'Église au droit de pardonner est pour beaucoup d'âmes un encouragement au péché. La confession, sans laquelle elle n'accorde pas son pardon, tend également à autoriser le mal. Celui qui fléchit les genoux devant un homme pécheur et lui révèle les pensées et les secrètes fantaisies de son coeur dégrade sa virilité et avilit les instincts les plus nobles de son âme. En dévoilant les péchés de sa vie à un prêtre, c'est-à-dire à un mortel sujet à l'erreur -- quand il n'est pas adonné au vin et à l'impureté -- l'homme échange sa noblesse morale, contre une flétrissure. Et comme le prêtre est pour lui le représentant de la divinité, son idée de Dieu est ravalée au niveau de l'humanité. Cette confession dégradante d'homme à homme est la source cachée d'une bonne partie des maux qui affligent le monde et le mûrissent pour sa destruction finale. Néanmoins, pour celui qui aime ses vices, il est plus agréable de se confesser à un mortel comme lui que d'ouvrir son coeur à Dieu. La nature humaine préfère subir une pénitence plutôt que d'abandonner le péché; il est plus facile de mortifier sa chair par le cilice et les chardons que de crucifier ses passions. Le coeur naturel préférera bien des jougs blessants à celui de Jésus-Christ.

Il y a une ressemblance frappante entre l'Église de Rome et le judaïsme des jours de Jésus. Bien que foulant secrètement aux pieds tous les principes de la loi divine, les Juifs en observaient rigoureusement les préceptes extérieurs qu'ils surchargeaient de pratiques et de traditions d'une observance pénible et tracassière. De même que les Juifs se disaient respectueux de la loi, de même les romanistes prétendent l'être de la croix. Ils glorifient le symbole des souffrances de Jésus-Christ tout en reniant par leur vie celui qui est représenté par ce symbole.

Les catholiques placent des croix sur leurs églises, sur leurs autels et sur leurs vêtements. Partout la croix du Sauveur est visiblement honorée et révérée, tandis que ses enseignements sont ensevelis sous une masse de traditions puériles, de fausses interprétations et de rites fastidieux. Les paroles du Sauveur concernant les Juifs fanatiques s'appliquent avec plus de force encore aux chefs de l'Église catholique romaine : « Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes; mais ils ne veulent pas les remuer du doigt. » (
Matthieu 23.4 ) Les âmes consciencieuses tremblent jour et nuit à la pensée d'avoir offensé Dieu, tandis qu'un bon nombre des dignitaires de l'Église vivent dans le luxe et les plaisirs sensuels.

Le culte des images et des reliques, l'invocation des saints et les honneurs rendus au pape sont des pièges de Satan dirigeant les esprits loin de Dieu et de Son Fils. En vue de consommer la ruine des âmes, l'adversaire détourne leur attention du seul Être capable d'assurer leur salut et donne des substituts à Celui qui a dit : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. » (
Matthieu 11.28 )

L'effort constant de l'ennemi tend à fausser le caractère de Dieu, la nature du péché et l'enjeu véritable du plan du salut. Par ses sophismes, il atténue les exigences de la loi divine et encourage le péché. Il donne de Dieu une conception qui le fait craindre et haïr plutôt qu'aimer. Attribuant à Dieu la cruauté de son propre caractère, il incorpore la haine à des systèmes religieux et à diverses formes de culte. Des esprits ainsi aveuglés, Satan fait ses instruments dans sa guerre contre Dieu. Par cette perversion des attributs de la divinité, les nations païennes en sont venues, pour apaiser la divinité, à pratiquer des sacrifices humains et d'autres atrocités tout aussi horribles.

L'Église romaine, qui a réuni les cérémonies du paganisme à celles du christianisme, et qui, comme le paganisme, a dénaturé le caractère de Dieu, a eu recours à des pratiques non moins cruelles et révoltantes. Au temps de sa suprématie Rome recourait à la torture pour contraindre les gens à souscrire à ses doctrines. Aux réfractaires, elle réservait le bûcher. Elle organisa des massacres sur une échelle dont l'étendue ne sera connue qu'au jour du jugement. Sous la direction de Satan, leur maître, les dignitaires de l'Église étudiaient les moyens de garder leurs victimes en vie aussi longtemps que possible tout en leur infligeant des souffrances extrêmes. Dans bien des cas, le procédé était répété jusqu'à la dernière limite de l'endurance humaine, au point que, la nature finissant par céder, la victime accueillait la mort comme une douce délivrance.

Tel était le sort de quiconque osait, résister à Rome. Pour ses adhérents, elle avait la discipline du fouet, de la faim et de toutes les austérités corporelles concevables. Pour s'assurer les faveurs du ciel, les pénitents violaient les lois de Dieu régissant la nature. On les engageait à rompre des liens que Dieu avait formés pour embellir le séjour de l'homme sur la terre. Les cimetières contiennent des millions de victimes qui ont passé leur vie en vains efforts pour étouffer en eux les affections naturelles et réprimer, comme coupables aux yeux de Dieu, toute pensée et tout sentiment de sympathie envers leurs semblables.

Celui qui désire prendre sur le vif la cruauté de Satan manifestée des siècles durant, non pas chez ceux qui n'ont jamais entendu parler de Dieu, mais au centre même de la chrétienté, n'a qu'à lire l'histoire du romanisme. C'est par ce système colossal de séduction que le prince des ténèbres a réalisé son dessein de déshonorer Dieu et de plonger les hommes dans le malheur. En voyant comme il a réussi à se déguiser et à atteindre son but par les chefs de la hiérarchie romaine, on comprend mieux son antipathie pour les Écritures. En effet, la Bible révèle à ceux qui la lisent la miséricorde et l'amour de Dieu; elle les amène à comprendre que le Père céleste n'impose à l'homme aucune de ces souffrances, mais qu'il lui demande seulement un coeur humilié et contrit, un esprit humble et obéissant.

