Bible-tube.com La tragédie des siècles 6

  All videos -

LE RÉFORMATEUR SUISSE

Le choix des hommes employés à la réforme de l'Église révèle un principe analogue à celui qui présida à son établissement. Le divin Maître laissa de côté les grands de la terre, les gens titrés et les riches, accoutumés à recevoir les louanges et les hommages du peuple. Pleins du sentiment de leur supériorité, ils n'eussent pu sympathiser avec leurs semblables ni devenir les collaborateurs de l'humble Nazaréen. C'est à d'incultes pêcheurs de la Galilée que fut adressé l'appel : « Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes. » ( Matthieu 4.19 ) Ces humbles, disposés à se laisser enseigner, n'avaient guère subi l'influence des faux enseignements de leur temps, et le Seigneur pouvait plus facilement les former pour Son service. Il en fut de même aux jours de la Réforme. Les principaux réformateurs, hommes du peuple, furent par conséquent moins atteints que d'autres par l'orgueil du rang et par le bigotisme religieux. Pour réaliser de grands desseins, Dieu se sert d'humbles instruments, afin que la gloire n'en soit pas attribuée à l'homme, mais « à celui qui produit le vouloir et le faire, selon son bon plaisir ».
  jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne


Quelques semaines après la naissance de Luther dans la chaumière d'un mineur saxon, Ulrich Zwingle venait au monde dans le chalet d'un berger des Alpes. Le milieu et la première éducation de Zwingle étaient propres à le préparer en vue de sa future mission. Élevé au sein de paysages sublimes et sauvages, il avait constamment le sentiment de la puissance, de la grandeur et de la majesté de Dieu. L'histoire des exploits de ses compatriotes enflammait sa juvénile ardeur. Il recueillait des lèvres de sa pieuse grand-mère les histoires saintes qu'elle avait glanées parmi les légendes et les traditions de l'Église. C'est avec le plus profond intérêt qu'il écoutait le récit de la vie des patriarches et des prophètes, des bergers paissant leurs troupeaux sur les montagnes de la Palestine où des anges vinrent les entretenir de l'enfant de Bethléhem et de l'Homme de Golgotha.

De même que Jean Luther, le père de Zwingle, désirant faire instruire son fils, lui fit quitter très tôt la vallée où il avait vu le jour. Ses progrès furent si rapides que la question se posa bientôt de savoir où lui trouver des maîtres compétents. À l'âge de treize ans, il se rendit à Berne où se trouvait l'école la plus célèbre de Suisse. Là, le jeune homme courut un danger qui faillit compromettre son avenir : des moines le sollicitèrent vivement d'entrer au couvent. Par la richesse et le luxe de leurs églises, par la pompe de leurs cérémonies, par l'attraction de reliques célèbres et d'images miraculeuses, les dominicains et les franciscains se disputaient à Berne la faveur populaire.

Les dominicains se rendirent compte que, s'ils pouvaient gagner ce jeune et brillant élève, il serait pour eux une source de gains et d'honneurs. Son extrême jeunesse, ses dons naturels d'écrivain et d'orateur, son talent pour la musique et la poésie seraient, pensaient-ils, plus puissants que toutes leurs pompes pour attirer la foule dans leur église et augmenter leurs revenus. Par ruse et flatterie, ils s'efforcèrent de faire entrer Zwingle dans leur ordre. Pendant ses études, Luther était allé s'ensevelir dans une cellule de couvent; si la Providence divine ne l'en eût fait sortir, il eut été perdu pour le monde. Zwingle ne devait pas courir le même péril. Son père fut providentiellement informé des intentions des moines. Ne désirant nullement laisser son fils embrasser leur vie oisive et stérile, et voyant que l'utilité future de celui-ci était en jeu, il lui ordonna de regagner immédiatement le toit paternel.

