Bible-tube.com La tragédie des siècles 4

  All videos -

JEAN WICLEF

Avant la Réforme, les exemplaires de l'Écriture sainte étaient rares. Mais Dieu ne permit pas que Sa Parole disparût. Ce trésor ne devait pas rester enfoui. L'auteur de cette Parole pouvait la faire sortir de l'obscurité tout aussi facilement qu'il ouvrait les portes des cachots ou brisait les barreaux des prisons où languissaient Ses enfants fidèles. Dans plusieurs pays, d'aucuns cherchaient la vérité comme on cherche des perles. Ils furent dirigés providentiellement vers l'Écriture sainte et ils en scrutèrent les pages avec le plus grand soin, bien décidés à y trouver la lumière. Ils parvinrent peu à peu à discerner de nombreuses vérités oubliées depuis longtemps. Devenus des messagers de Dieu, ces hommes s'efforcèrent de briser les chaînes de l'erreur et de la superstition. Ils invitaient les captifs à faire valoir leur droit à la liberté.  jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne

En dehors des vallées vaudoises, la Parole de Dieu avait été comme figée dans une langue que seuls les savants connaissaient. Mais le moment était venu de la traduire en langue vulgaire pour la mettre à la portée de tous. La nuit allait bientôt disparaître. Lentement, les ténèbres se dissipaient, et, dans plusieurs pays, on voyait déjà les premières lueurs de l'aurore.

Au quatorzième siècle naissait en Angleterre Jean Wiclef, « l'étoile de la Réforme ». Son témoignage retentit non seulement en Grande-Bretagne, mais au sein de la chrétienté tout entière. Sa puissante protestation contre Rome ne devait jamais être oubliée. Ce fut le signal d'une lutte qui aboutit à l'émancipation des individus, des églises et des nations.

Bien qu'ayant reçu une éducation libérale, Wiclef regardait la crainte de Dieu comme le commencement de la sagesse. Au collège déjà, il s'était fait remarquer autant par la ferveur de sa piété que par sa science. Sa soif de connaissances le poussa à embrasser toutes les branches d'études. Versé dans la philosophie scolastique, il put en dévoiler les erreurs, et ses études du droit canon et du droit civil le préparèrent à lutter vaillamment en faveur de la liberté civile et religieuse. La discipline intellectuelle qu'il avait acquise dans les écoles s'ajoutait aux armes qu'il tirait de la Parole de Dieu et le mettait à même de comprendre la tactique des savants. Son génie et sa science lui valaient à la fois le respect de ses amis et de ses ennemis. Ses partisans voyaient avec satisfaction que leur champion supportait avantageusement la comparaison avec les plus grands penseurs du pays. Aussi ses adversaires n'eurent-ils pas l'occasion de discréditer la cause de la Réforme en alléguant l'ignorance ou la faiblesse de ses défenseurs.
 jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne


À cette époque, les Livres saints n'existaient que dans des langues mortes et n'étaient accessibles qu'aux savants; mais certains d'entre eux avaient trouvé dans les Écritures la grande doctrine de la grâce de Dieu et l'avaient incorporée à leur enseignement. De là, elle s'était répandue au-dehors, et plusieurs avaient été amenés à sonder les oracles de Dieu. La voie au futur réformateur se trouva ainsi préparée.

Lorsque son attention fut appelée sur les Écritures, il en entreprit l'étude avec la même conscience qu'il avait apportée à celle du programme universitaire. Après avoir éprouvé des aspirations que ni la scolastique, ni les enseignements de l'Église n'avaient pu assouvir, il trouva dans la Bible ce qu'il avait vainement cherché ailleurs. Il y découvrit le plan de la rédemption, et contempla en Jésus-Christ l'unique Avocat de l'homme auprès de Dieu. Dès lors, se donnant tout entier au service du Seigneur, il prit la résolution de proclamer les vérités qu'il avait découvertes.

Comme sa lutte avec Rome n'était point un acte délibéré, Wiclef, pas plus que les réformateurs qui lui succédèrent, ne vit immédiatement où son oeuvre devait le conduire. Mais son ardeur pour la vérité ne pouvait manquer de l'entraîner dans un conflit. D'ailleurs, plus il discernait les errements de la Papauté, plus il mettait de ferveur à sonder les Écritures. Convaincu que les traditions humaines implantées par Rome avaient supplanté la Parole de Dieu, il en accusa hardiment le clergé. Il demanda que la Bible fût rendue au peuple et que l'Église reconnût à nouveau son autorité. Ce fut un puissant docteur, un prédicateur éloquent. Sa connaissance des Écritures, la puissance de son raisonnement, la pureté de sa vie, son courage indomptable et son intégrité lui gagnaient l'estime et la confiance de tous : prompt à discerner l'erreur, il dénonçait avec hardiesse les abus sanctionnés par l'autorité de Rome. Aussi, un grand nombre de personnes qui avaient perdu confiance en l'Église à la vue des iniquités qui y prévalaient, acclamaient-elles avec une joie non dissimulée les vérités annoncées par Wiclef. En revanche, quand les chefs de la hiérarchie constatèrent que l'influence de ce réformateur primait la leur, leur fureur se déchaîna. 
jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne


Alors qu'il remplissait les fonctions de chapelain du roi, Wiclef, s'élevant contre le tribut que le pape exigeait de ce dernier, démontra que les prétentions papales sur les souverains séculiers étaient contraires à la raison et à la révélation. Sa protestation exerça sur les esprits une influence d'autant plus grande que les exigences du pape avaient provoqué une vive indignation parmi le peuple. Aussi le roi et les nobles s'unirent-ils pour s'opposer aux exigences du pontife en tout ce qui touchait à l'autorité temporelle et à la levée des impôts. Ce fut là un coup redoutable porté à l'autorité papale en Angleterre.

L'institution des ordres de moines mendiants était un autre abus contre lequel le réformateur engagea une guerre longue et acharnée. Ces moines pullulaient à tel point en Angleterre qu'ils compromettaient la grandeur et la prospérité de la nation. L'industrie, l'instruction publique, la moralité, tout se ressentait de leur pernicieuse influence. Leur vie d'oisiveté et de mendicité n'imposait pas seulement au peuple un lourd fardeau, mais elle ravalait les travaux utiles et démoralisait la jeunesse. Entraînés par leur exemple, un grand nombre d'adolescents embrassaient la vie monacale, et cela non seulement sans le consentement de leurs parents, mais souvent à leur insu ou contre leur volonté. L'un des anciens Pères de l'Église, élevant la vie monastique au-dessus de l'amour filial et des devoirs qui en découlent, avait écrit : « Si tu vois ton père se coucher devant ta porte avec pleurs et lamentations, et si ta mère te montre le corps qui t'a porté et le sein qui t'a allaité, n'hésite pas à les fouler aux pieds pour aller droit au Christ. » Par cette « monstrueuse inhumanité », comme Luther la qualifiera plus tard, inhumanité « qui rappelle plus le loup et le tyran que l'esprit du Maître », les enfants en venaient à renier leurs parents. (Sears, Barnas, Life of Luther, p. 70, 69.) À l'instar des pharisiens, les chefs de la hiérarchie romaine anéantissaient le commandement de Dieu au profit de leurs traditions. Des parents étaient privés de la compagnie de leurs fils et de leurs filles, et plongés dans la désolation. Les pauvres dupes qui, plus tard, s'apercevaient qu'ils avaient manqué leur vie et réduit leurs parents au désespoir avaient beau regretter leur décision : une fois pris au piège, il leur était impossible de recouvrer leur liberté.

Même des élèves d'universités, séduits par les discours des moines, entraient dans leurs ordres, au point que bien des parents, redoutant cette éventualité, renoncaient à faire étudier leurs fils. De ce fait, le nombre des étudiants dans ces centres scolaires se trouvait considérablement réduit. Les écoles languissaient et l'ignorance était générale.

Le droit de confesser et de donner l'absolution que le pape avait accordé aux moines mendiants était aussi la source de maux innombrables. La soif du gain les poussant à accorder le pardon même aux pires des criminels qui s'adressaient à eux, on vit bientôt le vice monter comme une marée. Les malades et les pauvres étaient abandonnés; les aumônes qui auraient dû leur être réservées allaient aux religieux, qui les exigeaient avec menaces, et dénonçaient l'impiété de ceux qui les leur refusaient. Les moines faisaient profession de pauvreté, ce qui n'empêchait pas leur fortune d'aller sans cesse en augmentant. Leurs somptueux édifices et leurs tables richement servies rendaient d'autant plus apparente la pauvreté de la nation. Pendant qu'ils s'adonnaient à la bonne chère et aux plaisirs, ils se faisaient remplacer dans leurs fonctions par des hommes incapables. Ceux-ci ne savaient que raconter des fables, des histoires invraisemblables et des farces pour amuser le peuple et l'asservir plus complètement encore. Les foules ignorantes en étaient venues à croire qu'en somme la religion, moyen de s'assurer une place au paradis, consistait à reconnaître la suprématie du pape, à honorer les saints et à faire des largesses aux religieux.

Des hommes instruits et pieux avaient vainement tenté de réformer ces ordres. Wiclef, plus perspicace, s'attaqua à la racine du mal, en déclarant que le système lui-même était faux, et qu'il fallait l'abolir. Les discussions qui s'ensuivirent éclairèrent les esprits. Des moines parcourant le pays en vendant des indulgences rencontrèrent bien des gens qui doutaient de la possibilité d'acheter le pardon à prix d'argent, et se demandaient sérieusement s'il n'était pas préférable d'aller le demander à Dieu plutôt qu'au souverain pontife. (Voir
Appendice a12) D'autres, alarmés de la rapacité des religieux dont la cupidité leur paraissait insatiable, disaient : « Les moines et les prêtres de Rome nous rongent comme la gangrène. Il faut que Dieu nous en délivre, ou ce peuple périra. » (Merle d'Aubigné, ouv. cité, liv. XVII, ch. VII.) Les religieux, pour cacher leur avarice, invoquèrent l'exemple du Christ et de ses disciples qui, eux aussi, disaient-ils, avaient vécu de la charité publique. Ces excuses les perdirent, car on voulut interroger l'Écriture pour savoir ce qu'il y avait de vrai dans ces assertions. C'était justement ce que Rome redoutait le plus : voir l'attention du monde se porter vers la source de la vérité, qu'elle avait tout intérêt à tenir cachée.

Dans le dessein non d'entrer en dispute avec les religieux, mais d'attirer l'attention du peuple sur les enseignements des Écritures et sur leur Auteur, Wiclef se mit à écrire et à répandre des tracts contre les moines. Il soutenait que le pouvoir de pardonner et d'excommunier ne résidait pas plus chez les papes que chez les prêtres, et que nul ne pouvait être réellement excommunié sans avoir d'abord encouru le déplaisir de Dieu. Il n'eût pu s'y prendre mieux pour renverser le gigantesque édifice de domination spirituelle et temporelle que le pape avait érigé, et qui tenait des millions de corps et d'âmes courbés sous sa domination.

Une fois de plus, Wiclef fut appelé à défendre les droits de la couronne d'Angleterre contre les empiétements de Rome. Désigné comme ambassadeur royal, il passa deux ans à conférer avec les représentants du pape aux Pays-Bas. Dans ses rapports avec des prélats de France, d'Italie et d'Espagne, à même de voir ce qui se passait dans les coulisses, Wiclef y apprit bien des choses qui devaient lui servir dans ses travaux ultérieurs. Il discerna chez les légats de la cour pontificale la véritable nature et les visées de la hiérarchie. Rentré en Angleterre, il reprit son enseignement avec un nouveau zèle et un nouveau courage, proclamant que les dieux de Rome étaient l'avarice, l'orgueil et le mensonge.

Dans un de ses tracts, parlant du pape et de ses quêteurs, il s'exprime ainsi : « Ils drainent de notre pays le nécessaire des pauvres; chaque année, des milliers de marcs de l'argent du roi servent à payer les sacrements et le casuel, ce qui n'est autre chose qu'une damnable simonie exercée aux dépens de la chrétienté. Certes, si notre pays possédait une montagne d'or à laquelle personne ne touche que le quêteur de ce pontife orgueilleux et mondain, il arriverait qu'avec le temps cette montagne finirait par disparaître, ne nous laissant en retour que la malédiction de Dieu. » (Rév. John Lewis, History of the life of Sufferings of J. Wicliffe (éd. 1820), p.37.)