La vie de Jésus ne montre pas que, pour se préparer à aller au ciel, il soit utile de s'enfermer dans un monastère. Le Christ n'a jamais demandé à ses disciples d'étouffer les sentiments d'affection et de sympathie. Son coeur débordait d'amour. Plus on approche de la perfection morale, plus on devient sensible, plus on a le sentiment de son péché, plus grande est la sympathie qu'on éprouve pour les affligés. Le pape se dit le vicaire de Jésus-Christ; mais en quoi son caractère se rapproche-t-il de celui du Sauveur? Le Christ a-t-il jamais fait emprisonner ou torturer des gens pour ne l'avoir pas reconnu comme Roi du ciel? A-t-il jamais condamné à mort ceux qui ne le recevaient pas? Lorsqu'un jour un village samaritain refusa l'hospitalité à Jésus, l'apôtre Jean, rempli d'indignation, s'écria : « Seigneur, veux-tu que nous commandions que le feu descende du ciel et les consume? » Jésus, jetant sur son disciple égaré un regard de compassion, lui répondit : « Le Fils de l'homme est venu, non pour perdre les âmes des hommes, mais pour les sauver. » (
Luc 9.54, 56 ) Combien différents sont les sentiments de son soi-disant vicaire!

L'Église romaine se présente aujourd'hui devant le monde sous un air de candide innocence et couvre d'apologies le récit de ses cruautés. Mais sous sa livrée chrétienne, elle est inchangée. Tous les principes professés autrefois par la papauté sont encore les siens. Elle conserve des doctrines inventées dans les siècles les plus enténébrés. Que personne ne s'y trompe. La papauté à laquelle le monde protestant est aujourd'hui si enclin à rendre hommage est encore celle qui dominait sur le monde aux jours de la Réformation, alors que des hommes de Dieu dénoncèrent ses iniquités au péril de leur vie. Elle maintient toujours les prétentions orgueilleuses qui la poussèrent à s'élever au-dessus des rois et des princes, comme à se réclamer des prérogatives de la divinité. Elle n'est ni moins cruelle ni moins despotique qu'aux jours où elle supprimait la liberté humaine et livrait à la mort les saints du Très-Haut.

La papauté est exactement ce que la prophétie a dit d'elle: l'apostasie des derniers jours (voir
2 Thessaloniciens 2.3, 4 ). Sa tactique consiste à se présenter sous le déguisement qui convient le mieux à ses desseins; mais sous les dehors variés du caméléon, elle conserve toujours le venin du serpent. « On n'est pas tenu de garder la foi jurée à des hérétiques ou à des suspects d'hérésie » (Lenfant, History of Council of Constance, vol. I, p, 516 - éd. de 1728), dit-elle. Son histoire millénaire, est écrite avec le sang des saints : comment la reconnaître comme un membre de la famille chrétienne?

Ce n'est pas sans raison que l'on a affirmé dans les pays protestants que le catholicisme diffère moins du protestantisme que par le passé. Il y a eu un changement, mais ce n'est pas le fait de la papauté. Le catholicisme ressemble, en effet, beaucoup au protestantisme actuel; mais c'est parce que celui-ci s'est écarté de ses origines.

Dans la mesure où les églises protestantes ont recherché la faveur du monde, elles ont été aveuglées par une fausse charité. Pourquoi, disent-elles, le bien ne sortirait-il pas du mal? Finalement, elles en viennent à attendre du mal de tout ce qui est bien. Au lieu de se lever pour la défense de la vérité « transmise aux saints une fois pour toutes », elles s'excusent auprès de Rome de l'opinion défavorable qu'elles ont eue d'elle, et lui demandent pardon de leur bigoterie.

Beaucoup, même parmi ceux qui n'ont pas de Rome une opinion favorable, redoutent peu sa puissance et son influence. Plusieurs affirment que les ténèbres intellectuelles et morales du Moyen Age favorisaient ses dogmes, ses superstitions et son oppression, mais que les lumières supérieures des Temps Modernes, telles la diffusion générale des connaissances et la largeur de nos vues en matière religieuse, bannissent le danger d'un réveil de l'intolérance et de la tyrannie. On se rit de l'idée que le retour d'un tel état de choses soit possible. Il est vrai que notre génération est favorisée de grandes lumières intellectuelles, morales et religieuses. Des pages ouvertes du Livre de Dieu, un flot de vérité a jailli sur le monde. Mais il ne faut pas oublier que plus grande est la lumière, plus profondes sont les ténèbres de ceux qui la rejettent ou la pervertissent.

Une étude de la Parole de Dieu faite avec prière montrerait aux protestants la vraie nature de la papauté et les pousserait à l'éviter avec soin; mais beaucoup sont tellement sages à leurs propres yeux qu'ils ne voient pas la nécessité de demander humblement à Dieu de les conduire dans la vérité. Bien qu'ils soient fiers de leurs lumières, ils ne connaissent ni les Écritures, ni la puissance de Dieu. Désireux de tranquilliser leur conscience de quelque façon, ils cherchent à cet effet les moyens les moins spirituels et les moins humiliants. Ils désirent trouver une méthode leur donnant la possibilité d'oublier Dieu tout en paraissant l'honorer. Le catholicisme répond exactement à leurs besoins. Il est, en effet, conforme aux aspirations de deux classes de gens entre lesquelles se répartit à peu près toute l'humanité : ceux qui veulent se sauver par leurs mérites, et ceux qui veulent se sauver dans leurs péchés. C'est là le secret de sa puissance.