Le jeune homme obéit; mais ne pouvant rester longtemps dans sa vallée natale, il alla poursuivre ses études à Bâle. C'est là qu'il entendit pour la première fois la prédication de l'Évangile de la grâce. Wittembach, un professeur de langues anciennes, qui avait été amené à lire les saintes Écritures grâce à l'étude du grec et de l'hébreu, en communiquait les lumières à ses élèves. Il enseignait qu'il y avait une vérité plus ancienne et d'une valeur infiniment plus grande que les théories des savants et des philosophes, à savoir que la mort de Jésus est la seule rançon du péché. Ces paroles furent pour Zwingle les premières lueurs de l'aurore.
 jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne


Bientôt rappelé de Bâle pour commencer son ministère, le jeune étudiant fit ses premières armes dans une paroisse des Alpes assez rapprochée de sa ville natale. Après avoir reçu les ordres, il s'adonna de toutes ses forces à la recherche de la vérité divine, conscient, selon l'expression d'un de ses contemporains, de tout ce que devait savoir celui qui a charge du troupeau de Jésus-Christ. Plus il sondait les Écritures, plus lui apparaissait vif le contraste entre la vérité et les hérésies de Rome. Acceptant la Bible comme la Parole de Dieu, règle infaillible et suffisante de la foi et de la vie, il comprenait qu'elle doit être son propre interprète. Mais comme il n'osait se servir des Écritures pour étayer des doctrines préconçues, il estimait qu'il était de son devoir d'en connaître les enseignements positifs et évidents. Après avoir eu recours à tous les moyens dont il disposait pour en obtenir une parfaite intelligence, il implorait l'assistance du Saint-Esprit, chargé, selon lui, d'en révéler le sens à tous ceux qui le lui demandent sincèrement.

« L'Écriture, disait Zwingle, vient de Dieu et non de l'homme. Quiconque est éclairé d'en haut comprend que son langage est celui de Dieu. La Parole de Dieu... ne saurait errer; elle est lumineuse, elle enseigne, elle révèle, elle illumine l'âme par le salut et par la grâce; elle console en Dieu; elle humilie au point qu'on s'oublie pour ne penser qu'à Dieu. » Zwingle avait lui-même éprouvé la véracité de ces paroles. Il écrivait plus tard, en parlant de cette époque : « Quand... je commençai à m'adonner entièrement à l'étude de la Parole de Dieu, la philosophie et la scolastique venaient constamment me chercher querelle. J'en vins enfin à cette conclusion : il faut que je laisse tout cela derrière moi et que je cherche la lumière de Dieu uniquement dans sa Parole. Je demandai alors à Dieu sa lumière, et l'étude des Écritures commença à me devenir beaucoup plus facile. » (Schuler et Schulthess, Zwingli, vol. p. 81.)

Ce n'est pas de Luther que Zwingle reçut la vérité. « Si Luther prêche le Christ, disait le réformateur suisse, il fait ce que je fais; ceux qui ont été amenés par lui au Sauveur surpassent en nombre ceux qui l'ont été par moi. N'importe! je ne veux porter d'autre nom que celui de Jésus-Christ dont je suis le soldat, et qui seul est mon chef. Jamais un seul trait de lettre n'a été écrit par moi à Luther, ni par Luther à moi. Et pourquoi?... Afin de montrer à tous combien l'Esprit de Dieu est en harmonie avec lui-même, puisque, sans nous être jamais consultés, nous enseignons la doctrine de Jésus-Christ avec tant d'uniformité.

En 1516, Zwingle fut appelé au poste de prédicateur du couvent d'Einsiedeln. Il devait y trouver l'occasion d'apprendre à mieux connaître les prévarications de Rome et allait, comme réformateur, exercer une influence qui s'étendrait bien au-delà des Alpes. Au nombre des attractions d'Einsiedeln se trouvait une image de la Vierge qui, disait-on, opérait des miracles. Au-dessus de la porte du couvent, on lisait cette inscription : « C'est ici qu'on trouve une pleine rémission de tous les péchés. » Des pèlerins y étaient attirés toute l'année, mais on accourait de toutes les parties de la Suisse, et même de France et d'Allemagne, à la grande fête annuelle célébrée en l'honneur de la Vierge. Profondément affligé par ce spectacle, Zwingle y vit l'occasion de proclamer à ces esclaves de la superstition la liberté que procure l'Évangile. « Ne pensez pas, leur disait-il du haut de la chaire, que Dieu soit dans ce temple plus qu'en aucun autre lieu de sa création. Quelle que soit la contrée de la terre que vous habitiez, Dieu vous entoure et vous entend,... aussi bien qu'à Notre-Dame d'Einsiedeln. Seraient-ce des oeuvres inutiles, de longs pèlerinages, des offrandes, des images, l'invocation de la Vierge et des saints qui vous obtiendraient la grâce de Dieu?... Qu'importe la multitude des paroles dont nous formons nos prières! Qu'importent un capuchon éclatant, une tête bien rasée, une robe longue et bien plissée, et des mules ornées d'or?... C'est au coeur que Dieu regarde; et notre coeur est éloigné de Dieu. » « Jésus-Christ, qui s'est offert une fois sur la croix, ajoutait-il, voilà l'hostie, la victime qui a expié les péchés de tous les fidèles pour toute l'éternité. »
 jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne


Ces paroles furent mal accueillies par nombre de ses auditeurs, désagréablement surpris d'apprendre que leur fatigant voyage avait été inutile. Ils ne pouvaient comprendre un pardon qui leur était gratuitement offert par Jésus-Christ. Le chemin du ciel tracé par Rome leur suffisait. Ils n'étaient pas disposés à en chercher un meilleur. Il leur était plus facile de s'en remettre, pour leur salut, aux prêtres et au pape que de purifier leur coeur.

D'autres, en revanche, recevaient avec joie la bonne nouvelle de la rédemption acquise par le Sauveur. Les rites prescrits par Rome ne leur avaient pas apporté la paix et ils acceptaient avec foi la propitiation opérée par le sang de l'agneau. Rentrés dans leurs foyers, ils y apportaient les précieuses lumières qu'ils avaient reçues. La vérité se répandait ainsi de ville en ville et de village en village et le nombre des visiteurs de la madone diminuait très sensiblement. Cela aboutit à une baisse notable des offrandes et par conséquent des honoraires de Zwingle, qui en dépendaient. Mais loin de s'en chagriner, il s'en réjouissait car il voyait s'effondrer la puissance du fanatisme et de la superstition.

Les dignitaires de l'Église ne se désintéressaient pas des faits et gestes du réformateur. Croyant pouvoir le gagner à leur cause par la flatterie, ils s'abstenaient momentanément d'intervenir. Dans l'intervalle, la vérité gagnait bien des coeurs.

Les travaux de Zwingle à Einsiedeln le préparaient à une mission plus importante. Au bout de trois ans, il fut appelé au poste de prédicateur de la cathédrale de Zurich. Cette ville étant alors la plus importante de la confédération suisse, tout ce qui s'y faisait avait une grande répercussion. Les ecclésiastiques qui l'avaient appelé à ce poste eurent soin de lui faire comprendre qu'ils ne désiraient aucune innovation. « Vous mettrez tous vos soins, lui dit-on gravement, à faire rentrer les revenus du chapitre sans en négliger aucun. Vous exhorterez les fidèles, soit du haut de la chaire, soit au confessionnal, à payer les redevances et les dîmes et à montrer par leurs offrandes qu'ils aiment l'Église. Vous vous appliquerez à multiplier les revenus qui proviennent des malades, des messes et en général de tout le casuel. »

Le chapitre ajoutait : « Quant aux saints sacrements, à la prédication et à sa présence au milieu du troupeau, ce sont aussi les devoirs du prêtre. Cependant, vous pouvez vous faire remplacer à ces diverses fonctions par un vicaire, surtout pour la prédication. Vous ne devez administrer les sacrements qu'aux notables, et après en avoir été requis; il vous est interdit de le faire sans distinction de personnes. »

Zwingle écouta ces exhortations en silence. Puis, après avoir exprimé sa reconnaissance pour l'honneur d'avoir été appelé à ce poste important, il exposa la ligne de conduite qu'il se proposait de suivre. « La vie de Jésus, dit-il, a été trop longtemps cachée au peuple. Je prêcherai surtout l'Évangile selon saint Matthieu, chapitre après chapitre, suivant le sens du Saint-Esprit, en puisant uniquement aux sources de l'Écriture, en la sondant, en la comparant avec elle-même et en recherchant l'intelligence par de constantes et ardentes prières. C'est à la gloire et à la louange de Dieu, de son Fils unique; c'est au salut des âmes, et à leur enseignement dans la vraie foi, que je consacrerai mon ministère. » Quelques ecclésiastiques le désapprouvèrent. Mais Zwingle demeura ferme déclarant qu'il ne se proposait d'introduire aucune innovation : il ne faisait que retourner aux usages de l'Église dans ses plus beaux jours.