Peu après son retour en Angleterre, Wiclef fut appelé par le roi à remplir les fonctions de recteur de Lutterworth. Ce choix prouvait que le franc-parler du réformateur n'avait pas déplu au monarque. L'influence de Wiclef se faisait sentir sur les décisions de la cour aussi bien que sur l'opinion publique.

Les foudres papales ne tardèrent pas à se déchaîner contre lui. Trois bulles adressées à l'Angleterre -- dont l'une à l'Université, l'autre au roi et la troisième aux prélats -- ordonnaient des mesures immédiates et décisives pour fermer la bouche au fauteur d'hérésie. (Voir
Appendice a13) Avant l'arrivée de la bulle, toutefois, les évêques, dans leur zèle, avaient sommé Wiclef de comparaître devant eux. Deux des princes les plus puissants du royaume l'accompagnaient devant ce tribunal; la foule, faisant irruption, intimida tellement les juges que l'enquête fut suspendue et que Wiclef put s'en retourner en paix. Plus tard, les prélats s'efforcèrent de circonvenir le vieil Edouard III contre le réformateur, mais le roi venant à mourir, l'ancien protecteur de Wiclef devint régent du royaume.

La bulle papale sommait toute l'Angleterre de faire arrêter et incarcérer l'hérétique. Ces mesures sous-entendaient le bûcher, et, selon toute probabilité, Wiclef n'allait pas tarder à être victime de la colère de Rome. Mais celui qui avait dit autrefois : « Ne crains point... Je suis ton bouclier », étendit de nouveau sa main pour protéger son serviteur. La mort frappa non le réformateur, mais le pontife qui avait décrété sa perte. Grégoire XI ayant disparu, les ecclésiastiques qui s'étaient réunis pour faire le procès de Wiclef se dispersèrent et la Réforme naissante continua d'être protégée par la divine Providence.

La mort de Grégoire fut suivie de l'élection de deux papes rivaux. Deux pontifes se disant tous deux infaillibles réclamaient l'obédience de la chrétienté. (Voir
Appendice a14) Chacun d'eux appelait les fidèles à combattre son antagoniste, accompagnant ses ordres de terribles anathèmes à l'adresse de ses ennemis et promettant le ciel à ses partisans. Ces événements affaiblissaient singulièrement le prestige papal. Les factions rivales étant occupées à se combattre mutuellement, Wiclef fut laissé en paix, tandis que se croisaient anathèmes et récriminations, et que des torrents de sang étaient versés pour soutenir les prétentions des deux adversaires. Pendant que l'Église était le théâtre du crime et du scandale, le réformateur, de sa paisible retraite de Lutterworth, s'employait de toutes ses forces à détourner l'attention du monde du spectacle des discordes papales pour la porter sur Jésus, le Prince de la paix.

Le schisme ouvrait le chemin à la Réforme. Les querelles et la dégradation morale dont il était la cause, ouvraient les yeux des gens sur la vraie nature de la papauté. Dans un traité sur « le schisme des papes », Wiclef invitait ses lecteurs à se demander sérieusement si ces deux prêtres ne disaient pas la vérité quand ils s'anathématisaient l'un l'autre, se traitant mutuellement d'antichrist. « Dieu, disait-il, n'a pas permis que le Malin régnât par l'un de ces deux prêtres seulement... Il leur a partagé le pouvoir, afin que les fidèles, au nom de Jésus-Christ, pussent en avoir raison plus aisément. » (R. Vaughan, Life and Opinions of John Wicliffe (éd. 1831), vol. II, p. 6.)

Comme son Maître, Wiclef prêchait l'Évangile aux pauvres. Et, non content de répandre la lumière dans les humbles demeures de sa paroisse de Lutterworth, il voulut la porter dans toutes les parties de l'Angleterre. À cette fin, il organisa un corps de prédicateurs, hommes simples et pieux, aimant la vérité et ne désirant rien tant que de la propager. Ces hommes allaient de lieu en lieu, prêchant sur les places des marchés, dans les rues des grandes villes et dans les campagnes. Ils visitaient les vieillards, les malades et les pauvres, et leur annonçaient la bonne nouvelle de la grâce de Dieu.

En sa qualité de professeur de théologie à Oxford, Wiclef prêchait la Parole de Dieu dans les auditoires de l'Université. Son zèle à présenter la vérité à ses étudiants lui valut le titre de « docteur de l'Évangile ». Mais l'oeuvre capitale de sa vie fut la traduction des saintes Écritures en langue anglaise. Dans un ouvrage intitulé De la véracité et du sens des Écritures, il exprimait son intention de traduire la Bible afin que tout Anglais pût lire les oeuvres merveilleuses de Dieu dans sa langue maternelle.

Mais ses travaux furent soudainement interrompus. Bien qu'il n'eût pas encore soixante ans, il était prématurément vieilli, car ses labeurs incessants, ses études et les attaques de ses ennemis avaient épuisé ses forces. Les moines éprouvèrent une grande joie en apprenant qu'il était atteint d'une grave maladie. Imaginant qu'il devait amèrement regretter le mal qu'il avait fait à l'Église, ils s'empressèrent auprès de lui pour entendre sa confession. Des représentants de quatre ordres religieux, accompagnés de quatre magistrats civils, s'étaient réunis au chevet de celui que l'on croyait moribond : « Vous avez la mort sur les lèvres, lui dirent-ils; soyez touché de vos fautes, et rétractez en notre présence tout ce que vous avez dit à notre détriment. » Le réformateur écouta en silence; puis, priant son serviteur de l'aider à s'asseoir sur son lit, et regardant fixement ceux qui attendaient sa rétractation, il leur dit de cette voix ferme et tonnante qui les avait si souvent fait trembler : « Je ne mourrai pas, mais je vivrai, et je raconterai les forfaits des moines. » (Merle d'Aubigné, ouv. cité, liv.XVII, ch. VII.) Étonnés et interdits, les religieux quittèrent précipitamment la chambre du malade.

Les paroles de Wiclef s'accomplirent : Il vécut assez longtemps pour voir entre les mains de son peuple l'arme que Rome craint le plus, l'instrument céleste destiné à éclairer, à libérer, à évangéliser le monde : la Parole de Dieu. Les obstacles étaient nombreux et redoutables. Bien qu'affaibli par les infirmités, et sachant qu'il ne lui restait que peu d'années pour travailler, calme devant l'opposition et fortifié par les promesses de Dieu, Wiclef poursuivit courageusement son oeuvre. En pleine possession de ses facultés intellectuelles, riche en expérience, et gardé par la Providense, il put terminer cette grande tâche, la plus importante de sa vie. Pendant que toute la chrétienté était bouleversée, le réformateur, dans son rectorat de Lutterworth, sans prendre garde à la tempête qui faisait rage au-dehors, s'appliquait paisiblement à son entreprise de prédilection.

Le moment arriva enfin où la première traduction des Écritures en langue anglaise vit le jour. L'Angleterre pouvait lire la Parole de Dieu. Désormais, le réformateur ne craignait plus ni la prison, ni le bûcher. Il avait placé dans les mains de son peuple une lumière qu'on ne pourrait plus éteindre. En donnant les Écritures à ses concitoyens, il avait contribué à rompre les chaînes de l'ignorance et du vice, pour libérer et ennoblir son pays, ce que les plus brillantes victoires sur les champs de bataille eussent été incapables de faire.

L'art de l'imprimerie n'étant pas encore connu, ce n'est que par un procédé lent et laborieux qu'on obtenait des exemplaires de la Bible. L'intérêt éveillé par ce livre était tel que les nombreux copistes qui s'offraient pour le transcrire ne parvenaient pas à répondre à toutes les demandes. Quelques personnes riches en désiraient une copie complète. D'autres ne pouvaient en acheter qu'un fragment. Souvent, plusieurs familles se réunissaient pour s'en procurer un exemplaire en commun. C'est ainsi que la traduction des Écritures par Wiclef ne tarda pas à se trouver entre les mains des gens du peuple.

L'appel à la raison humaine arrachait bien des gens à leur soumission passive aux dogmes de Rome. Wiclef enseignait exactement les croyances qui caractérisèrent plus tard le protestantisme : le salut par la foi en Jésus-Christ et l'infaillible et souveraine autorité des saintes Écritures. Les prédicateurs envoyés par lui répandaient la Bible et les écrits du réformateur avec un tel succès que bientôt la moitié du peuple anglais avait accepté la foi nouvelle.

L'apparition des saintes Écritures jeta l'épouvante dans le camp des dignitaires de l'Église. Ils avaient maintenant à combattre quelque chose de plus puissant que Wiclef, une force contre laquelle leurs armes avaient peu de prise. Il n'y avait alors en Angleterre aucune loi prohibant la diffusion des Livres saints, puisqu'ils n'avaient jamais été publiés en langue vulgaire. Ces lois furent élaborées et strictement mises en vigueur par la suite. En attendant, en dépit de tous les efforts des prêtres, on jouit durant un certain temps de la liberté de répandre la Parole de Dieu.

Pour réduire au silence la voix du réformateur, les chefs de la hiérarchie le firent comparaître successivement devant trois tribunaux. Ce fut d'abord devant un synode d'évêques qui déclara hérétiques ses écrits, et qui, après avoir gagné à sa cause le jeune roi Richard II, obtint une ordonnance royale décrétant l'emprisonnement de tous les adhérents des doctrines condamnées par la cour pontificale.

Wiclef en appela hardiment du synode au Parlement, contraignant la hiérarchie à comparaître devant le conseil de la nation, et demandant la réforme des énormes abus sanctionnés par l'Église. La puissance avec laquelle il dépeignit les usurpations et la corruption du siège papal couvrit ses ennemis de confusion. Mais ses amis et partisans avaient plié sous l'orage, et l'on s'attendait que ce vieillard, resté seul, se soumît à la double puissance de la couronne et de la mitre. On assista au contraire à la défaite de ses adversaires. Tiré de sa torpeur par les pressants appels de Wiclef, le Parlement rapporta les édits persécuteurs et mit le réformateur en liberté.

La troisième fois, Wiclef fut cité devant un tribunal composé des plus hauts dignitaires ecclésiastiques du royaume. Ce tribunal devait naturellement se montrer impitoyable pour l'hérésie. Le moment était venu où Rome allait enfin triompher, et où l'oeuvre du réformateur serait définitivement écrasée. Telle était du moins l'espérance de ses adversaires. S'ils parvenaient à leurs fins, Wiclef serait forcé ou d'abjurer ou de quitter le tribunal pour monter sur le bûcher.

Le réformateur ne fit ni rétractation ni compromis. Il soutint hardiment ses enseignements et repoussa les accusations de ses persécuteurs. S'oubliant lui-même, ainsi que sa situation, il somma ses auditeurs de comparaître avec lui devant le tribunal de Dieu, et pesa leurs sophismes et leurs erreurs à la balance de la vérité éternelle. Le Saint-Esprit manifesta sa présence au point que ses auditeurs étaient comme interdits et cloués sur leurs sièges. Semblables aux flèches du Tout-Puissant, les paroles du réformateur transperçaient tous les coeurs. Retournant avec force contre ses accusateurs la charge d'hérésie formulée contre lui, il leur demanda comment ils avaient osé répandre leurs erreurs, et, par amour de l'argent, faire trafic de la grâce de Dieu.

« Contre qui prétendez-vous vous être élevés? leur demanda-t-il dans sa péroraison. Contre un vieillard qui a déjà un pied dans la tombe. Non! C'est contre la vérité, qui est plus puissante que vous, et qui finira par vous vaincre. » (Wylie, liv. II, ch.XIII.) Puis il se retira de l'assemblée, sans qu'aucun de ses adversaires osât l'arrêter.

L'oeuvre de Wiclef était presque achevée; l'étendard de la vérité que ses vaillantes mains avaient si longtemps fait flotter allait leur échapper; mais il devait rendre une dernière fois témoignage à l'Évangile. C'est de la forteresse même du royaume de l'erreur que la vérité devait encore être proclamée. Wiclef fut sommé de comparaître à Rome devant le tribunal pontifical, tribunal qui avait si souvent répandu le sang des saints. Sans se dissimuler les dangers qu'il courait, il aurait répondu à la sommation, si une attaque de paralysie ne l'en avait empêché. Il lui était impossible de faire entendre sa voix à Rome, mais il pouvait écrire, et c'est ce qu'il résolut de faire. De son rectorat, le réformateur envoya au pape une lettre respectueuse et chrétienne, mais sévère à l'égard de la pompe et de l'orgueil de la curie romaine.

« C'est pour moi, disait-il, une joie de faire connaître à tous, et spécialement à l'évêque de Rome, la foi que je professe. Celle-ci me paraissant saine et juste, j'aime à croire qu'il sera heureux de la sanctionner, ou de l'amender si elle est erronée.