L'histoire prouve qu'un temps d'ignorance et de ténèbres a été favorable à la papauté. L'avenir montrera qu'un siècle de grandes lumières intellectuelles lui est également propice. Dans les siècles passés, alors que le monde n'avait pas accès à la Parole de Dieu, des milliers tombaient dans les pièges de Rome, faute de voir les filets tendus sous leurs pas. De nos jours, beaucoup de gens, éblouis par les théories d'une « fausse science », ne discernent pas le piège et y tombent aussi aisément que s'ils étaient aveugles. Dieu veut que nous considérions nos facultés intellectuelles comme un don de notre Créateur et que nous les mettions au service de la vérité et de la justice. Mais lorsqu'on se livre à l'orgueil et à l'ambition et que l'on met ses théories au-dessus de la Parole de Dieu, l'intelligence peut faire plus de mal encore que l'ignorance. Ainsi, la fausse science de nos jours, qui sape la foi aux Écritures, contribuera tout autant à préparer le chemin aux succès futurs de la papauté, avec ses cérémonies pompeuses, que les ténèbres du Moyen Age.

Dans le mouvement qui se dessine aux États-Unis pour assurer l'appui de l'État aux institutions et aux usages de l'Église, les protestants emboîtent le pas derrière les romanistes. Il y a plus : ils ouvrent à la papauté la porte qui lui permettra de retrouver en Amérique la suprématie qu'elle a perdue en Europe. Et ce qui rend ce mouvement plus significatif, c'est le fait que son but principal consiste à imposer l'observation du dimanche, institution qui émane de Rome, et qu'elle considère comme le signe de son autorité. Le désir de se conformer aux coutumes du monde et de vénérer des traditions humaines au lieu des commandements de Dieu pénètre dans les églises protestantes et les pousse à faire en faveur du dimanche ce que la papauté a fait avant elles. Ce désir correspond à l'esprit de Rome.

Si le lecteur veut se rendre compte des moyens qui seront mis en oeuvre dans le conflit qui se prépare, il n'a qu'à lire l'histoire des mesures employées par Rome à cet effet au cours des siècles passés. S'il désire savoir comment papistes et protestants traiteront ceux qui méconnaîtront leurs dogmes, qu'il s'instruise sur la manière dont Rome a traité le sabbat de l'Éternel et ses défenseurs.

Des édits royaux, des décisions de conciles généraux, des ordonnances de l'Église appuyées par le pouvoir séculier, tels sont les moyens qui furent employés pour donner à une fête païenne une place d'honneur dans le monde chrétien. La première disposition légale en faveur du dimanche fut l'édit de Constantin. (En 321 de notre ère. Voir
Appendice a50) Aux termes de cet édit, les habitants des villes devaient se reposer « au jour vénérable du soleil », tandis que les gens de la campagne pouvaient vaquer à leurs occupations ordinaires. Bien que cet édit fût virtuellement païen, il fut promulgué par Constantin après son adhésion au christianisme.

Estimant sans doute que le décret impérial n'était pas suffisant pour suppléer à l'absence de tout ordre divin, l'évêque opportuniste de Césarée, grand ami et flatteur de l'empereur, prétendit que Jésus avait transféré le repos du sabbat au dimanche. Eusèbe reconnaît involontairement être incapable de produire un seul témoignage scripturaire en faveur de la nouvelle institution et signale les auteurs réels du changement, en ajoutant : « Tout ce qui devait se faire le jour du sabbat, nous l'avons transféré sur le jour du Seigneur. » (Eusèbe de Césarée, Commentaire sur le Psaume 92 - Patralogie Migne, tome XXIII, col. 1172. Petit Montrouge, Paris 1887.) L'argument en faveur du dimanche, quelque faible qu'il fût, servit néanmoins à enhardir les hommes à fouler aux pieds le sabbat de l'Éternel. Tous ceux qui désiraient pactiser avec le monde acceptèrent la fête populaire.

L'affermissement de la papauté et l'exaltation du dimanche progressent parallèlement. Pendant quelque temps, les gens de la campagne continuèrent à s'occuper de leurs travaux en dehors des heures du culte, et le septième jour fut encore considéré comme le jour du repos. Mais, graduellement, un changement se produisit. On défendit aux magistrats le dimanche, de prononcer aucun jugement sur des causes civiles. Bientôt les gens de toute catégorie reçurent l'ordre de s'abstenir de toute oeuvre servile, sous peine d'amende pour les hommes libres, et de la flagellation pour les serviteurs. Plus tard, les dispositions de la loi exigèrent que les riches coupables abandonnassent la moitié de leurs biens et que, s'ils s'obstinaient à transgresser le dimanche, ils fussent réduits en servitude. Les gens des classes inférieures étaient punis d'un exil perpétuel.

On eut aussi recours aux miracles. On rapporte, entre autres, qu'un fermier, qui se disposait un dimanche à aller labourer et qui nettoyait sa charrue avec un outil de fer, vit cet outil s'attacher à sa main et y rester pendant deux ans, à sa grande douleur et à sa grande honte. (Francis West, Historical and Practical Discourse on the Lord's Day, p. 147.)

Plus tard, le pape ordonna aux curés de paroisse de réprimander les transgresseurs du dimanche et de les inviter à aller faire leurs prières à l'église sous peine des pires calamités pour eux et leurs voisins. Un synode ecclésiastique avança l'argument, si souvent employé depuis, même par des protestants, d'après lequel des gens travaillant le dimanche avaient été frappés par la foudre, ce qui prouvait que ce jour devait être le jour du repos. « Cela montre avec évidence, disaient les prélats, que grande doit être la colère de Dieu contre ceux qui profanent ce jour. » Un appel, fut ensuite adressé aux prêtres, aux rois, aux princes et aux fidèles, les invitant à « faire tous leurs efforts pour que ce jour fût honoré comme il convenait et que pour le bien de la chrétienté, il fût plus religieusement observé à l'avenir. » (Thomas Morer, Discourse in six Dialogues on the Name, Notion and Observation of the Lord's Day, p. 271 - éd. de 1701.)

Les décrets des conciles ne suffisant pas, on sollicita des autorités civiles un édit propre à jeter la terreur dans les coeurs, et à contraindre tout le monde à suspendre ses occupations le dimanche. Dans un synode tenu à Rome, toutes les dispositions précédentes furent réitérées avec plus de force et de solennité, puis incorporées aux lois ecclésiastiques, et imposées par l'autorité civile dans presque toute l'étendue de la chrétienté. (Voir Heylyn, History of the Sabbath, IIe partie, chap. V, sect. 7.)