Déjà les vérités qu'il enseignait avaient éveillé l'intérêt et l'on se pressait en foule à ses prédications. Plusieurs personnes qui ne fréquentaient plus l'Église depuis longtemps étaient au nombre de ses auditeurs réguliers. Il commença son ministère en lisant et en commentant devant ses paroissiens la narration inspirée de la vie, des enseignements et de la mort de Jésus. Là, comme à Einsiedeln, il présenta la Parole de Dieu comme la seule autorité infaillible, et la mort du Sauveur comme le seul sacrifice suffisant. « C'est à Jésus-Christ, disait-il, que je veux vous conduire; à celui qui est la vraie source du salut. » Des gens de toutes classes, magistrats et étudiants, artisans et paysans, se réunissaient autour du réformateur et l'écoutaient avec le plus profond intérêt. Non seulement il proclamait le salut, mais il dénonçait hardiment les vices de son temps. En quittant la cathédrale, plusieurs louaient Dieu. « Celui-ci, disaient-ils, est un prédicateur de la vérité! Il sera notre Moïse, pour nous sortir des ténèbres d'Egypte. »

À l'enthousiasme des premiers moments succéda une période d'opposition. Les moines se mirent en devoir d'entraver l'oeuvre de Zwingle et de condamner ses enseignements. Les uns riaient et se moquaient; les autres se livraient aux outrages et aux menaces, mais Zwingle supportait tout avec patience et disait : « Si l'on veut gagner les méchants à Jésus-Christ, il faut fermer les yeux sur beaucoup de choses. »

Vers ce temps-là, un nouvel auxiliaire vint accélérer les progrès de la Réforme. Un certain Lucien, envoyé de Bâle par un ami de la foi réformée, arriva un jour à Zurich avec une provision d'écrits de Luther. Le Bâlois, pensant que la vente de ces ouvrages pourrait jouer un grand rôle dans la diffusion de la lumière, écrivit à Zwingle : « Voyez si ce Lucien possède assez de prudence et d'habileté; s'il en est ainsi, qu'il porte de ville en ville, de bourg en bourg, de village en village, et même de maison en maison, parmi les Suisses, les écrits de Luther, et en particulier son exposition de la prière du Seigneur écrite pour les laïques. Plus ces écrits seront connus, plus ils trouveront d'acheteurs. » Ainsi la lumière se répandait.

C'est lorsque Dieu s'apprête à rompre les liens de l'ignorance et de la superstition que Satan fait les plus grands efforts pour plonger les hommes dans les ténèbres et pour resserrer leurs chaînes. Au moment même où Dieu suscitait, en différentes parties du pays, des hommes qui annonçaient le pardon des péchés et la justification par le sang de Jésus, Rome redoublait d'énergie pour ouvrir, dans toutes les contrées de la chrétienté, son marché aux indulgences et pour offrir le pardon contre espèces sonnantes.

Chaque péché avait son prix, et l'on donnait aux acheteurs toute liberté de se livrer au crime, pourvu que le coffre-fort de Rome restât bien garni. Les deux mouvements suivaient une marche parallèle : Rome offrait le pardon à prix d'argent et les réformateurs, le pardon par Jésus-Christ; Rome autorisait le péché dont elle faisait une source de revenus et les réformateurs le condamnaient et révélaient Jésus-Christ comme propitiateur et libérateur.