» Je crois que l'Évangile de Jésus-Christ renferme toute la loi de Dieu.... Je crois et affirme que l'évêque de Rome, étant sur terre le vicaire du Christ, est lié plus que tout autre à cette loi, puisque la grandeur, parmi les apôtres, ne consistait pas en honneurs et en dignités, mais en une fidèle imitation de la vie et du caractère du Sauveur. Au cours de son pèlerinage terrestre, le Seigneur Jésus vécut dans une extrême pauvreté, repoussant toute autorité et toute gloire mondaine.... Un chrétien ne doit suivre le pape ou n'importe quel saint homme que dans la mesure où il suit lui-même exactement le Seigneur Jésus-Christ. En désirant des honneurs terrestres, Pierre et les fils de Zébédée encoururent son déplaisir, et ne doivent par conséquent pas être imités dans ces erreurs....

» A l'exemple du Christ et de ses apôtres, le pape doit laisser au pouvoir séculier toute la puissance temporelle, et exhorter fidèlement tout le clergé à en faire autant. Du reste, si, en quoi que ce soit, j'ai erré, je consens très humblement à être ramené de mon égarement, fût-ce au prix de ma vie si cela est nécessaire.

» Quand à l'appel que l'on m'a adressé, je désirerais pouvoir y répondre, mais les enseignements du Seigneur m'ont appris que c'est à Dieu plutôt qu'aux hommes qu'il faut obéir. »

Wiclef concluait en disant : « Prions notre Dieu qu'il agisse, comme il a commencé de le faire, sur le coeur de notre pape Urbain VI, afin que lui et son clergé puissent suivre notre Seigneur Jésus-Christ dans Sa vie et dans Son caractère, et que tous ensemble ils puissent marcher fidèlement sur Ses traces. » (Foxe, Acts and Monuments (édit. by Rev. J Pratt ), vol. III, p. 49, 50.)

En manifestant ainsi la douceur et l'humilité de Jésus devant le pape et ses cardinaux, Wiclef démontrait au monde entier le contraste existant entre ces derniers et le Maître qu'ils prétendaient représenter.

Le réformateur avait la conviction que sa vie serait le prix de sa fidélité. Le roi, le pape et les évêques étaient unanimes pour le condamner : quelques mois à peine, selon toutes prévisions, le séparaient du bûcher. Mais son courage demeurait inébranlable. « Que parlez-vous, disait-il, d'aller chercher au loin la palme des martyrs? Annoncez la parole de Christ à de superbes prélats, et le martyre ne vous manquera pas. Vivre et me taire, jamais! Que le glaive suspendu sur ma tête tombe! J'attends le coup. » (Merle d'aubigné, ouv. cité, liv. XVII, chap. VIII.)

Cette fois encore, Wiclef échappa à ses ennemis. Celui qui, sa vie durant s'était hardiment déclaré pour la vérité au milieu des plus grands périls, ne devait pas tomber victime de la haine de ses ennemis. Jamais Wiclef n'avait pensé à se défendre, mais Dieu avait été son protecteur; et maintenant que ses ennemis croyaient le tenir, il le plaçait hors de leur atteinte. Alors que le réformateur se disposait à présider un service de communion dans son église de Luttenvorth, il eut une attaque de paralysie, dont il mourut peu après.

Le Dieu qui avait assigné à Wiclef Sa tâche, et placé Ses paroles dans son coeur, avait veillé sur sa personne, et prolongé sa vie jusqu'à ce que fussent jetées sûrement les bases du grand oeuvre de la Réforme.

Sortant des ténèbres du Moyen Age, Wiclef n'avait pu appuyer son oeuvre de réforme sur aucun prédécesseur. Appelé, comme Jean-Baptiste, en vue d'une mission spéciale, il fut le fondateur d'une ère nouvelle. Pourtant, sa conception de la vérité présente un degré d'unité et de perfection que les réformateurs subséquents n'ont jamais surpassé, et que certains, venus un siècle plus tard, n'ont pas même atteint. Les fondements jetés par ses mains étaient si larges, si profonds et si solides, que ses successeurs n'eurent pas la peine de les poser à nouveau.

Le mouvement inauguré par Wiclef en vue de la libération des esprits et des consciences, comme aussi de l'affranchissement des nations si longtemps enchaînées au char triomphal de Rome, puisait son énergie dans la Parole de Dieu, source du fleuve de bénédiction qui, depuis le quatorzième siècle, a coulé sur le monde. Intransigeant, Wiclef voyait dans les Écritures la révélation inspirée de la volonté de Dieu, la règle unique de la foi et de la vie. On lui avait appris à considérer l'Église de Rome comme divine et son autorité comme infaillible, ainsi qu'à recevoir avec une confiance aveugle les enseignements et les usages sanctionnés par une pratique millénaire. Mais il avait fermé l'oreille à toutes les voix pour n'entendre que la Parole de Dieu devant laquelle il invitait le monde à s'incliner. Au lieu d'écouter l'Église parlant par la bouche du pape, il déclarait que la seule autorité en matière de foi est la voix de Dieu s'exprimant dans sa Parole. Non seulement, affirmait-il, les Écritures sont une révélation parfaite de la volonté divine, mais le Saint-Esprit est leur seul interprète, et c'est par une étude personnelle que chacun est appelé à connaître son devoir. Il détournait ainsi les esprits loin du pape et de l'Église pour les diriger vers la Parole de Dieu.

Wiclef a été l'un des plus grands réformateurs. Par l'envergure de son esprit et la lucidité de sa pensée, par sa hardiesse et sa constance dans la défense de la vérité, il n'a été égalé que par un petit nombre de ses successeurs. Une vie pure, une inlassable activité dans l'étude et dans le travail, une intégrité incorruptible, un dévouement et une charité apostoliques dans son ministère : telles furent les qualités maîtresses du premier des réformateurs. Cela, en dépit des ténèbres intellectuelles et de la corruption morale de son siècle.

La vie de Wiclef est un monument de la puissance éducatrice et transformatrice de la Parole de Dieu. Le saint Livre fit de lui ce qu'il fut. L'effort exigé par l'étude des grandes vérités de la révélation communique à toutes les facultés une fraîcheur et une vigueur nouvelles. Il élargit la pensée, aiguise l'esprit, mûrit le jugement. Plus que toute autre étude, celle de la Bible ennoblit les sentiments et les aspirations. Elle inspire la persévérance, la patience, le courage, la fermeté; elle forme le caractère et sanctifie l'âme. Une étude respectueuse des Écritures nous met en contact direct avec l'Esprit divin; elle donne au monde des hommes plus forts, des génies plus puissants, des caractères plus nobles que l'étude de la philosophie. « La révélation de tes paroles éclaire, elle donne de l'intelligence aux simples. » (
Psaume 119.130 )

Les doctrines enseignées par Wiclef continuèrent à se répandre pendant un certain temps. Sous le nom de Wicléfïtes et de Lollards, ses disciples travaillèrent avec un zèle redoublé à répandre la Parole de vie non seulement en Angleterre, mais en d'autres pays. Des foules accouraient pour entendre leurs enseignements. Au nombre des convertis se trouvaient des membres de la noblesse, et même la reine. Les rites et les vestiges idolâtres du romanisme disparaissaient des églises. En maints endroits, on constata une réforme radicale des moeurs.

Mais bientôt l'impitoyable tempête de la persécution s'abattit sur ces fidèles chrétiens. Les monarques anglais, désireux d'affermir leur trône en s'assurant l'appui de Rome, n'hésitèrent pas à sacrifier les réformateurs. Pour la première fois, au cours de l'histoire d'Angleterre, le supplice du bûcher fut décrété contre les disciples de l'Évangile. Les martyres succédèrent aux martyres. Les hérauts de la vérité, proscrits et torturés, n'avaient d'autre recours que l'Éternel des armées. Traqués comme ennemis de l'Église et traîtres à la patrie, ils continuaient de prêcher en secret dans les demeures des pauvres, et souvent même dans des cavernes.

En dépit de la fureur des persécuteurs, une protestation calme, pieuse, intense et persévérante continua de se faire entendre, des siècles durant, contre la corruption de la foi religieuse. Ces chrétiens n'avaient qu'une connaissance imparfaite de la vérité, mais ils avaient appris à aimer la Parole de Dieu et à lui obéir, et pour elle ils marchaient courageusement à la mort. Comme aux jours apostoliques, plusieurs consacraient leurs biens terrestres à la cause du Christ. Ceux qu'on laissait en possession de leur demeure y recevaient leurs frères expulsés de leurs foyers; et quand, à leur tour, ils devaient quitter leur toit, ils acceptaient joyeusement une vie de proscrits. Malheureusement, des milliers, terrifiés par la rage des persécuteurs, achetaient la liberté au prix de leur foi. Pour rendre leur rétractation plus impressionnante, on les revêtait, à leur sortie de prison, du vêtement des pénitents. Mais nombreux furent ceux qui, tant dans la noblesse que parmi les gens du peuple, rendirent hardiment témoignage à la vérité dans les cachots et dans les « Tours des Lollards », heureux, au milieu des tortures et des flammes, de participer aux souffrances de leur Maître.

Faute d'avoir pu assouvir leur colère sur Wiclef durant sa vie, les champions de Rome n'eurent aucun repos tant que ses ossements reposèrent tranquillement dans la tombe. À la suite d'un décret du Concile de Constance, plus de quarante ans après la mort du réformateur, ses restes furent exhumés, publiquement livrés aux flammes, et ses cendres jetées à la rivière. « Cette rivière, dit un ancien auteur, les transporta dans l'Avon, l'Avon, dans le Severn, le Severn dans le canal de Bristol, et celui-ci dans l'Océan. Ainsi, les cendres de Wiclef devinrent l'emblème de sa doctrine, aujourd'hui répandue dans le monde entier. » (Fuller, Church History of Britain, liv. sect. 2, par. 54.) Ses ennemis se doutaient peu du sens symbolique de leur acte.

C'est sous l'influence des écrits de Wiclef que Jean Hus fut amené à renoncer à plusieurs des erreurs du romanisme et à entreprendre l'oeuvre de la réforme en Bohême. Deux pays si éloignés l'un de l'autre recevaient ainsi les semences de la vérité! De la Bohême la lumière se répandit en d'autres lieux. Les esprits étaient dirigés vers la Parole de Dieu si longtemps oubliée. Une main divine préparait le chemin à la grande Réforme.
 

HUS ET JÉRÔME

Dès le neuvième siècle, l'Évangile s'était implanté en Bohême. Les saintes Écritures y avaient été traduites, et le culte y était célébré en langue vulgaire. Mais à mesure que la puissance du pape grandissait, elle éclipsait la Parole de Dieu. Grégoire VII, qui avait entrepris d'abaisser l'orgueil des rois, ne montrait pas moins d'ardeur à asservir les peuples. Par une bulle, il interdit la célébration du culte en langue bohémienne. Le pape y déclarait « qu'il était agréable au Dieu tout-puissant que son culte fût célébré en une langue inconnue, et que l'inobservance de cette règle avait occasionné bien des maux et des hérésies ». Rome jetait ainsi un épais suaire sur la Parole de Dieu et laissait les peuples dans les ténèbres. Mais le ciel avait préparé des instruments pour perpétuer son Église. Nombre de Vaudois et d'Albigeois, chassés de France et d'Italie par la persécution, s'étaient établis en Bohême. N'osant pas prêcher ouvertement dans ce pays, ils y avaient travaillé activement dans l'ombre, transmettant l'héritage de la vérité d'une génération à l'autre.

D'autre part, il s'était élevé en Bohême des hommes qui stigmatisaient la corruption de l'Église et le dévergondage du peuple, et leurs protestations avaient éveillé l'attention générale. Alarmée, la hiérarchie romaine déclencha la persécution contre les amis de l'Évangile, qui allèrent adorer Dieu dans les forêts et sur les montagnes, où ils furent poursuivis. Plusieurs furent mis à mort. Bientôt il fut décrété que ceux qui abandonneraient la foi romaine seraient livrés aux flammes. Tout en donnant leur vie, ces chrétiens comptaient sur le triomphe de leur cause. L'un d'eux, qui avait enseigné que le salut ne s'obtient que par la foi au Sauveur crucifié, fit en mourant cette déclaration :

« La fureur des ennemis de la vérité a maintenant l'avantage sur nous, mais ce ne sera pas toujours le cas; il s'élèvera d'entre le peuple un homme sans épée et sans autorité contre lequel ils ne pourront rien. » L'époque où Luther devait paraître était encore bien éloignée; mais une voix allait se faire entendre dont le témoignage contre Rome devait émouvoir les peuples.