Néanmoins, l'absence de toute autorité scripturaire en faveur de ce jour constituait une lacune embarrassante. Les fidèles contestaient à leurs conducteurs le droit de rejeter, pour honorer le jour du soleil, cette déclaration positive de Jéhovah : « Le septième jour est le jour du repos de l'Éternel, ton Dieu. » D'autres expédients étaient nécessaires. Vers la fin du douzième siècle, un zélé propagateur du dimanche, visitant les églises d'Angleterre, rencontra de fidèles témoins de la vérité qui lui résistèrent. Il eut si peu de succès dans la défense de sa thèse qu'il quitta le pays en quête de meilleurs arguments. Ayant trouvé ce qu'il cherchait, il revint à la charge, et fut plus heureux. Il apportait avec lui un rouleau qu'il prétendait être descendu directement du ciel, qui contenait le commandement ordonnant l'observation du dimanche, accompagné de menaces terrifiantes à l'adresse des récalcitrants. Ce précieux document -- aussi faux que l'institution qu'il était destiné à établir -- était, disait-on, tombé du ciel à Jérusalem, sur l'autel de Saint-Siméon à Golgotha. En réalité, il provenait des officines pontificales, à Rome, où la fraude et les faux ayant pour but la prospérité de l'Église ont toujours été considérés comme légitimes.

Ledit rouleau interdisait tout travail depuis la neuvième heure (trois heures de l'après-midi), le samedi, jusqu'au lundi au lever du soleil. Son autorité était, disait-on, attestée par plusieurs miracles. On racontait que des personnes travaillant après les heures prescrites avaient été frappées de paralysie. Un meunier qui faisait moudre son grain avait vu sortir, au lieu de farine, un torrent de sang, et la roue du moulin s'était arrêtée malgré la formidable pression de l'eau. Une femme qui avait mis sa pâte au four la ressortit sans qu'elle fût cuite, bien que le four fût très chaud. Une autre femme, qui était sur le point d'enfourner son pain le samedi à la neuvième heure et qui avait décidé d'attendre jusqu'au lundi, le trouva, le lendemain, cuit à point par la puissance divine. Un homme qui avait fait cuire du pain après la neuvième heure le samedi, eut la surprise, quand il le coupa le matin suivant, d'en voir sortir un flot de sang. C'est par des inventions et des absurdités de ce genre que les partisans du dimanche s'évertuaient à lui attribuer un caractère sacré. (Voir Roger de Hoveden, Annals, vol.II, p. 528-530 - éd. Bohn.)

En Écosse et en Angleterre, on finit par obtenir une grande vénération pour le dimanche en lui adjoignant une partie de l'ancien sabbat. Mais la durée du temps à sanctifier variait. Un édit du roi d'Écosse déclarait qu'il fallait considérer comme saint le samedi depuis midi, et que, « dès cette heure jusqu'au lundi matin, personne ne devait s'occuper d'affaires séculières. » ( Morer, Dialogues on the Lord's Day, p. 290, 291.)

En dépit de tous les efforts faits en vue d'établir la sainteté du dimanche, des papistes eux-mêmes reconnaissaient publiquement la divine autorité du sabbat et l'origine humaine de l'institution qui l'avait supplanté. Une décision papale du seizième siècle déclare expressément : « Tous les chrétiens doivent se souvenir que le septième jour, consacré par Dieu, fut reconnu et observé non seulement par les Juifs, mais aussi par tous les autres prétendus adorateurs de Dieu. Quant à nous, chrétiens, nous avons changé leur sabbat et lui avons substitué le jour du Seigneur. » (Id.,p. 281, 282.) Ceux qui frelataient ainsi la loi de Dieu et se mettaient délibérément au-dessus de Son Auteur, n'ignoraient pas la gravité de leur acte.

On trouve un exemple frappant de la tactique de Rome à l'égard des insoumis dans la longue et sanglante persécution dirigée contre les Vaudois, dont quelques-uns étaient observateurs du sabbat. D'autres endurèrent également des souffrances pour leur fidélité au quatrième commandement. L'histoire des églises d'Éthiopie est caractéristique. Au sein des ténèbres du Moyen Age, perdus de vue par le monde, ces chrétiens de l'Afrique centrale avaient joui, des siècles durant, de la liberté de servir Dieu selon leur foi. Mais Rome finit par les découvrir, et l'empereur d'Abyssinie, circonvenu, ne tarda pas à reconnaître le pape comme vicaire de Jésus-Christ. D'autres concessions suivirent.

Les chrétiens d'Éthiopie furent contraints, par un édit, d'abandonner le sabbat sous les peines les plus sévères. (Voir Church History of Ethiopia, p. 311, 312.) Mais la domination papale devint bientôt si insupportable que les Abyssins résolurent de la secouer. Après une lutte acharnée, les romanistes furent bannis de l'empire, et l'ancienne foi fut rétablie. Dès qu'elles eurent retrouvé leur indépendance, les églises africaines retournèrent à l'observation du sabbat du quatrième commandement. (Voir
Appendice a51) Heureuses d'avoir recouvré leur liberté, elles n'oublièrent jamais l'expérience qu'elles avaient faite de la fraude, du fanatisme et du despotisme de la puissance romaine. Elles ne demandaient pas mieux, dans leur royaume solitaire, que de rester ignorées du reste de la chrétienté.

Ces récits du passé révèlent clairement l'inimitié de Rome à l'égard du vrai sabbat et de ses défenseurs, et les moyens qu'elle emploie pour honorer l'institution qu'elle a créée. La Parole de Dieu nous enseigne que ces scènes se répéteront lorsque catholiques romains et protestants s'allieront pour exalter le dimanche.