En Allemagne, la vente des indulgences avait été confiée aux moines dominicains, et le fameux Tetzel la dirigeait. En Suisse, le trafic avait été remis entre les mains des franciscains, sous la direction de Samson, moine italien, qui avait déjà dirigé d'Allemagne et de Suisse des sommes importantes vers les caisses de l'Église. Il traversait en ce moment la Suisse, attirant de grandes foules, dépouillant les pauvres paysans de leurs maigres économies et extorquant des sommes considérables à la classe fortunée. Mais déja l'influence de la Réforme se faisait sentir, diminuant les recettes. Zwingle était encore à Einsiedeln lorsque Samson commença son activité dans une localité voisine. Informé de cette mission, le réformateur se mit aussitôt en devoir de contrecarrer l'action du franciscain. Les deux adversaires ne se rencontrèrent pas; mais l'effet des dénonciations de Zwingle contre le trafic du moine fut tel que ce dernier dut aller chercher fortune ailleurs.

à Zurich, Zwingle clouait au pilori les marchands de pardons; aussi quand Samson approcha de la ville, un messager du conseil alla au-devant de lui pour l'engager à passer outre. Ayant cependant réussi à y pénétrer par ruse, il en fut renvoyé sans avoir vendu une seule indulgence. Bientôt après il quittait la Suisse.

La peste connue sous le nom de « mort noire », qui ravagea la Suisse vers l'an 1519, donna à la Réforme une forte impulsion. En présence de la mort; plusieurs sentaient le néant des pardons qu'ils venaient d'acheter et désiraient placer leur foi sur un fondement plus solide. Zwingle, victime, à Zurich, du terrible fléau, fut si gravement malade qu'on abandonna tout espoir de guérison et que la nouvelle de sa mort se répandit. À cette heure critique, son espérance et son courage ne l'abandonnèrent pas. Contemplant avec foi le Calvaire, il s'assura que le sacrifice du Christ était pleinement suffisant pour le salut. Lorsqu'il fut rétabli, ce fut pour prêcher l'Évangile avec plus de ferveur et de puissance que jamais. Le peuple accueillit avec joie le retour du pasteur bien-aimé qui venait d'échapper à la mort. Après avoir passé des heures lugubres au chevet des malades et des mourants, on comprenait beaucoup mieux la valeur de l'Évangile.

Parvenu à une plus claire intelligence de la vérité, Zwingle en éprouvait davantage la puissance transformatrice. La chute de l'homme et le plan de la rédemption étaient ses sujets favoris. « En Adam, disait-il, nous sommes tous plongés dans la corruption et nous allons à la perdition.... Mais Jésus-Christ, vrai homme et vrai Dieu, nous a acquis une rédemption éternelle. C'est Dieu qui est mort pour nous : sa passion est donc éternelle; elle apporte à jamais le salut; elle apaise à jamais la justice divine en faveur de tous ceux qui s'appuient sur son sacrifice avec une foi inébranlable. » Il déclarait positivement que la grâce de Dieu ne nous donne pas la liberté de vivre dans le péché. « Partout où l'on croit en Dieu, Dieu est; et là où Dieu se trouve, il y a un zèle qui pousse aux bonnes oeuvres. »

La prédication de Zwingle éveillait un tel intérêt que, semaine après semaine, la cathédrale se remplissait d'auditeurs avides de l'entendre. Peu à peu, dans la mesure où ces derniers étaient en état de le comprendre, il leur exposait la vérité, ayant soin de ne pas leur présenter de prime abord des points qui eussent pu les effaroucher et soulever les préjugés. Son but était de gagner les coeurs par les enseignements, l'amour et l'exemple de Jésus-Christ. Il avait la certitude que, dans la mesure où les principes de l'Évangile seraient reçus, les croyances et les pratiques superstitieuses seraient renversées.

Pas à pas, la Réforme avançait à Zurich. Une année auparavant, le moine de Wittenberg avait opposé, à Augsbourg, un « non » énergique au pape et à l'empereur, et tout faisait présager que les prétentions papales trouveraient une même résistance à Zurich. Alarmés, les ennemis de la Réforme engagèrent le combat. Zwingle fut en butte à des attaques réitérées. Dans les cantons encore soumis à l'autorité de Rome, on voyait de temps à autre des disciples de l'Évangile monter sur le bûcher. Mais cela n'était pas suffisant : il fallait réduire l'hérésiarque au silence. En conséquence, l'évêque de Constance envoya à Zurich trois délégués pour accuser Zwingle d'encourager la transgression des lois de l'Église et de mettre ainsi en péril la paix et le bon ordre de la société. « Si l'on méconnaît l'autorité de l'Église, disait-il, il en résultera une anarchie universelle. » Zwingle répliqua que, depuis quatre ans, il enseignait l'Évangile à Zurich et que « cette ville était la plus tranquille et la plus paisible de toute la confédération ». « Le christianisme, concluait-il, n'est-il donc pas la meilleure sauvegarde de la sécurité publique? » (Writz, Helv. K. G., tome IV, p. 226, 227.)