D'humble origine et de condition modeste, Jean Hus avait, très tôt, perdu son père. Sa pieuse mère, qui considérait l'instruction et la piété comme les biens les plus précieux, s'était efforcée de les assurer à son fils. Hus put ainsi étudier à l'école provinciale, puis il entra à l'université de Prague où, en raison de son indigence, il fut admis à titre gratuit. Sa mère l'y accompagna; veuve et pauvre, elle n'avait ni présents, ni argent à lui offrir; mais lorsqu'ils furent arrivés près de la grande ville, elle s'agenouilla auprès de l'orphelin et invoqua sur lui la bénédiction du Père céleste. Elle se doutait peu de quelle façon ses prières seraient exaucées.

À l'université, Hus se distingua par son inlassable application et par ses rapides progrès, tandis que sa vie irréprochable et sa douceur lui gagnèrent l'estime de tous. Fils dévoué de l'Église de Rome, il recherchait avec ferveur les bénédictions spirituelles dont elle se disait dépositaire. À l'occasion d'un jubilé, pour gagner l'indulgence promise, il alla se confesser, donna ses derniers deniers et se joignit aux processions. Ses études achevées, il entra dans le sacerdoce. Gravissant rapidement les échelons, il fut bientôt attaché à la cour, puis nommé professeur et ensuite recteur de l'université où il avait fait ses études. En quelques années, celui qui avait étudié aux frais de l'université devenait la gloire de son pays, et son nom était célèbre dans toute l'Europe.

Mais c'est dans une autre sphère que Hus devait inaugurer son oeuvre de réforme. Plusieurs années après son ordination à la prêtrise, il fut nommé prédicateur à la chapelle de Bethléhem, dont le fondateur attachait une grande importance à la prédication des Écritures dans la langue du peuple, coutume que l'opposition de Rome n'avait pas complètement abolie en Bohême. Comme l'ignorance de la Parole de Dieu était grande, et que les vices les plus hideux prévalaient dans toutes les classes de la société, Hus, élevant la voix, dénonçait l'iniquité sans ménagements et proclamait les principes de la vérité et de la pureté au nom de la Parole de Dieu.

Un citoyen de Prague, du nom de Jérôme, qui, par la suite, fut intimement lié avec Hus, avait rapporté à son retour d'un voyage en Angleterre les écrits de Wiclef. D'autre part, sous l'influence de la reine d'Angleterre -- une princesse bohémienne convertie par Wiclef -- les écrits de ce réformateur avaient été largement répandus en Bohême. Hus les lut avec intérêt; convaincu que leur auteur était un chrétien sincère, il fut amené à considérer avec faveur les réformes qu'il réclamait. Sans le savoir, il était entré dans une voie qui devait le conduire bien loin de Rome.

En ce temps-là, arrivèrent d'Angleterre à Prague deux savants étrangers qui, ayant reçu la lumière, venaient la répandre dans ce lointain pays. Ayant attaqué ouvertement la suprématie du pape, ils furent réduits au silence par les autorités; mais ne voulant pas abandonner leur entreprise, ils eurent recours à un autre moyen de propagande. Artistes aussi bien que prédicateurs, ils mirent à profit leur talent et peignirent deux tableaux sur une muraille exposée au public. Un de ces tableaux représentait l'entrée de Jésus à Jérusalem, « plein de douceur, et monté sur un âne » (
Matthieu 21.5 ), et suivi de ses disciples nu-pieds et grossièrement vêtus. Sur l'autre, on voyait une procession pontificale; en tête, le pape couvert de son plus fastueux costume, la triple couronne sur la tête; il était monté sur un coursier richement caparaçonné, précédé de trompettes et suivi de cardinaux somptueusement vêtus.

Il y avait dans cette décoration murale un sermon à la portée de toutes les classes de la société, et dont la morale n'échappait à personne. La foule se rassemblait devant ces tableaux. Plusieurs étaient profondément impressionnés par le contraste entre l'humilité du Maître et l'orgueil du pape, son soi-disant serviteur. Devant l'agitation qui se produisait dans Prague, les deux étrangers jugèrent prudent, pour leur sécurité, de s'éloigner. Mais l'enseignement qu'ils avaient donné ne fut pas oublié. Leurs tableaux frappèrent Hus qui se mit à étudier plus soigneusement les Écritures et les écrits de Wiclef. Bien qu'il ne fût pas encore en faveur de toutes les réformes préconisées par ce dernier, il voyait plus clairement la véritable nature de la papauté, et il se mit à dénoncer avec énergie l'orgueil, l'ambition et la corruption de la hiérarchie.

De Bohême, la lumière passa en Allemagne. Des troubles qui se produisirent à l'université de Prague amenèrent le départ de plusieurs centaines d'étudiants allemands, dont bon nombre devaient à Hus leur première connaissance des enseignements de la Bible; rentrés chez eux, ils les répandirent dans leur pays.

On ne tarda pas à savoir, à Rome, ce qui se passait à Prague, et Hus fut sommé de comparaître devant le pape. Obéir, c'était courir au-devant d'une mort certaine. Le roi et la reine de Bohême, l'université et la noblesse s'unirent pour demander que Hus fût autorisé par le pape à rester à Prague et à se faire représenter à Rome par un délégué. Au lieu d'accueillir favorablement cette requête, le pape procéda au jugement de Hus, le condamna et mit la ville de Prague en interdit.

À cette époque, une telle sentence jetait l'effroi dans tous les coeurs. Les cérémonies qui l'accompagnaient étaient propres à terrifier les personnes habituées à considérer le pape comme le représentant de Dieu sur la terre, possédant les clés du ciel et de l'enfer et ayant le pouvoir d'invoquer des châtiments temporels et spirituels. On croyait que jusqu'à ce que le pape jugeât bon de lever l'anathème, les portes du ciel étaient fermées pour la région frappée d'excommunication et que les morts étaient exclus du séjour de la félicité. En signe de calamité, tous les offices religieux étaient suspendus. Les églises étaient fermées. Les mariages se célébraient dans les cimetières. Les morts, privés de leur sépulture en terre sainte, étaient enterrés sans cérémonie religieuse soit dans des tranchées, soit dans les champs. C'est ainsi que Rome frappait les imaginations et dominait les consciences.

Prague était bouleversée. Les gens accusaient Hus d'être la cause de toutes les calamités et demandaient qu'il fût livré au pape. Pour calmer la tempête, le réformateur se retira quelque temps dans son village natal et écrivit de là à ses amis de Prague : « Sachez, mes bien-aimés, que c'est pour suivre l'exemple et l'avertissement du Christ que je me suis retiré du milieu de vous, de peur d'être pour les méchants une occasion de condamnation éternelle et pour les bons un sujet de tristesse et de deuil. J'ai fui pour que des prêtres impies ne continuent pas à interdire plus longtemps la prédication de la Parole de Dieu parmi vous, mais non parce que je renie la vérité divine pour laquelle, avec la grâce de Dieu, je suis prêt à mourir. » (E. de Bonnechose, Les Réformateurs avant la Réforme, vol. 1.) Loin de suspendre ses travaux, Hus parcourait la contrée environnante, prêchant la Parole de Dieu à des foules avides de l'entendre. Ainsi, les mesures que le pape prenait pour supprimer la diffusion de l'Évangile contribuaient à lui donner plus de publicité encore. « Car nous n'avons pas de puissance contre la vérité; nous n'en avons que pour la vérité. » (
2 Corinthiens 13.8 )

« Il semble qu'à cette époque, Hus était en proie à un douloureux conflit. Quoique l'Église cherchât à le terrasser par ses foudres, il n'avait pas rejeté son autorité. L'Église romaine était encore pour lui l'épouse du Christ, et le pape le representant et le vicaire de Dieu. C'est contre l'abus de cette autorité, et non contre son principe, que Hus était parti en guerre. De là un violent conflit entre les convictions de son esprit et les protestations de sa conscience. Si l'autorité papale était légitime et infaillible, comme il le croyait, comment se faisait-il qu'il se sentît poussé à lui résister? Obéir, il s'en rendait compte, serait commettre un péché; mais pourquoi l'obéissance à une Église infaillible le plaçait-elle dans cette impasse? Telle était l'énigme qu'il ne pouvait résoudre; tel était le doute qui le harcelait sans répit. Finalement, il comprit qu'il se trouvait devant une répétition de ce qui était arrivé au temps du Sauveur, à savoir que les prêtres de l'Église s'étaient pervertis et se servaient d'un pouvoir légitime en faveur de desseins illégitimes. Cette pensée l'amena à adopter et à proposer à d'autres cette règle de conduite : les maximes et les préceptes des saintes Écritures doivent diriger notre conscience; en d'autres termes, Dieu, parlant par sa Parole, et non l'Église parlant par les prêtres, est le seul guide infaillible. » (Wylie, liv. III, chap. II.)

Dès que l'agitation se fut apaisée à Prague, Hus retourna à sa chapelle de Bethléhem, où il reprit ses prédications avec plus de zèle et de courage que jamais. Ses ennemis étaient actifs et puissants, mais la reine, plusieurs membres de la noblesse et une bonne partie de la population lui accordaient leur soutien et leur amitié. En comparant ses purs enseignements et sa vie sainte avec les dogmes dégradants que prêchaient les disciples de Rome, et l'avarice et le dérèglement de leur vie, plusieurs s'honoraient d'être de son parti.

Jusqu'alors, Hus avait été seul à la tâche; mais à partir de ce moment, Jérôme de Prague qui, pendant un séjour en Angleterre, avait accepté les enseignements de Wyclef, devint son collaborateur. Unis désormais pour la vie, ils devaient l'être aussi dans la mort. Joignant à un génie brillant une éloquence rare et une vaste érudition, Jérôme avait tout ce qu'il fallait pour gagner la faveur populaire. Mais Hus le dépassait au point de vue de la force de caractère. Sa pondération était un frein salutaire pour l'impulsif Jérôme, qui acceptait avec une véritable humilité les conseils de son ami. Leurs travaux réunis imprimaient à la Réforme une impulsion nouvelle.

Sans révéler à ces hommes de son choix toute la lumière qui devait être donnée au monde, Dieu leur fit voir plusieurs des erreurs de l'Église. Par leur moyen, il faisait sortir le peuple des ténèbres, mais graduellement et pas à pas, en tenant compte des nombreux et sérieux obstacles à surmonter. Non préparés à contempler la vérité dans tout son éclat, ils s'en fussent détournés, éblouis, telle une personne qui passe de l'obscurité à la clarté du soleil de midi. Siècle après siècle, d'autres ouvriers fidèles allaient être chargés de conduire les âmes plus loin encore sur le chemin de la Réforme.

Le schisme de l'Église durait encore. Trois papes se disputaient maintenant la tiare, et leurs luttes engendraient partout des troubles et des crimes. Non contents de se lancer réciproquement leurs foudres spirituelles, les candidats au trône pontifical eurent recours à la force. Chacun d'eux se mit en devoir de se procurer une armée, mettant en vente, à cet effet, les charges, les bénéfices et les grâces spirituelles de l'Église (voir
Appendice a15). Suivant l'exemple de leurs supérieurs, les prêtres se livraient à la simonie, soit pour évincer des rivaux, soit pour accroître leur puissance. Avec une hardiesse de jour en jour grandissante, Hus tonnait contre ces abominations pratiquées sous le couvert de la religion, et le peuple accusait ouvertement les chefs de l'Église d'être la cause des maux qui accablaient la chrétienté.

La ville de Prague se vit derechef à la veille d'un conflit sanglant. Comme autrefois le prophète Élie, le serviteur de Dieu était accusé de jeter « le trouble en Israël ». (
1 Rois 18.17 ) De nouveau, la ville fut frappée d'interdit, et Hus se retira dans son village natal. Il avait fini de rendre son fidèle témoignage dans sa chère chapelle de Bethléhem. Désormais, avant de livrer sa vie pour l'amour de la vérité, Hus allait étendre son action et s'adresser à toute la chrétienté.

En vue de remédier aux maux qui désolaient l'Europe, l'empereur Sigismond demanda a l'un des trois papes rivaux de convoquer un concile général à Constance. Jean XXIII (Jean XXIII - Balthazar Cossa, 1360-1419) était loin de voir d'un bon oeil la réunion de ce concile. En effet, il redoutait l'examen de sa vie intime et de sa politique, même devant ces hommes aux moeurs relâchées qu'étaient les ecclésiastiques de l'époque. Il n'osa pas, toutefois, s'opposer à la volonté de l'empereur (voir
Appendice a16).