La prophétie du treizième chapitre de l'Apocalypse déclare que l'autorité représentée par la bête aux cornes d'agneau obligera « la terre et ses habitants » à adorer la puissance du pape, symbolisée ici par la bête « semblable à un léopard ». La bête à deux cornes doit aussi ordonner « aux habitants de la terre de faire une image à la [première] bête ». Elle ira même jusqu'à entraîner tous les hommes, « petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves », à prendre « la marque de la bête » (
Apocalypse 13.11-16 ). On a vu que la bête aux cornes d'agneau symbolise les États-Unis, et que cette prophétie sera accomplie quand ce pays imposera l'observation du dimanche, réclamée par Rome comme la marque de sa suprématie. Mais les États-Unis ne seront pas seuls à rendre cet hommage à la papauté. L'influence de cette dernière est loin d'avoir entièrement disparu des pays ou elle exerçait autrefois son autorité. Et la prophétie annonce la restauration de son pouvoir. « Je vis l'une de ses têtes comme blessée à mort; mais sa blessure mortelle fut guérie. Et toute la terre était dans l'admiration derrière la bête. » ( Apocalypse 13.3 ) La blessure mortelle désigne la chute du pouvoir papal en 1798. Mais, dit le prophète, « sa blessure mortelle fut guérie. Et toute la terre était dans l'admiration derrière la bête. » Paul dit positivement que l'homme de péché subsistera jusqu'au retour du Seigneur ( 2 Thessaloniciens 2.8 ). Il persistera dans son oeuvre de séduction jusqu'à la fin des temps. Le voyant ajoute, en effet : « Tous les habitants de la terre l'adoreront, ceux dont le nom n'a pas été écrit... dans le livre de vie. ( Apocalypse 13.8 ) Dans l'Ancien comme dans le Nouveau Monde, l'observation du dimanche, qui repose uniquement sur l'autorité de l'Église romaine, constituera un hommage rendu au pape.

Depuis plus d'un demi-siècle, ceux qui, aux États-Unis, s'adonnent à l'étude de la prophétie, présentent au monde ce témoignage. Les événements qui se déroulent sous nos yeux accomplissent rapidement cette prophétie. Dans les pays protestants, les conducteurs religieux affirment la divine origine du dimanche sans plus de preuves que les chefs de la hiérarchie romaine quand ils imaginaient de prétendus miracles pour remplacer le commandement de Dieu. On entendra répéter -- on commence déjà à le faire -- que les jugements de Dieu frappent les hommes qui violent le dimanche. Le mouvement qui vise à imposer l'observation du dimanche par la loi s'étend rapidement.

L'habileté et la subtilité de l'Église de Rome tiennent du prodige. Elle a le don de lire l'avenir. En voyant les églises protestantes lui rendre hommage en acceptant son jour de repos et se préparer à l'imposer par les moyens dont elle a usé elle-même il y a des siècles, elle peut tranquillement attendre son heure. On verra des gens qui rejettent la lumière de la vérité s'adresser à cette puissance soi-disant infaillible pour soutenir une institution qu'elle a elle-même établie. Il est facile de concevoir l'empressement avec lequel, à cet égard, elle donnera son concours aux protestants. Qui, mieux que les chefs de la hiérarchie, sait comment traiter ceux qui sont rebelles aux décrets de l'Église?

Avec ses ramifications enveloppant toute la terre, l'Église catholique romaine forme une vaste organisation destinée à servir les intérêts du siège pontifical qui en a la direction suprême. Dans tous les pays du globe, ses millions de communiants reçoivent l'ordre de se considérer comme devant obéissance au pape. Quels que soient leur nationalité ou le gouvernement dont ils relèvent, l'autorité du pape doit, pour eux, primer toutes les autres. Ils peuvent prêter serment de fidélité à l'État, mais en cas de conflit, leur serment à l'égard de Rome les dispense de tout engagement.

L'histoire raconte avec quelle persévérance la papauté a cherché à s'ingérer dans les affaires des nations, et comment, une fois dans la place, elle s'y est occupée de ses intérêts, sans se laisser arrêter par la ruine des princes et des peuples. En l'an 1204, le pape Innocent III obtint de Pierre II, roi d'Aragon, le serment extraordinaire que voici : « Moi, Pierre, roi d'Aragon, je promets d'être toujours fidèle et obéissant à mon seigneur, le pape Innocent, à ses successeurs catholiques et à l'Église romaine, ainsi que de veiller à ce que mon royaume lui demeure soumis. Je soutiendrai la foi catholique et persécuterai la peste de l'hérésie. » ( J. Dowling, History of Romanism, liv. V, chap. VI, sect. 55.) Cet engagement est conforme aux prétentions du pontife romain, notamment en ce qui concerne le droit de « déposer les empereurs » et de « délier les sujets de leur serment de fidélité envers des souverains injustes. » (Mosheim, Ecclesiastical History, liv. III, XIe siécle, 2e par., chap. II, sect. 9, note 8. Voir aussi
Appendice a52)

Il est bon de se souvenir que Rome se glorifie de ne jamais changer. Les principes de Grégoire VII et d'Innocent III sont encore aujourd'hui ceux de l'Église. Si elle en avait le pouvoir, elle les appliquerait avec autant de rigueur que dans les siècles passés. Les protestants ne se doutent pas de ce qu'ils font quand ils acceptent le concours de Rome pour assurer l'observation du dimanche. Pendant que ces derniers ne songent qu'à atteindre leur but, Rome, elle, ne vise à rien de moins qu'à reconquérir sa suprématie perdue. Si les États-Unis adoptent le principe en vertu duquel l'Église peut disposer du pouvoir de l'État, faire inscrire des observances religieuses dans la loi civile, en un mot, donner à l'Église et à l'État le droit de dominer les consciences, alors le triomphe de Rome en ce pays sera assuré.