Les délégués de l'évêque avaient exhorté les conseillers de la ville à ne pas abandonner l'Église, hors de laquelle, disaient-ils, il n'y a point de salut. Zwingle répondait : « Que cette assertion, estimés concitoyens, ne vous émeuve pas! Le fondement de l'Église, c'est ce Rocher, ce Christ qui a donné à Pierre son nom parce qu'il le confessait avec fidélité. En toute nation, quiconque croit de coeur au Seigneur Jésus est sauvé. C'est hors de cette Église-là que personne ne peut avoir la vie. » (Id., p. 223.) À la suite de cette entrevue, l'un des délégués de l'évêque accepta la foi évangélique.

Le conseil refusant de sévir contre Zwingle, Rome prépara une nouvelle attaque. En apprenant le complot de ses ennemis, Zwingle s'écria : « Qu'ils viennent! Je ne les redoute pas plus que le rocher ne redoute les vagues qui mugissent à ses pieds. » (Zwingli, vol. VII, p.202.) Les efforts du clergé ne faisaient qu'accélérer les progrès de la cause qu'il désirait détruire, et la vérité continuait à progresser. Les réformés d'Allemagne, abattus par la disparition de Luther, reprenaient courage en apprenant les progrès de l'Évangile en Suisse.

À mesure que la Réforme s'établissait à Zurich, le vice y faisait place à la paix et à la concorde. « La paix a élu domicile dans notre ville, écrivait Zwingle; pas de querelles, pas d'envie, pas d'hypocrisie, pas de contestations. D'où peut venir une telle union, si ce n'est du Seigneur, et une telle doctrine, qui nous remplit des fruits de la paix et de la piété? » (Id., p. 389.)

Les victoires de la Réforme rendirent les partisans de Rome plus déterminés encore à enrayer le mouvement. À la vue des maigres résultats que la persécution et la proscription des livres de Luther avaient eus en Allemagne, ils résolurent de combattre la Réforme par ses propres armes. Une dispute avec Zwingle fut proposée. Pour être certains de la victoire, ils se réservèrent le choix du lieu et des arbitres. S'assurant que l'unique moyen d'avoir raison de la nouvelle foi serait de réduire ses chefs au silence, ils étaient bien décidés à ne pas laisser échapper Zwingle, si jamais il leur tombait entre les mains. Ce complot s'ourdissait dans le plus grand secret.

La dispute devait avoir lieu à Bade, mais Zwingle ne s'y rendit pas. Le conseil de Zurich soupçonna les desseins des ennemis du réformateur. Voyant les bûchers qui s'élevaient dans les cantons catholiques à l'intention des confesseurs de l'Évangile, il défendit à son pasteur de s'exposer à ce danger. Quant à Zwingle, il était prêt à rencontrer à Zurich tous les délégués que Rome pourrait y envoyer; mais aller à Bade, où le sang des martyrs venait de couler, c'était courir à une mort certaine. OEcolampade et Haller furent choisis pour représenter le réformateur, tandis que Eck, le porte-parole de Rome, était secondé par une armée de savants docteurs et de prélats.

Bien que Zwingle ne fût pas présent à la conférence, il y fit néanmoins sentir son influence. Les secrétaires étaient tous choisis parmi les ennemis de la Réforme et il était défendu à d'autres de prendre des notes sous peine de mort. Malgré cela, Zwingle recevait chaque jour un rapport fidèle de ce qui se faisait à Bade. Un étudiant, qui assistait à la dispute, faisait chaque soir un relevé des arguments présentés au cours de la journée. Deux autres étudiants étaient chargés de remettre chaque jour ces résumés à Zwingle avec les lettres quotidiennes d'OEcolampade. Le réformateur y répondait en ajoutant ses conseils et ses suggestions. Ses lettres, écrites la nuit, étaient portées à Bade le lendemain matin par les étudiants. Ceux-ci, pour tromper la vigilance des gardes placés aux portes de la ville, y entraient portant des paniers de volaille sur la tête.