Les deux grands objets du concile étaient de mettre un terme au schisme de l'Église et d'extirper l'hérésie. En conséquence, les deux antipapes, aussi bien que le principal propagateur des idées nouvelles, Jean Hus, furent sommés de comparaître devant l'assemblée. Les deux premiers, craignant pour leur sécurité, s'y firent représenter par des délégués. Jean XXIII, qui avait convoqué le concile, ne vint à Constance qu'avec de vives appréhensions. Il soupçonnait l'empereur de nourrir secrètement le projet de le faire déposer, et redoutait fort d'être appelé à répondre des vices qui avaient déshonoré sa tiare, aussi bien que des crimes qui lui en avaient assuré la possession. Il fit néanmoins son entrée à Constance en grande pompe, escorté des membres du haut clergé et d'une suite de courtisans. Sa tête était protégée par un baldaquin doré soutenu par quatre notables. On portait l'hostie devant lui. L'éclat du cortège était rehaussé par les riches costumes des cardinaux et de la noblesse. Le clergé et les magistrats de la ville allèrent à la rencontre du pape pour lui souhaiter la bienvenue.

Un autre voyageur approchait en même temps de Constance. C'était Hus. Conscient des dangers qui le menaçaient, il avait dit à ses amis un dernier adieu, et s'était mis en route, convaincu qu'il se dirigeait vers le bûcher. Bien qu'il eût obtenu un sauf-conduit du roi de Bohême et en eût reçu un autre, en cours de route, de l'empereur Sigismond, il avait pris toutes ses dispositions en vue de sa mort probable.

Dans une lettre à ses amis de Prague, il écrivait :

« Mes frères... je pars; muni d'un sauf-conduit du roi, je vais au-devant de nombreux et mortels ennemis.... Je me confie entièrement au Dieu tout-puissant et en mon Sauveur; j'espère qu'il exaucera vos ardentes prières; qu'il mettra la prudence et la sagesse en ma bouche, et qu'il m'accordera son Saint-Esprit pour me fortifier dans sa vérité, de sorte que j'affronte avec courage les tentations, la prison et, si c'est nécessaire, une mort cruelle. Jésus-Christ a souffert pour ses bien-aimés, nous laissant son exemple, afin que nous endurions patiemment nous-mêmes toutes choses pour notre propre salut. Il est Dieu, et nous sommes ses créatures; il est le Seigneur, et nous sommes ses serviteurs; il est le Maître du monde, et nous sommes de chétifs mortels; -- cependant il a souffert : pourquoi ne souffririons-nous pas, surtout lorsque la souffrance est pour nous un moyen de purification?... Ainsi donc, mes bien-aimés, si ma mort doit contribuer à sa glorification, priez pour qu'elle vienne promptement et pour que Dieu m'accorde de supporter tous mes malheurs avec patience. Mais s'il est préférable que je revienne au milieu de vous, demandons à Dieu que je reparte sans tache de ce concile, c'est-à-dire sans avoir rien retranché de la vérité de l'Évangile, afin de laisser à mes frères un bel exemple à suivre. Peut-être ne reverrez-vous plus mon visage à Prague; mais si la volonté du Dieu tout-puissant daigne me rendre à vous, avançons alors d'un coeur plus ferme dans la connaissance et dans l'amour de sa Loi. » (E. de Bonnechose, ouv. cité, vol. 1.)

Dans une autre lettre, adressée à un prêtre qui était devenu un disciple de l'Évangile, Hus parle avec une profonde humilité de ses faiblesses; il s'accuse d'avoir pris plaisir à porter de riches vêtements et d'avoir gaspillé des heures à des occupations frivoles. Puis il ajoute cette touchante exhortation :

« Que la gloire de Dieu et le salut des âmes occupent seuls ton esprit, et non la possession de bénéfices et d'héritages.... Prends garde à ne point orner ta maison plus que ton âme; et donne surtout tes soins à l'édifice spirituel. Sois pieux et humble avec les pauvres, et ne dépense pas ton bien en festins. Si tu n'amendes ta vie et ne t'abstiens de vêtements somptueux et de superfluités, je crains que tu ne sois gravement châtié comme je le suis moi-même.... Tu as connu mes prédications et mes exhortations dès ton enfance; il est donc inutile que je t'écrive davantage; mais je te conjure, par la miséricorde de notre Seigneur, de ne me suivre dans aucune des vanités où tu m'as vu tomber. » Il ajoutait sur l'enveloppe : « Je te conjure, ami, de ne point rompre ce cachet avant d'avoir acquis la certitude de ma mort. » (E. de Bonnechose, ouv. cité, vol. I.)

Pendant toute la durée de son voyage, Hus eut la preuve que sa doctrine était connue au loin et il put constater la faveur dont sa cause était l'objet. Le peuple accourait au-devant de lui; dans quelques villes, il était escorté par les magistrats.

Arrivé à Constance, il jouit d'abord d'une entière liberté. Le pape ajouta au sauf-conduit de l'empereur une assurance personnelle de sa protection. Mais peu après, au mépris de ces nombreuses et solennelles déclarations, par ordre du pape et des cardinaux, le réformateur fut arrêté et jeté dans une prison infecte, et plus tard transféré dans un château fort au bord du Rhin. Ne tirant pas grand profit de sa perfidie, le pape se vit à son tour interné dans le même château.(Id., p. 300.) Convaincu, devant le concile, des crimes les plus odieux, entre autres de meurtre, de simonie, d'adultère, « et de péchés que la décence ne permet pas de mentionner » (telle est la déclaration du concile), Jean XXIII fut privé de la tiare. Les antipapes furent également déposés, et un nouveau pontife fut choisi.

Le même concile, tout en réclamant une réforme et en déposant le pape pour des crimes, plus énormes que ceux dont Hus accusait les prêtres, voulut aussi en finir avec le réformateur. L'incarcération de Hus avait provoqué une grande indignation en Bohême. De puissants seigneurs adressèrent au concile une protestation véhémente contre cet affront. L'empereur, qui répugnait à la violation d'un sauf-conduit, s'opposait aux machinations des ennemis du réformateur. Acharnés et résolus, ceux-ci firent appel aux préjugés de Sigismond et à son zèle pour l'Église. Ils établirent, par de longs arguments, qu'on « n'était pas tenu, malgré les sauf-conduits des empereurs et des rois, de garder la foi aux hérétiques, ni aux personnes suspectes d'hérésie » (L'enfant, Histoire du Concile de Constance, vol. I.), et ils finirent par l'emporter.

Affaibli par la maladie, par sa longue réclusion, par l'air humide et infect de son cachot et par une fièvre qui faillit mettre un terme à ses jours, Hus fut enfin appelé à comparaître devant le concile. Chargé de chaînes, il parut devant l'empereur qui avait pris, sur son honneur et sa bonne foi, l'engagement de le protéger. Au cours d'un long interrogatoire, le réformateur soutint fermement la vérité. En présence des dignitaires réunis de l'Église et de l'Empire, il fit entendre une protestation solennelle contre les désordres de la hiérarchie. Mis en demeure de choisir entre la rétractation et la mort, il choisit cette dernière.

Hus avait été visiblement soutenu par la grâce de Dieu. Pendant les semaines de souffrances qui s'écoulèrent avant la sentence définitive, il avait joui d'une paix céleste. Il écrivait à un ami : « Je trace ces lignes dans ma prison et de ma main enchaînée, attendant de subir demain ma sentence de mort.... Lorsque, nous nous retrouverons dans l'heureuse éternité, tu sauras avec quelle clémence le Seigneur a daigné m'assister dans mes cruelles épreuves. » (E. de Bonnechose, ouv. vol. II.)

De sa triste prison, Hus prévoit le triomphe de la vraie foi. Dans un songe il voit sa chapelle de Bethléhem, où il avait prêché l'Évangile, il voit le pape et ses évêques occupés à effacer les images du Christ qu'il avait fait peindre sur les parois. Il en est très affligé; « mais le lendemain il voit de nouveau dans un rêve plusieurs peintres occupés à repeindre les images en plus grand nombre et avec des couleurs plus vives. Ce travail achevé, les peintres, entourés d'une grande foule, s'écrient : Que maintenant viennent papes et evêques! ils ne les effaceront plus jamais. » Après avoir relaté ce dernier songe, le réformateur ajoute : « je tiens ceci pour certain que l'image du Christ ne sera jamais effacée. Ils ont voulu la détruire; mais elle sera peinte à nouveau dans les coeurs par de meilleurs prédicateurs que moi. »

Quand, pour la derniere fois, Hus comparut devant le concile, il se trouva dans une nombreuse et brillante assemblée où l'on remarquait l'empereur, les princes de l'empire, les délégués royaux, les cardinaux, les évêques. Des prêtres et une foule immense étaient présents. De toutes les parties de la chrétienté, étaient accourus les témoins du premier des grands sacrifices marquant la longue lutte qui devait aboutir à la liberté de conscience.

Invité à faire part de sa décision finale, Hus répéta son refus d'abjurer, puis, portant son regard pénétrant sur le monarque honteusement infidèle à sa parole d'honneur, il ajouta : « Je suis venu à ce concile de mon plein gré et sous la foi publique et la protection de l'empereur, ici présent. » Alors tous les regards se tournèrent vers Sigismond, dont le visage s'empourpra.

La sentence rendue, la cérémonie de la dégradation commença. Les évêques affublèrent leur prisonnier de vêtements sacerdotaux. Ce dernier, en prenant l'aube, fit cette remarque : « Quand Hérode fit conduire notre Seigneur à Pilate, on le revêtit d'une robe blanche pour l'insulter. » Exhorté derechef à se rétracter, il répondit en se tournant vers le peuple : « Comment, après cela, lèverais-je le front vers le ciel? De quel oeil soutiendrais-je les regards de cette foule d'hommes que j'ai instruits... de la pure doctrine de l'Évangile de Jésus-Christ?... Non, non! il ne sera pas dit que j'ai préféré à leur salut éternel le salut de ce corps misérable destiné à la mort. » Ses vêtements lui furent enlevés l'un après l'autre, et sur chacun d'eux les évêques prononcèrent une malédiction. On posa sur sa tête une couronne ou mitre pyramidale où étaient peints des diables affreux, avec cette inscription : L'HÉRÉSIARQUE. « C'est avec joie, déclara Hus, que j'accepte de porter cette couronne d'opprobre, par amour pour toi, Jésus, qui, pour moi, portas une couronne d'épines. » (E. de Bonnechose, ouv. cité, vol.II.)

Ayant achevé de le travestir, les prélats lui dirent : « Nous livrons maintenant ton âme au diable. » À quoi Hus répondit, en levant les regards vers le ciel : « Et moi, je remets mon esprit entre tes mains, ô Seigneur Jésus, car tu m'as racheté. » (Wylie, liv. III, chap. VII.)

Il fut alors livré au bras séculier et conduit au lieu d'exécution. Uue foule immense d'hommes armés, de prêtres, d'évêques somptueusement vêtus, accompagnés des habitants de Constance, le suivirent. Dès que Hus eut été attaché sur le bûcher prêt à être allumé, on l'exhorta une fois de plus à sauver sa vie par une rétractation de ses erreurs. « À quelles erreurs devrais-je renoncer? demanda Hus. Je ne me sens coupable d'aucune. Je prends Dieu à témoin que tout ce que j'ai prêché et écrit n'avait d'autre but que d'arracher des âmes au péché et à la perdition. C'est avec joie que je scellerai de mon sang les vérités que j'ai prêchées et écrites. » Quand les flammes commencèrent à l'envelopper, il se mit à chanter : « Jésus, Fils de David, aie pitié de moi », et il continua jusqu'à ce que sa voix se fût éteinte pour toujours.

Ses ennemis eux-mêmes furent frappés de son héroïsme. Un zélé partisan du pape, décrivant le martyre de Hus et de Jérôme, qui mourut peu après, a écrit : « Tous deux se montrèrent fermes à l'approche de leur dernière heure. Ils se préparèrent pour le feu comme ils l'auraient fait pour assister à une noce. Ils ne firent pas entendre un seul cri de douleur. Quand les flammes s'élevèrent, ils se mirent à chanter des cantiques, et c'est à peine si l'ardeur du feu réussit à arrêter leur chant. » (Wylie, liv. III, chap. III.)