La Parole de Dieu nous met en garde contre l'imminence de ce danger. Si le monde protestant fait la sourde oreille à cet avertissement, il ne tardera pas à savoir quelles sont les visées de la papauté; mais alors il sera trop tard, hélas! pour échapper au piège. L'Église romaine monte silencieusement vers le pouvoir. Ses doctrines font leur chemin dans les chambres législatives, dans les églises et dans les coeurs. Elle érige les constructions massives et altières de ses édifices, dont les caveaux souterrains verront renaître le cours de ses persécutions. Sournoisement, mystérieusement, elle prépare ses armes pour frapper quand le moment sera venu. Tout ce qu'elle désire, ce sont des occasions favorables, et déjà on lui en offre. Nous verrons et nous sentirons bientôt quelles sont les fins de la curie romaine. Quiconque croira et obéira à la Parole de Dieu encourra de ce chef l'opprobre et la persécution.
/  la tragedie des siecles, ellen white estate, ellen gould white, ellen white books, la tragedie des siecles, ellen white estate, ellen gould white, ellen white books, la tragedie des siecles, ellen white estate, ellen gould white, ellen white books, bible society, bible society, bible society,

  jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne,  jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne,  jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne,

 3rd world war

9/11 documentary

9/11 mysteries

Aaron shust

Aaron shust 2

Aaron shust 3

Aaron shust 4

Aaron shust 5

Abraham movie

A call to medical evangelism

A media tintas movie

A punto de lanza movie

Acts of the apostles movie

Acts of the apostles book

Adam and eve movie

Adventist home book

Adventist news

Adventist news 2

Adventist youth

Aids a hoax

Aims of the Papacy

Alberto Rivera

Alejandro Bullon

Amy grant

Amy grant 2

Amy grant 3

Amy grant 4

Amy grant 5

An appeal to mothers

An appeal to the youth

Asscherick david

Asscherick david the certain identity of the antichrist

Asscherick david eyes wide shut

Asscherick david what do you expect?

Asscherick david prophecy answers

Asscherick david prophecy answers 4

Asscherick david babylone is alive and well

Asscherick david because of those who sat

Asscherick david four your faith

Asscherick david how Jesus will return

Asscherick david how near is the end?

Asscherick david how not to get the mark of the beast

Asscherick david logic of revival

Asscherick david there is really a final judgment

Asscherick david the USA in Bible prophecy

Attraction-tube.com links

Audio bible

Audio bible genesis

Audio bible exodus

Audio bible leveticus

Audio bible numbers

Audio bible deuteronomy

Audio bible joshua

Audio bible judges

Audio bible ruth

Audio bible 1 samuel

Audio bible 2 samuel

Audio bible 1 kings

Audio bible 2 kings

Audio bible 1 chronicles

Audio bible 2 chronicles

Audio bible ezra

Audio bible nehemiah

Audio bible esther

Audio bible job

Audio bible psalms

Audio bible proverbs

Audio bible ecclesiastes

Audio bible song of solomon

Audio bible isaiah

Audio bible jeremiah

Audio bible lamentations

Audio bible ezekiel

Audio bible daniel

Audio bible hosea

Audio bible joel

Audio bible amos

Audio bible obadiah

Audio bible jonah

Audio bible micah

Audio bible nahum

Audio bible habakkuk

Audio bible zephaniah

Audio bible haggai

Audio bible zechariah

Audio bible malachi

Audio bible matthew

Audio bible mark

Audio bible luke

Audio bible john

Audio bible acts of the apostles

Audio bible romans

Audio bible 1 chorintians

Audio bible 2 chorintians

Audio bible galatians

Audio bible ehpesians

Audio bible philipians

Audio bible colosians

Audio bile 1 thesalonians

Audio bible 2 thesalonians

Audio bible 1 timothy

Audio bible 2 timothy

Audio bible titus

Audio bible philemon

Audio bible hebrews

Audio bible james

Audio bible 1 peter

Audio bible 2 peter

Audio bible 1 john

Audio bible 2 john

Audio bible 3 john

Audio bible jude

Audio bible revelation

Avalon

Avalon 2

Avalon 3

Avalon 4

Babylonian connection

Barrabas movie

Bass songs

Benny munoz

Benny munoz 2

Benny munoz 3

Best of christian rap

Best of christian rap 2

Best of christian rap 3

Bob marley

Brian doerksen

Bullon nahum 4

Bullon nahum 5

Bullon phoenix 1

Bullon phoenix 2

Bullon phoenix 7

Bullon phoenix 8

Bullon abdias 1

Bullon abdias 2

Bullon abdias 3

Bullon abdias 4

Bullon abdias 5

Bullon abdias 8

Bullon cuba

Bullon el hombre

Bullon nahum 2

Bullon phoenix 3

Bullon phoenix 4

Bullon phoenix 5

Canticos cristianos

Canticos cristianos 2

Casting crowns

Casting crowns 2

Casting crowns 3

Casting crowns 4

Casting crowns 5

Catherine de medicis

C.D. Brooks

C.D. Brooks questions and answers

Chenonceau castle

Child guidance book

Children bible

Children bible 2

Children bible 3

Children bible 4

Children bible 5

Children bible 6

Children bible 7

Children bible 8

Children bible 9

Children bible 10

Children bible 11

Children bible French

Christian education book

Christian experience and teachings book

Christian leadership book

Christian music

Christian music 2

Chris tomlin

Chris tomlin 2

Chris tomlin 3

Christ's object lessons book

Christian music medley

Christian persecution

Clifford goldstein

Conflict in the last days book

Cosmic conflict

Craig dean and philips

Craig dean and philips 2

Creation evolution debates

Creation evolution debates infidel guy

Creation evolution debates dr Shermer

Creation evolution debates rainbow

Creatures that defy evolution

Darlene zschech

Darlene zschech 2

Darlene zschech 3

Darlene zschech what is worship?