C'est ainsi que Zwingle soutenait la bataille contre ses rusés antagonistes. « Il a plus travaillé, dit Myconius, par ses méditations, ses veilles, ses conseils et ses recommandations, qu'il ne l'eût fait en assistant lui-même à la dispute. » (Myconius, Vita Zwingli, p.10.)

Les partisans du pape, assurés de leur triomphe, étaient arrivés à Bade en vêtements de soie et parés de bijoux. Traités royalement, ils s'asseyaient à une table chargée des mets les plus recherchés et des vins les plus fins. Ils se délassaient du poids de leurs devoirs ecclésiastiques par des réjouissances et des festins. Les réformateurs offraient avec eux un contraste frappant. Leur mise simple les eût fait prendre pour des mendiants, et leur frugalité pour des ascètes. L'hôte d'OEcolampade, qui l'épiait dans sa chambre, le surprenait toujours soit à l'étude, soit en prière, et rapporta avec étonnement que cet hérétique était en tout cas « très dévôt ».

À l'ouverture de la conférence, le docteur « Eck monta fièrement dans une chaire magnifiquement décorée, tandis que l'humble OEcolampade, chétivement vêtu, prenait place en face de son superbe adversaire sur un tréteau grossièrement travaillé ». Eck parlait d'une voix retentissante et avec une imperturbable assurance; son zèle était stimulé par l'or aussi bien que par les honneurs : le défenseur de la foi devait, en effet, recevoir une importante rémunération. Quand les arguments lui manquaient, il avait recours aux injures et aux imprécations.

OEcolampade, naturellement timide et modeste, avait longtemps hésité à prendre part à la dispute; il ne s'y était décidé qu'en faisant à l'avance cette protestation solennelle : « Je ne reconnais pour règle de foi que la Parole de Dieu. » Doux et courtois, il se montra à la fois érudit et inébranlable. Tandis que les champions de l'Église faisaient constamment appel à l'autorité et aux usages de l'Église, le réformateur en appelait invariablement aux saintes Écritures. « La coutume, disait-il, n'a de valeur dans notre Suisse que par la constitution : or, en matière de foi, la constitution, c'est la Bible. »

Le contraste entre les deux antagonistes ne fut pas sans produire son effet. Le calme, la sérénité et la modestie du réformateur, aussi bien que la clarté de ses exposés, le recommandaient à ses auditeurs, qui se détournaient avec dégoût des affirmations bruyantes et orgueilleuses du docteur Eck.

La dispute dura dix-huit jours. Les papistes s'en attribuèrent bruyamment la victoire. Comme la plupart des délégués étaient partisans de Rome, la diète décida que les réformateurs avaient été battus et qu'ils étaient avec Zwingle, leur chef, retranchés de la communion de l'Église. Mais les résultats de cette conférence montrèrent où était la vérité. La cause protestante en reçut une puissante impulsion et, peu après, les villes importantes de Bâle et de Berne se déclarèrent pour la Réforme.
 

PROGRÈS DE LA RÉFORME EN ALLEMAGNE

La disparition mystérieuse de Luther avait jeté toute l’Allemagne dans la consternation. On se demandait ce qu’il était devenu. Les rumeurs les plus extravagantes circulaient. Beaucoup croyaient qu’il avait été assassiné. Il était pleuré, non seulement par ses partisans déclarés, mais aussi par bien des gens qui n’avaient pas encore pris position pour la Réforme. Et plusieurs juraient solennellement de venger sa mort.