Dès que le corps de Hus fut entièrement consumé, on recueillit ses cendres, et on les jeta dans le Rhin qui les charria dans l'océan. En vain ses ennemis crurent avoir extirpé les vérités qu'il avait prêchées; ils ne se doutaient pas que ces cendres perdues dans la mer seraient semblables à une semence qui se répandrait dans tous les pays de la terre et produirait dans des contrées encore inconnues des fruits abondants à la gloire de la vérité. La voix courageuse qui s'était fait entendre dans les salles du concile de Constance allait éveiller des échos dans tous les siècles suivants. Hus n'était plus, mais les vérités pour lesquelles il était mort ne pouvaient périr. Son exemple de foi et de constance devait encourager des multitudes à tenir ferme pour la vérité en face des tortures et de la mort. Son exécution avait dévoilé la perfide cruauté de Rome aux yeux du monde entier. Inconsciemment, les ennemis de la vérité avaient contribué au progrès de la cause qu'ils désiraient détruire.

Un second bûcher devait se dresser à Constance. Un autre témoin allait déposer en faveur de l'Évangile. En faisant ses adieux à Hus, avant son départ pour le concile, Jérôme l'avait exhorté à la fermeté et au courage, lui promettant de voler à son secours au cas où il courrait quelque danger. Dès qu'il apprit l'arrestation de son ami, le fidèle disciple s'acquitta de sa promesse. Sans aucun sauf-conduit, escorté d'un seul compagnon, il se mit en route pour Constance. Arrivé dans cette ville, il se rendit compte de l'impossibilité dans laquelle il se trouvait de porter secours à Hus et du danger qu'il courait. Il s'enfuit aussitôt, mais il fut rejoint, arrêté et ramené, chargé de chaînes, sous bonne garde. Lors de sa première comparution, ses tentatives pour se justifier des accusations portées contre lui furent accueillies par les cris : « Aux flammes! aux flammes! » Reconduit en prison, enchaîné dans une position douloureuse, n'ayant pour toute nourriture que du pain et de l'eau, Jérôme, après quelques mois de ce régime, tomba malade et fut bien près de la mort. Ses ennemis, craignant qu'il ne leur échappe, adoucirent son sort, mais le laissèrent encore en prison toute une année.

La mort de Hus n'avait pas produit l'effet que ses ennemis en avaient attendu : la violation du sauf-conduit avait déchaîné une tempête d'indignation. Aussi le concile jugea-t-il qu'il était préférable d'arracher, si possible, à Jérôme une rétractation plutôt que de le livrer aux flammes. II fut amené devant l'assemblée, qui lui offrit l'alternative de la rétractation ou du bûcher. Au commencement de sa captivité, la mort eût été pour Jérôme une grâce en comparaison des souffrances qu'il devait endurer; mais alors, affaibli par la maladie et par la réclusion, déprimé par l'anxiété et l'attente, séparé de ses amis et abattu par la mort de Hus, sa constance l'abandonna. Il consentit à se soumettre au concile, et accepta le décret condamnant les doctrines de Wiclef et de Hus, sans abandonner toutefois « les saintes vérités » qu'ils avaient enseignées.

Par ce compromis, Jérôme espérait calmer la voix de sa conscience et échapper à la mort. Mais, réintégré dans la solitude de sa prison, il comprit mieux ce qu'il avait fait. Le courage et la fidélité de Hus se présentèrent à lui en contraste avec son reniement de la vérité. Il reporta ses pensées sur le divin Maître qu'il s'était engagé à servir, et qui, par amour pour lui, avait souffert la mort de la croix. Avant sa rétractation, Jérôme avait été soutenu dans toutes ses souffrances par l'assurance de la grâce divine. Mais maintenant son âme était torturée par le doute et le remords. Il comprenait que pour être en paix avec Rome, il devrait faire de nouvelles concessions et que la voie dans laquelle il était entré ne pouvait aboutir qu'à une complète apostasie. Aussi prit-il la résolution de ne point consentir, pour s'épargner une courte période de souffrances, à renier son Sauveur.

Il fut bientôt ramené devant le concile. Ses juges n'étaient pas encore satisfaits de sa soumission. Leur soif de sang, excitée par la mort de Hus, exigeait de nouvelles victimes. Seule une répudiation complète de la vérité pouvait arracher Jérôme à la mort. Mais celui-ci avait résolu de confesser sa foi et de suivre son frère et ami jusque dans les flammes du bûcher. Il retira sa première rétractation, et, comme tout condamné à mort, il sollicita le droit de présenter sa défense. Craignant l'effet de ses paroles, les prélats exigèrent qu'il se bornât à reconnaître ou à nier la véracité des accusations portées contre lui. Jérôme protesta contre cette injustice et cette cruauté : « Vous m'avez tenu enfermé trois cent quarante jours dans une affreuse prison, dans l'ordure, dans la puanteur, dans le besoin extrême de toutes choses; vous me faites ensuite comparaître devant vous et, prêtant l'oreille à mes ennemis mortels, vous refusez de m'écouter!... Si vous êtes réellement des hommes sages et les lumières du monde, prenez garde de ne point pécher contre la justice. Pour moi, je ne suis qu'un faible mortel : ma vie est peu de chose, et lorsque je vous exhorte à ne point rendre une sentence inique, je parle moins pour moi-même que pour vous. » (E. de Bonnechose, ouv. cité, vol. II.)

On fit droit à sa requête. Jérôme s'agenouilla en présence de ses juges, demandant à Dieu de diriger ses pensées et ses paroles, en sorte qu'il ne dise rien qui fût contraire à la vérité ou indigne de son Maître. Aussi vit-on, en ce jour, se réaliser la promesse de Jésus à ses premiers discipies : « Vous serez menés, à cause de moi, devant des gouverneurs et devant des rois.... Mais, quand on vous livrera, ne vous inquiétez ni de la manière don't vous parlerez ni de ce que vous direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à l'heure même; car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. » (
Matthieu 10.18-20 )

Les paroles de Jérôme excitèrent l'étonnement et l'admiration de ses ennemis eux-mêmes. Il avait été enfermé durant une année dans une prison obscure où il lui avait été impossible de lire et où il avait éprouvé de vives souffrances physiques et de grandes angoisses morales. Néanmoins, il parla avec autant de clarté et de puissance que s'il avait eu l'occasion de préparer sa défense à son aise. Il attira l'attention de ses juges sur tous les hommes injustement condamnés au cours des siècles. Il en mentionna plusieurs -- le Christ y compris -- qui, après avoir été couverts d'opprobre et condamnés comme malfaiteurs parce qu'ils avaient tenté d'éclairer leurs semblables, furent plus tard jugés dignes des plus grands honneurs.

Dans sa rétractation, Jérôme avait reconnu comme juste la sentence qui avait condamné Hus. Honteux de sa faiblesse, il rendit un éclatant témoignage à l'innocence et à la sainteté du martyr. « Je l'ai connu depuis son enfance, dit-il... C'était un homme excellent, un juste, un saint, et vous avez osé condamner cet innocent...! Moi aussi, je suis prêt à mourir; je ne reculerai pas devant le supplice que me préparent mes ennemis et de faux témoins qui devront un jour rendre compte de leurs impostures devant le grand Dieu que rien ne peut tromper. » (E. de Bonnechose, ouv. cité, vol.II.)

Parlant des remords que lui occasionnait son reniement, Jérôme poursuivit : « De tous les péchés que j'ai commis depuis ma jeunesse, aucun ne me pèse davantage et ne me cause de plus poignants remords que celui que j'ai commis en ce lieu fatal, lorsque j'ai approuvé la sentence inique rendue contre Wiclef et contre ce saint martyr Jean Hus, mon maître et mon ami. Oui, je le confesse de coeur et de bouche, je le dis avec horreur, j'ai honteusement failli par crainte de la mort en condamnant leurs doctrines. Je supplie donc le Dieu tout-puissant de me pardonner mes péchés, et particulièrement celui-ci, le plus odieux de tous. » En tendant la main vers ses juges, il ajouta d'une voix ferme : « Vous avez condamné Wiclef et Jean Hus, non comme ayant ébranlé la doctrine de l'Église, mais seulement parce qu'ils ont flétri les scandales provenant du clergé : le faste, l'orgueil et tous les vices des prélats et des prêtres. Les choses qu'ils ont dites et qui sont irréfutables, je les pense et je les dis comme eux. »

Frémissants de colère, les prélats l'interrompirent en s'écriant : « Qu'est-il besoin d'autre preuve? Nous voyons de nos yeux le plus obstiné des hérétiques! »

Sans se laisser émouvoir par cette tempête, Jérôme continua : « Et quoi, pensez-vous donc que je craigne la mort? Vous m'avez retenu toute une année aux fers, dans un affreux cachot, plus horrible que la mort même; vous m'avez traité plus rigoureusement qu'un Turc, qu'un Juif ou qu'un païen, et ma propre chair a pourri vivante sur mes os. Et cependant je ne me plains pas, car la plainte sied mal à un homme de coeur; mais je m'étonne d'une si grande barbarie envers un chrétien. »

Le tumulte couvrit de nouveau sa voix, et Jérôme fut reconduit dans sa prison. Mais il s'était trouvé dans l'assemblée des personnes sur lesquelles ses paroles avaient fait une profonde impression, et qui désiraient sauver Jérôme. Des dignitaires de l'Église allèrent le trouver pour l'engager à se soumettre au concile. On lui promettait l'avenir le plus brillant si, souscrivant à la sentence rendue contre Jean Hus, il abjurait sa doctrine. Comme son maître, alors qu'on lui offrait les gloires de ce monde, il demeura inébranlable :

« J'abjurerai, dit-il, si, par la sainte Écriture, vous me démontrez que je suis dans l'erreur. »

« Eh quoi! fit l'un de ses tentateurs, jugera-t-on de tout par les saintes Lettres? Ne faut-il pas revenir aux Pères pour les interpréter? »

« Qu'entends-je? s'écria Jérôme.... Les traditions des hommes sont-elles plus dignes de foi que cette sainte Parole du Seigneur? Paul n'a point exhorté ses lecteurs à écouter les traditions des hommes; il a dit : 'Les saintes Écritures vous instruiront.' »

« Hérétique! fit un cardinal en jetant sur lui un regard courroucé, je me repens d'avoir ici plaidé si longtemps pour toi : le diable est dans ton coeur. » (E. de Bonnechose, ouv. cité, vol. II.)

Jérôme fut condamné à mort et brûlé à l'endroit même où Hus avait donné sa vie. C'est en chantant, et le visage rayonnant de paix et de joie, qu'il se rendit au lieu du supplice. Il avait les yeux fixés sur son Sauveur. Pour lui, la mort avait perdu ses terreurs. Le bourreau s'étant glissé derrière lui pour allumer le bucher, le martyr lui cria : « Avance hardiment, et mets le feu devant moi; si je l'avais craint, je ne serais pas ici. »

Les dernières paroles qu'il proféra pendant que les flammes l'enveloppaient furent celles-ci : « Seigneur, Père tout-puissant, aie pitié de moi et pardonne-moi mes péchés, car tu sais que j'ai toujours aimé ta vérité. » (Idem.) Sa voix cessa de se faire entendre, mais ses lèvres murmuraient encore une prière. Quand le feu eut achevé son oeuvre, on recueillit ses cendres, et on les jeta dans le Rhin comme on l'avait fait pour celles de Hus.

Ainsi mouraient les fidèles témoins du Dieu vivant. Mais la lumière des vérités qu'ils avaient proclamées -- leur héroïque exemple -- ne pouvait être éteinte. Pas plus qu'il ne leur était possible d'empêcher le soleil de poursuivre sa course, les hommes ne pouvaient arrêter l'aurore qui commençait à poindre sur le monde.

L'exécution de Hus avait soulevé en Bohême une vague d'indignation et d'horreur. Toute la nation avait le sentiment qu'il avait été victime de la malignité des prêtres et de la trahison de l'empereur. On le tenait pour un fidèle témoin de la vérité; le concile qui avait décrété sa mort fut accusé de meurtre; sa doctrine attirait maintenant plus que jamais l'attention. L'édit papal avait condamné au feu les écrits de Wiclef. Mais ceux qui avaient échappé à la destruction étaient retirés de leurs cachettes et comparés avec les Écritures ou avec les fragments du saint Livre que l'on pouvait se procurer; et ainsi plusieurs étaient amenés à la foi réformée.

Les meurtriers de Hus n'assistèrent pas les bras croisés au triomphe de sa cause. Le pape et l'empereur unirent leurs forces pour écraser le mouvement, et les armées de Sigismond se ruèrent sur la Bohême.