David and goliath movie

David gates

David gates faith camp 1

David gates faith camp 2

David gates faith camp 4

David gates faith camp 5

David gates faith camp 7

David gates faith camp 9

David gates faith camp 10

David gates faith camp 11

David gates faith camp 12

David gates faith camp 14

David gates faith camp 15

David gates faith camp 16

David gates faith camp 17

David gates faith camp 18

David gates faith camp 21

David gates  converging crisis

David gates converging crisis 2

David gates crossing the jordan

David gates crossing the jordan 2

David gates crossing the jordan 3

David gates death of laodicea

David gates extreme faith

David gates faith camp

David gates i have heard my people's cry

David gates faith in action

David gates in guam

David gates gospel ministries

David gates questions and answers

David gates will the real adventist stand up?

David gentry center of the earth

David gentry creation's tiny mysteries

David gentry dark clouds of the big bang

David gentry fingerprints of creation

David gentry microscopic chances

David gentry polonium halos

David gentry what horrors the hubble wouldn't face

Design and logos in biology

Desire of ages

Documentarytube.yolasite.com

Does God exist?

Donnie mc clurckin

Doug batchelor

Doug batchelor dragon's egg

Doug batchelor elijah

Doug batchelor elijah 2

Doug batchelor elijah 3

Doug batchelor final countdown

Doug batchelor final events

Doug batchelor God's mighty men

Doug batchelor is there anything we can trust?

Doug batchelor jewelry

Doug batchelor from pit to palace

Doug batchelor rest of the story

Doug batchelor revelation rapture

Doug batchelor road to emaus

Doug batchelor sda christians

Down here

Dr day bird flu hoax

Dr day diseases don't just happen

Dr day what does the bible say about doctors?

Dr day he loves me 

Dr day vaccines

Dr hoffer

Ellen white summit

Ellen white summit 2

El reino de david

El rey salomon movie

Encore un peu de patience

Enfrentando a los gigantes movie

Evolution, foundation for the antichrist

Evolution, foundation for the antichrist 2

Evolutionists refuse to debate creationists

Fernando ortega

Fireflight

Fireflight 2

Food as medicine

France protestante

Free books

French Hugenots

Gaither homecoming

Goals of the papacy

Gospel of John movie

Health

Healthtube.yolasite.com

Henri 4

Henri 4 assasinat

Henri 4 vive l'amour

Hillsong

Hillsong 2

Hillsong 3

Hillsong God he reigns

Hillsong hope

Hillsong live

Hillsong Saviour king

Hillsong united we stand

Hillsong delirious

Histoire de France radio

History of the jesuits

History of spiritualism

History of the waldenses

History's turning points

How was the sabbath changed?

Hugh ross creation as a science

Hugo gambetta

Hugo gambetta amonestacion solemne

Hugo gambetta apostasia omega

Hugo gambetta fiesta cocecha

Hugo gambetta informes

Hugo gambetta ley dominical

Hugo gambetta mensage de elias

Hugo gambetta obreros de la hora undecima

Hugo gambetta pasa esto llamados

Hugo gambetta purificacion del sanctuario

Hugo gambetta siete senales

Hugo gambetta plan de salvacion

Illuminati the history channel

In the footsteps of Paul

Jacob movie

Jacob movie 2

Jan marcussen

Jan marcussen 1

Jan marcussen 3

Jan marcussen 4

Jan marcussen 5

Jan marcussen 6

Jan marcussen 7

Jan marcussen 8

Jan marcussen 9

Jan marcussen 10

Jan marcussen 11

Jan marcussen 12

Jan marcussen 13

Jan marcussen 14

Jan marcussen 15

Jan marcussen 16

Jan marcussen 17

Jan marcussen 18

Jan marcussen 19

Jan marcussen 20

Jan marcussen 21

Jan marcussen 22

Jan marcussen 23

Jan marcussen 25

Jan marcussen 26

Jan marcussen 27

Jan marcussen 28

Jan marcussen 29

Jan marcussen 34

Jan marcussen 35

Jan marcussen 36

Jan marcussen 37

Jan marcussen 38

Jan marcussen 39

Jan marcussen 40

Jan marcussen 42

Jan marcussen beauty meets the beast

Jan paulsen

Jan paulsen night live

Jars of clay

Jars of clay 2

Jars of clay 3

Jars of clay 4

Jars of clay 5

Jars of clay 6

Jean bible audio

Jean calvin

Jean calvin 2

Joe maniscaclco

Joe maniscalso the waldenses

Joe maniscalco new world order

John the revelator

Jeremiah movie

Jeremy camp

Jeremy camp 2

Jeremy camp 3

Jésus est-il Dieu?

Jesus movies

Jesus ardian romero

Jesus adrian romero 2

Jesus adrian romero 3

Jesus of nazareth

Jesus movie english

Jesus movie french

Jesus movie spanish

John huss movie

John wycliffe movie

Jose elysée

Jose elysée 2

Jose elysée 3

Jose ocampo

Joseph movie

Joseph movie 2

Judas movie

Keepers of the flame

Keep the faith sunday law

Keep the faith sunday law is coming

Keep the faith sunday law and europe

Keep the faith sunday law and 9/11

Kees kraayenoord

Kent hovind age of the earth

Kent hovind dangers of evolution

Kent hovind dinausaurs

Kent hovind garden of eden

Kent hovind lies in the textbooks

Kent hovind lies in the textbooks 2

Kent hovind the bible and health

Kevin max

Kevin max 2

King david movie

King solomon documentary

King solomon movie

King's x

King's x 2

King's x 3

Kirk franklin

Kirk franklin 2

Kutless

Kutless 2

L'ancre de notre foi

L'enfer as t-il une fin?