Mais un libérateur parut. Ziska, chef des Bohémiens, qui fut frappé de cécité peu après l'ouverture des hostilités, était l'un des plus grands capitaines de son siècle. Comptant sur l'assistance de Dieu et la justice de sa cause, ce peuple résista aux plus puissantes armées dirigées contre lui. À plusieurs reprises, l'empereur envahit la Bohême avec de nouvelles troupes, mais pour se faire battre à plate couture. Les hussites s'étaient élevés au-dessus de la crainte de la mort, et rien ne pouvait leur résister. Quelques années plus tard, le brave Ziska mourut et fut remplacé par Procopius, capitaine également brave et habile, et, sous certains rapports, supérieur au premier.

Apprenant la mort du général aveugle, les ennemis des Bohémiens jugèrent le moment propice pour regagner tout le terrain perdu. Le pape proclama une croisade contre les hussites et, derechef, une immense armée envahit la Bohême, mais pour aller, une fois de plus, au-devant d'une sanglante défaite. Une nouvelle croisade fut organisée. On leva des hommes et on se procura de l'argent, des armes et des munitions dans toutes les parties de l'Europe. Des multitudes vinrent se ranger sous les étendards du pape avec la certitude d'écraser enfin ce peuple d'hérétiques. Confiants en la victoire, les envahisseurs pénétrèrent en Bohême. Le peuple courut aux armes pour les repousser. Les deux armées se rapprochèrent l'une de l'autre jusqu'à ce que, seule, une rivière les séparât. « Les croisés étaient de beaucoup supérieurs en nombre; mais au lieu de franchir le cours d'eau, et d'engager la bataille avec ces hussites qu'ils venaient combattre de si loin, ils se contentèrent de les contempler en silence. » (Wylie, liv. III, chap. XVII.) Soudain, ils furent pris d'une mystérieuse panique. Sans coup férir, cette puissante armée se débanda et se dispersa, comme frappée par une puissance invisible. Un grand nombre de fuyards furent massacrés par l'armée hussite, et un immense butin resta aux mains des vainqueurs.

Quelques années plus tard, un nouveau pape donna une nouvelle croisade. Comme pour la campagne précédente, on recruta des hommes et des fonds dans toute l'Europe. De grands avantages étaient offerts à ceux qui s'enrôlaient dans cette périlleuse entreprise. Tout croisé recevait l'assurance de l'impunité des crimes les plus odieux. On promettait à ceux qui tomberaient sur le champ de bataille une belle récompense dans le ciel, et aux survivants des richesses et des honneurs. Encore une fois, une grande armée franchit la frontière et entra en Bohême. Les hussites se retirèrent devant elle, attirant ainsi les envahisseurs à l'intérieur du pays et leur laissant croire qu'ils avaient déjà la victoire. Mais l'armée de Procopius fit volte-face, et s'apprêta à livrer bataille aux forces ennemies. S'apercevant seulement alors de leur erreur, les croisés restèrent dans leur camp, attendant l'attaque. Lorsqu'ils apprirent que l'armée hussite approchait, et avant même qu'elle fût en vue, les croisés, saisis de panique, lâchèrent pied. Princes, généraux et soldats, jetant leurs armures, s'enfuirent dans toutes les directions. Le légat du pape, chef de l'expédition, s'efforça de rallier ses troupes terrifiées. Il fut lui-même entraîné par la vague des fugitifs. La déroute fut complète, et un immense butin resta de nouveau entre les mains des vainqueurs.

Ainsi, à deux reprises une armée brave et aguerrie, envoyée par les plus puissantes nations d'Europe, avait fui sans tirer l'épée devant une faible et petite phalange. Ces terreurs surnaturelles des envahisseurs révélaient une manifestation de la puissance divine. Celui qui avait précipité l'armée de Pharaon dans la mer Rouge, mis en fuite les troupes de Madian devant Gédéon et ses trois cents hommes, et détruit en une nuit les forces de l'orgueilleux Assyrien, avait de nouveau étendu sa main pour abattre la puissance de l'oppresseur. « Alors ils trembleront d'épouvante, sans qu'il y ait sujet d'épouvante; Dieu dispersera les os de ceux qui campent contre toi; tu les confondras, car Dieu les a rejetés. » (
Psaume 53.3 )

Désespérant de vaincre par la force, les chefs de l'Église eurent recours à la diplomatie. On proposa un compromis qui, tout en concédant apparemment aux hussites la liberté de conscience, les livrait au pouvoir de la papauté. Les Bohémiens mirent quatre conditions à la paix avec Rome : la libre prédication de la Parole de Dieu et l'usage de leur langue maternelle dans le culte; la communion sous les deux espèces pour toute la congrégation; l'exclusion du clergé de toutes fonctions administratives et gouvernementales; enfin, en cas de crime, clercs et laïques devaient tous relever des mêmes tribunaux. Le clergé finit par « souscrire aux quatre conditions des hussites, mais en déclarant que le droit de les définir et d'en déterminer le sens exact serait l'affaire du concile, c'est-à-dire du pape et de l'empereur ». (Wylie, liv. III, chap. XVIII.) C'est sur cette base qu'un traité fut conclu; Rome obtenait ainsi par dissimulation et par fraude ce qu'elle n'avait pu obtenir par la force : ayant la liberté de fixer le sens des articles, elle allait évidemment leur donner celui qui répondait à ses voeux.

Un parti nombreux, voyant la liberté en danger, ne put souscrire à l'accord. Des dissensions intestines et des divisions s'ensuivirent, qui amenèrent des conflits armés. Dans ces luttes, le noble Procopius tomba, et avec lui périrent les libertés de la Bohême. Sigismond, qui avait trahi Hus et Jérôme, devint alors roi de Bohême. Malgré son serment de défendre les droits de ce pays, il voulut y établir la papauté. Mais sa complaisance envers Rome ne lui fut guère profitable. Pendant vingt ans, il avait dû affronter sans cesse toutes sortes de périls. Ses armées avaient été décimées et ses finances épuisées par une lutte longue et stérile. Lorsqu'il mourut, après un an de règne, il léguait à la postérité un nom marqué d'infamie et son royaume était menacé par la guerre civile.

Les divisions, les tumultes et les effusions de sang se prolongèrent. Des armées étrangères envahirent encore la Bohême, et la nation continua d'être bouleversée par des luttes intestines. Ceux qui étaient restés fidèles à l'Évangile furent en butte à une sanglante persécution.

Voyant que les erreurs de Rome étaient adoptées par ceux de leurs anciens frères qui avaient fait un pacte avec elle, les adhérents de l'antique foi constituèrent une Église distincte qui prit le nom d'« Église de l'Unité des Frères ». Exposés aux anathèmes de tous les partis, ils demeurèrent inébranlables. Contraints d'aller chercher un refuge dans les bois et dans les cavernes, ils n'en continuèrent pas moins de se réunir pour adorer Dieu et lire Sa Parole.

Par des messagers qu'ils avaient envoyés secrètement en divers pays ils apprirent qu'il y avait çà et là, dans diverses villes, « des témoins isolés de la vérité esposés comme eux à la persécution, et qu'il existait dans le massif alpestre une ancienne Église bâtie sur le fondement des saintes Écritures et protestant contre l'idolâtrie romaine ». (Id., chap. XIX.) Ils accueillirent cette nouvelle avec une grande joie, et ils entrèrent en correspondance avec les chrétiens vaudois.

Fermement attachés à l'Évangile, les Bohémiens continuèrent, sous les plus sombres persécutions, de tenir les regards fixés vers l'horizon, comme attendant les premières lueurs du jour. « Appelés à vivre à une époque malheureuse, ils se souvenaient des paroles de Hus répétées ensuite par Jérôme, qu'un siècle devait s'écouler avant l'apparition de la lumière du matin. Ces paroles furent pour les Taborites (les hussites) ce que celles de Joseph avaient été pour les douze tribus pendant leur servitude : 'Je vais mourir; mais Dieu vous visitera certainement, et il vous fera remonter de ce pays.' » (Id., chap. XIX.) « La fin du quinzième siècle fut témoin de l'accroissement lent mais constant des églises des Frères. Loin d'être libres, ceux-ci jouirent néanmoins d'un repos relatif. Au commencement du seizième siècle, ils comptaient deux cents congrégations en Bohême et en Moravie. » (Gillett, Life and Times of John Huss, vol. II, p. 570.) « Ainsi, un reste considérable de réchappés du feu et de l'épée put voir l'aurore du jour annoncé par Jean Hus. »
/ la tragedie des siecles, ellen white estate, ellen gould white, ellen white books, la tragedie des siecles, ellen white estate, ellen gould white, ellen white books, la tragedie des siecles, ellen white estate, ellen gould white, ellen white books,  bible society, bible society, bible society,

  jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne,  jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne,  jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne,

 3rd world war

9/11 documentary

9/11 mysteries

Aaron shust

Aaron shust 2

Aaron shust 3

Aaron shust 4

Aaron shust 5

Abraham movie

A call to medical evangelism

A media tintas movie

A punto de lanza movie

Acts of the apostles movie

Acts of the apostles book

Adam and eve movie

Adventist home book

Adventist news

Adventist news 2

Adventist youth

Aids a hoax

Aims of the Papacy

Alberto Rivera

Alejandro Bullon

Amy grant

Amy grant 2

Amy grant 3

Amy grant 4

Amy grant 5

An appeal to mothers

An appeal to the youth

Asscherick david

Asscherick david the certain identity of the antichrist

Asscherick david eyes wide shut

Asscherick david what do you expect?

Asscherick david prophecy answers

Asscherick david prophecy answers 4

Asscherick david babylone is alive and well

Asscherick david because of those who sat

Asscherick david four your faith

Asscherick david how Jesus will return

Asscherick david how near is the end?

Asscherick david how not to get the mark of the beast

Asscherick david logic of revival

Asscherick david there is really a final judgment

Asscherick david the USA in Bible prophecy

Attraction-tube.com links

Audio bible

Audio bible genesis

Audio bible exodus

Audio bible leveticus

Audio bible numbers

Audio bible deuteronomy

Audio bible joshua

Audio bible judges

Audio bible ruth

Audio bible 1 samuel

Audio bible 2 samuel

Audio bible 1 kings

Audio bible 2 kings

Audio bible 1 chronicles

Audio bible 2 chronicles

Audio bible ezra

Audio bible nehemiah

Audio bible esther

Audio bible job

Audio bible psalms

Audio bible proverbs

Audio bible ecclesiastes

Audio bible song of solomon

Audio bible isaiah

Audio bible jeremiah

Audio bible lamentations

Audio bible ezekiel

Audio bible daniel

Audio bible hosea

Audio bible joel

Audio bible amos

Audio bible obadiah

Audio bible jonah

Audio bible micah

Audio bible nahum

Audio bible habakkuk

Audio bible zephaniah

Audio bible haggai

Audio bible zechariah

Audio bible malachi

Audio bible matthew

Audio bible mark

Audio bible luke

Audio bible john

Audio bible acts of the apostles

Audio bible romans

Audio bible 1 chorintians

Audio bible 2 chorintians

Audio bible galatians

Audio bible ehpesians

Audio bible philipians

Audio bible colosians

Audio bile 1 thesalonians

Audio bible 2 thesalonians

Audio bible 1 timothy

Audio bible 2 timothy

Audio bible titus

Audio bible philemon

Audio bible hebrews

Audio bible james

Audio bible 1 peter

Audio bible 2 peter

Audio bible 1 john

Audio bible 2 john

Audio bible 3 john

Audio bible jude

Audio bible revelation

Avalon

Avalon 2

Avalon 3

Avalon 4

Babylonian connection

Barrabas movie

Bass songs

Benny munoz

Benny munoz 2

Benny munoz 3

Best of christian rap

Best of christian rap 2

Best of christian rap 3

Bob marley

Brian doerksen

Bullon nahum 4

Bullon nahum 5

Bullon phoenix 1

Bullon phoenix 2

Bullon phoenix 7

Bullon phoenix 8

Bullon abdias 1

Bullon abdias 2

Bullon abdias 3

Bullon abdias 4

Bullon abdias 5

Bullon abdias 8

Bullon cuba

Bullon el hombre

Bullon nahum 2

Bullon phoenix 3

Bullon phoenix 4

Bullon phoenix 5

Canticos cristianos

Canticos cristianos 2

Casting crowns

Casting crowns 2

Casting crowns 3

Casting crowns 4

Casting crowns 5

Catherine de medicis

C.D. Brooks

C.D. Brooks questions and answers

Chenonceau castle

Child guidance book

Children bible

Children bible 2

Children bible 3

Children bible 4

Children bible 5

Children bible 6

Children bible 7

Children bible 8

Children bible 9

Children bible 10

Children bible 11

Children bible French

Christian education book

Christian experience and teachings book

Christian leadership book

Christian music

Christian music 2

Chris tomlin

Chris tomlin 2

Chris tomlin 3

Christ's object lessons book

Christian music medley

Christian persecution

Clifford goldstein

Conflict in the last days book

Cosmic conflict

Craig dean and philips

Craig dean and philips 2

Creation evolution debates

Creation evolution debates infidel guy

Creation evolution debates dr Shermer

Creation evolution debates rainbow

Creatures that defy evolution

Darlene zschech

Darlene zschech 2

Darlene zschech 3

Darlene zschech what is worship?