L'espoir

La bible décodée

La femme en écarlate  

La grande tribulation

La luz del mundo

La marque de la bête

La porte des brebis

La pratique du sabbat

La prophétie de Daniel

La tragédie des siècles

La vie d'abraha

Le meilleur est a venir

Le péché sans pardon  

Le retour de Jésus

Le septième jour

Le signe éternel

Le spiritisme démasqué  

Le témoignage de Jésus révélé

Le temple de l'Apocalypse révélé

Le zoo de l'apocalypse

Le zoo de l'apocalypse 2

Le zoo de l'apocalypse 3

Le zoo de l'apocalypse 4

Le zoo de l'apocalypse 5

Le zoo de l'apocalypse 6

Le zoo de l'apocalypse 7

Lectures on creation

Lenny leblanc

Lenny leblanc 2

Les étonnantes prédictions

Les évènements a venir

Les saints de l'Apocalypse

Les signes de la fin

Les Usa en prophétie  

Links

Links 2

Links 3

Lincoln brewster

Los valles fertiles de mesopotamia

Louis 14

Lumière sur le sanctuaire 1,2

Lumière sur le sanctuaire 3,4

Lumière sur le sanctuaire 5,6

Lumière sur le sanctuaire 7,8

Marco barrientos

Marco barrientos cree todo es possible

Marco barrientos muestrame tu gloria

Marcos witt

Marcos witt 2

Marcos witt sana nuestra tiera

Marcos witt vencio

Mariachis cristianos

Marie antoinette 2006 movie

Mark woodman

Mark woodman is this the end of the world?

Mark finley

Mark finley alive at end times

Mark finley angel 911

Mark finley babylon

Mark finley beginning of the end

Mark finley bury the past

Mark finley countdown to eternity

Mark finley financial secrets

Mark finley greatest religious cover up

Mark finley health secrets

Mark finley hell

Mark finley mark of the beast

Mark finley near death experience

Mark finley new age

Mark finley personal peace

Mark finley remedy for tension

Mark finley revelation climax

Mark finley revelation judgment

Mark finley unpardonable sin

Mark finley why so many denominations?

Mark finley world in turmoil

Marqué à jamais

Martin luther movie

Mary magdalene movie

Mary mary

Matthew west

Matt redman

Maybe on sunday

Megavitamin and psychosis

Mercy me

Mercy me 2

Mercy me 3

Mercy me 4

Michael card

Michael card 2

Michael card 3

Michael card 4

Michael smith

Michael smith 2

Michael smith 3

Michael smith 4

Michael smith 5

Ministry of healing book

Mississippi mass choir

Mississippi mass choir 2

Mississippi mass choir 3

Mississippi mass choir 4

Modern health

Movies bible

Musée du désert

Musica cristiana

Musique chrétienne

Musique chrétienne 2

Musique chrétienne 3

Musique chrétienne 4

Napoleon

Napoleon 2

Napoleon 3

Napoleon 4

Natalie grant

Nature

Neville peter

Newsboys

Newsboys 2

Newsboys 3

Newsboys 4

New world order

New world order 2

Niacin therapy

Noah's ark movie

Nostradamus

One night with the king movie

Orthomolecular

Orthomolecular 2

Orthomolecular 3

Orthomolecular 4

Orthomolecular 5

Out of eden

Out of eden 2

Outcallmassageusa.com

Patriarchs and prophets book

Paul baloche

Paul baloche 2

Paul the apostle movie

Paul wilbur

Paul wilbur 2

Paul wilbur 3

Pilgrim's progress

Pilgrim's progress Cristiana

Pilgrim's progress 2

Pilgrim's progress 3

Pilgrim's progress audio

Point of grace

Point of grace 2

Prayer request

Prince caspian

Poésies

Prophecy

Prophecy 2

Prophecy 3

Prophecy 4

Prophetic interpretation

Prophets and kings book

Quand les bergers se transforment en Bètes

Quo vadis movie

Ramon gonzalez

Ramon gonzalez 2

Rebecca st james

Rebecca st james 2

Rebecca st james 3

Rebecca st james 4

Rebecca st james 5

Recovery from mental illness

Reine margot

Ring of power

Rise of the hugenots book

Rome's chalenge

Ruth

Salomon movie

Sabbath songs

Samson and delilah

Samson and delilah 2

Sandy patty

Schizofrenia and nutritional therapy

Selah

Sermons

Sex in the Bible

Smokescreens

Solomon movie 2

Stephen lewis

Stephen lewis 2

Stephen lewis 3

Stephen lewis 4

Strategic health systems

Stratling proof

Stryper

Stryper 2

Stryper 3

Stryper 4

Stryper 5

Stryper 6

Steps to Christ book

Swhitchfoot

Switchfoot 2

Tara leigh cobble

The case for the Creator

The chronicles of Narnia movie

The church in the wilderness

The debate

The french revolution history channel

The futur of psychiatry

The great debate

The great debate 2 wilder smith

The great commandment movie

The great controversy book

The health message

The indestructible book

The inquisition files

The inquisition files 2

The life of Jesus

The light of the world

The lost pages of christianity

The money masters

The origin of life

The revolutionary

The sabbath

The sanctuary

The secret of the jesuits

The seventh day

The seventh day 2

The seventh day 3

The seventh day 4

The seventh day 5

The ten commandments movie

The truth about the sabbath

The extreme oath of the jesuits

Theology debates

Thomas movie

Thoughts from the mount of blessing book

Time and creation Wilder smith

Toby mac

Toby mac 2

Toby mac 3

Toby mac 4

Toby mac 5

Tree 63

Twila paris

Versailles

Vineyard

Visiter le paris protestant

Visiter le paris protestant 2

Visiting paris the bible way

Visiting paris the bible way 2

Voice of prophecy

Voice of prophecy reunion

Walter Veith

Walter veith a woman rides the beast

Walter veith catholic islamic connections

Walter veith final conflict

Walter veith hidden agendas

Walter veith man behind the mask

Walter veith new age agendas

Walter veith origin of variety

Walter veith papacy admits sda truth

Walter veith revolution tyrants

Walter veith strange fire

Walter veith the wine of babylon

Walter veith u.n. and occult agendas

What is creation science?

Who controls the world?

Who has infiltrated the usa?

Why my mother did not become a Jehovah's witness?

Wintley phipps

William miler

World revolution

Yolanda adams

Yolanda adams 2

Your health your choice