David and goliath movie

David gates

David gates faith camp 1

David gates faith camp 2

David gates faith camp 4

David gates faith camp 5

David gates faith camp 7

David gates faith camp 9

David gates faith camp 10

David gates faith camp 11

David gates faith camp 12

David gates faith camp 14

David gates faith camp 15

David gates faith camp 16

David gates faith camp 17

David gates faith camp 18

David gates faith camp 21

David gates  converging crisis

David gates converging crisis 2

David gates crossing the jordan

David gates crossing the jordan 2

David gates crossing the jordan 3

David gates death of laodicea

David gates extreme faith

David gates faith camp

David gates i have heard my people's cry

David gates faith in action

David gates in guam

David gates gospel ministries

David gates questions and answers

David gates will the real adventist stand up?

David gentry center of the earth

David gentry creation's tiny mysteries

David gentry dark clouds of the big bang

David gentry fingerprints of creation

David gentry microscopic chances

David gentry polonium halos

David gentry what horrors the hubble wouldn't face

Design and logos in biology

Desire of ages

Documentarytube.yolasite.com

Does God exist?

Donnie mc clurckin

Doug batchelor

Doug batchelor dragon's egg

Doug batchelor elijah

Doug batchelor elijah 2

Doug batchelor elijah 3

Doug batchelor final countdown

Doug batchelor final events

Doug batchelor God's mighty men

Doug batchelor is there anything we can trust?

Doug batchelor jewelry

Doug batchelor from pit to palace

Doug batchelor rest of the story

Doug batchelor revelation rapture

Doug batchelor road to emaus

Doug batchelor sda christians

Down here

Dr day bird flu hoax

Dr day diseases don't just happen

Dr day what does the bible say about doctors?

Dr day he loves me 

Dr day vaccines

Dr hoffer

Ellen white summit

Ellen white summit 2

El reino de david

El rey salomon movie

Encore un peu de patience

Enfrentando a los gigantes movie

Evolution, foundation for the antichrist

Evolution, foundation for the antichrist 2

Evolutionists refuse to debate creationists

Fernando ortega

Fireflight

Fireflight 2

Food as medicine

France protestante

Free books

French Hugenots

Gaither homecoming

Goals of the papacy

Gospel of John movie

Health

Healthtube.yolasite.com

Henri 4

Henri 4 assasinat

Henri 4 vive l'amour

Hillsong

Hillsong 2

Hillsong 3

Hillsong God he reigns

Hillsong hope

Hillsong live

Hillsong Saviour king

Hillsong united we stand

Hillsong delirious

Histoire de France radio

History of the jesuits

History of spiritualism

History of the waldenses

History's turning points

How was the sabbath changed?

Hugh ross creation as a science

Hugo gambetta

Hugo gambetta amonestacion solemne

Hugo gambetta apostasia omega

Hugo gambetta fiesta cocecha

Hugo gambetta informes

Hugo gambetta ley dominical

Hugo gambetta mensage de elias

Hugo gambetta obreros de la hora undecima

Hugo gambetta pasa esto llamados

Hugo gambetta purificacion del sanctuario

Hugo gambetta siete senales

Hugo gambetta plan de salvacion

Illuminati the history channel

In the footsteps of Paul

Jacob movie

Jacob movie 2

Jan marcussen

Jan marcussen 1

Jan marcussen 3

Jan marcussen 4

Jan marcussen 5

Jan marcussen 6

Jan marcussen 7

Jan marcussen 8

Jan marcussen 9

Jan marcussen 10

Jan marcussen 11

Jan marcussen 12

Jan marcussen 13

Jan marcussen 14

Jan marcussen 15

Jan marcussen 16

Jan marcussen 17

Jan marcussen 18

Jan marcussen 19

Jan marcussen 20

Jan marcussen 21

Jan marcussen 22

Jan marcussen 23

Jan marcussen 25

Jan marcussen 26

Jan marcussen 27

Jan marcussen 28

Jan marcussen 29

Jan marcussen 34

Jan marcussen 35

Jan marcussen 36

Jan marcussen 37

Jan marcussen 38

Jan marcussen 39

Jan marcussen 40

Jan marcussen 42

Jan marcussen beauty meets the beast

Jan paulsen

Jan paulsen night live

Jars of clay

Jars of clay 2

Jars of clay 3

Jars of clay 4

Jars of clay 5

Jars of clay 6

Jean bible audio

Jean calvin

Jean calvin 2

Joe maniscaclco

Joe maniscalso the waldenses

Joe maniscalco new world order

John the revelator

Jeremiah movie

Jeremy camp

Jeremy camp 2

Jeremy camp 3

Jésus est-il Dieu?

Jesus movies

Jesus ardian romero

Jesus adrian romero 2

Jesus adrian romero 3

Jesus of nazareth

Jesus movie english

Jesus movie french

Jesus movie spanish

John huss movie

John wycliffe movie

Jose elysée

Jose elysée 2

Jose elysée 3

Jose ocampo

Joseph movie

Joseph movie 2

Judas movie

Keepers of the flame

Keep the faith sunday law

Keep the faith sunday law is coming

Keep the faith sunday law and europe

Keep the faith sunday law and 9/11

Kees kraayenoord

Kent hovind age of the earth

Kent hovind dangers of evolution

Kent hovind dinausaurs

Kent hovind garden of eden

Kent hovind lies in the textbooks

Kent hovind lies in the textbooks 2

Kent hovind the bible and health

Kevin max

Kevin max 2

King david movie

King solomon documentary

King solomon movie

King's x

King's x 2

King's x 3

Kirk franklin

Kirk franklin 2

Kutless

Kutless 2

L'ancre de notre foi

L'enfer as t-il une fin?

L'espoir

La bible décodée

La femme en écarlate  

La grande tribulation

La luz del mundo

La marque de la bête

La porte des brebis

La pratique du sabbat

La prophétie de Daniel

La tragédie des siècles

La vie d'abraha

Le meilleur est a venir

Le péché sans pardon  

Le retour de Jésus

Le septième jour

Le signe éternel

Le spiritisme démasqué  

Le témoignage de Jésus révélé

Le temple de l'Apocalypse révélé

Le zoo de l'apocalypse

Le zoo de l'apocalypse 2

Le zoo de l'apocalypse 3

Le zoo de l'apocalypse 4

Le zoo de l'apocalypse 5

Le zoo de l'apocalypse 6

Le zoo de l'apocalypse 7

Lectures on creation

Lenny leblanc

Lenny leblanc 2

Les étonnantes prédictions

Les évènements a venir

Les saints de l'Apocalypse

Les signes de la fin

Les Usa en prophétie  

Links

Links 2

Links 3

Lincoln brewster

Los valles fertiles de mesopotamia

Louis 14

Lumière sur le sanctuaire 1,2

Lumière sur le sanctuaire 3,4

Lumière sur le sanctuaire 5,6

Lumière sur le sanctuaire 7,8

Marco barrientos

Marco barrientos cree todo es possible

Marco barrientos muestrame tu gloria

Marcos witt

Marcos witt 2

Marcos witt sana nuestra tiera

Marcos witt vencio

Mariachis cristianos

Marie antoinette 2006 movie

Mark woodman

Mark woodman is this the end of the world?

Mark finley

Mark finley alive at end times

Mark finley angel 911

Mark finley babylon

Mark finley beginning of the end

Mark finley bury the past

Mark finley countdown to eternity

Mark finley financial secrets

Mark finley greatest religious cover up

Mark finley health secrets

Mark finley hell

Mark finley mark of the beast

Mark finley near death experience

Mark finley new age

Mark finley personal peace

Mark finley remedy for tension

Mark finley revelation climax

Mark finley revelation judgment

Mark finley unpardonable sin

Mark finley why so many denominations?

Mark finley world in turmoil

Marqué à jamais

Martin luther movie

Mary magdalene movie

Mary mary

Matthew west

Matt redman

Maybe on sunday

Megavitamin and psychosis

Mercy me

Mercy me 2

Mercy me 3

Mercy me 4

Michael card

Michael card 2

Michael card 3

Michael card 4

Michael smith

Michael smith 2

Michael smith 3

Michael smith 4

Michael smith 5

Ministry of healing book

Mississippi mass choir

Mississippi mass choir 2

Mississippi mass choir 3

Mississippi mass choir 4

Modern health

Movies bible

Musée du désert

Musica cristiana

Musique chrétienne

Musique chrétienne 2

Musique chrétienne 3

Musique chrétienne 4

Napoleon

Napoleon 2

Napoleon 3

Napoleon 4

Natalie grant

Nature

Neville peter

Newsboys

Newsboys 2

Newsboys 3

Newsboys 4

New world order

New world order 2

Niacin therapy

Noah's ark movie

Nostradamus

One night with the king movie

Orthomolecular

Orthomolecular 2

Orthomolecular 3

Orthomolecular 4

Orthomolecular 5

Out of eden

Out of eden 2

Outcallmassageusa.com

Patriarchs and prophets book

Paul baloche

Paul baloche 2

Paul the apostle movie

Paul wilbur

Paul wilbur 2

Paul wilbur 3

Pilgrim's progress

Pilgrim's progress Cristiana

Pilgrim's progress 2

Pilgrim's progress 3

Pilgrim's progress audio

Point of grace

Point of grace 2

Prayer request

Prince caspian

Poésies

Prophecy

Prophecy 2

Prophecy 3

Prophecy 4

Prophetic interpretation

Prophets and kings book

Quand les bergers se transforment en Bètes

Quo vadis movie

Ramon gonzalez

Ramon gonzalez 2

Rebecca st james

Rebecca st james 2

Rebecca st james 3

Rebecca st james 4

Rebecca st james 5

Recovery from mental illness

Reine margot

Ring of power

Rise of the hugenots book

Rome's chalenge

Ruth

Salomon movie

Sabbath songs

Samson and delilah

Samson and delilah 2

Sandy patty

Schizofrenia and nutritional therapy

Selah

Sermons

Sex in the Bible

Smokescreens

Solomon movie 2

Stephen lewis

Stephen lewis 2

Stephen lewis 3

Stephen lewis 4

Strategic health systems

Stratling proof

Stryper

Stryper 2

Stryper 3

Stryper 4

Stryper 5

Stryper 6

Steps to Christ book

Swhitchfoot

Switchfoot 2

Tara leigh cobble

The case for the Creator

The chronicles of Narnia movie

The church in the wilderness

The debate

The french revolution history channel

The futur of psychiatry

The great debate

The great debate 2 wilder smith

The great commandment movie

The great controversy book

The health message

The indestructible book

The inquisition files

The inquisition files 2

The life of Jesus

The light of the world

The lost pages of christianity

The money masters

The origin of life

The revolutionary

The sabbath

The sanctuary

The secret of the jesuits

The seventh day

The seventh day 2

The seventh day 3

The seventh day 4

The seventh day 5

The ten commandments movie

The truth about the sabbath

The extreme oath of the jesuits

Theology debates

Thomas movie

Thoughts from the mount of blessing book

Time and creation Wilder smith

Toby mac

Toby mac 2

Toby mac 3

Toby mac 4

Toby mac 5

Tree 63

Twila paris

Versailles

Vineyard

Visiter le paris protestant

Visiter le paris protestant 2

Visiting paris the bible way

Visiting paris the bible way 2

Voice of prophecy

Voice of prophecy reunion

Walter Veith

Walter veith a woman rides the beast

Walter veith catholic islamic connections

Walter veith final conflict

Walter veith hidden agendas

Walter veith man behind the mask

Walter veith new age agendas

Walter veith origin of variety

Walter veith papacy admits sda truth

Walter veith revolution tyrants

Walter veith strange fire

Walter veith the wine of babylon

Walter veith u.n. and occult agendas

What is creation science?

Who controls the world?

Who has infiltrated the usa?

Why my mother did not become a Jehovah's witness?

Wintley phipps

William miler

World revolution

Yolanda adams

Yolanda adams 2

Your health your choice