Les dignitaires de l’Église virent avec terreur à quel point l’opinion publique leur était hostile. Après s’être réjouis de la mort présumée de Luther, ils ne tardèrent pas à désirer se mettre à l’abri de la colère du peuple. Les ennemis de Luther n’avaient pas été aussi déconcertés par ses actes les plus retentissants qu’ils ne l’étaient par sa disparition. Ceux qui, dans leur rage, avaient demandé le sang du hardi réformateur, étaient épouvantés maintenant qu’il n’était plus qu’un captif. « Le seul moyen qui nous reste pour sauver notre cause, disait l’un d’eux, c’est d’allumer des torches, d’aller chercher Luther dans le monde entier et de le rendre à la nation qui le réclame. » L’édit impérial semblait frappé d’impuissance et les légats du pape étaient indignés en constatant que cet édit retenait infiniment moins l’attention que le sort de leur adversaire.

La nouvelle que Luther était en sécurité, quoique prisonnier, calma les craintes populaires et enflamma l’enthousiasme en sa faveur. On lut ses écrits avec plus de ferveur. Ceux qui épousaient la cause du héros qui avait soutenu les droits de la Parole de Dieu dans des circonstances aussi tragiques augmentaient de plus en plus. La Réforme prenait de jour en jour des forces nouvelles. La semence que Luther avait jetée fructifiait de toutes parts. Son absence faisait ce que sa présence n’eût pu accomplir. En outre, ses collaborateurs sentaient sur eux une plus grande responsabilité maintenant que leur chef leur était enlevé. Animés d’une foi et d’une ardeur nouvelles, ils redoublaient d’efforts pour que l’oeuvre si noblement commencée ne souffrît pas de retard.

Mais Satan ne restait pas inactif. Comme il l’avait toujours fait dans des circonstances analogues, il tenta d’opposer à l’oeuvre de la Réforme une contrefaçon destinée à séduire et à perdre les âmes. De même qu’il y avait au premier siècle de l’Église de faux christs, il s’éleva au seizième siècle de faux prophètes.

Quelques hommes, vivement impressionnés par l’effervescence qui régnait dans le monde religieux, et imaginant avoir reçu des révélations du ciel, se dirent spécialement élus de Dieu pour parachever l’oeuvre de réforme ébauchée par Luther. En réalité, ils démolissaient ce que le réformateur avait édifié. Rejetant le grand principe qui était à la base de la Réforme : la Parole de Dieu prise comme unique règle de foi et de vie, ils substituaient à cette règle infaillible et immuable la norme variable et incertaine de leurs sentiments et de leurs impressions. Or, dès que l’on supprime la grande pierre de touche de la vérité et de l’erreur, rien n’empêche plus Satan de dominer à sa guise sur les esprits.

L’un de ces prophètes prétendait recevoir ses instructions de l’ange Gabriel. Un étudiant qui se joignit à lui abandonna ses études en déclarant que Dieu lui-même l’avait investi de sagesse pour expliquer les Écritures. D’autres, enclins au fanatisme, s’associèrent à eux. Ces enthousiastes provoquèrent une vive sensation. La prédication de Luther avait fait éprouver partout le besoin d’une réforme et, maintenant, ces âmes réellement honnêtes étaient séduites par les prétentions des nouveaux prophètes.

Les chefs du mouvement se rendirent à Wittenberg pour y présenter leur doctrine à Mélanchthon et à ses collègues. « Nous sommes envoyés de Dieu pour enseigner le peuple, dirent-ils. Nous avons avec le Seigneur des conversations familières; nous connaissons les choses à venir; en un mot, nous sommes apôtres et prophètes et nous en appelons au docteur Luther. »

Les réformateurs furent étonnés et perplexes. Il y avait là un élément qu’ils n’avaient jamais rencontré, et ils ne savaient quelle ligne de conduite adopter. « Il y a, disait Mélanchthon, des esprits extraordinaires dans ces hommes : mais quels esprits?... D’un côté, prenons garde d’éteindre l’Esprit de Dieu et, de l’autre, d’être séduits par l’esprit du diable. »

Les fruits du nouvel enseignement devinrent bientôt manifestes. Les gens en étaient arrivés à négliger les Écritures, et même à les rejeter entièrement. La confusion envahit les écoles. Méprisant toute discipline, les étudiants abandonnaient leurs études et quittaient l’Université. Des gens qui se croyaient appelés à ranimer et à diriger l’oeuvre de la Réforme ne réussissaient qu’à la conduire à deux doigts de sa perte. Reprenant confiance, les romanistes s’écriaient avec joie: « Encore un dernier effort, et la cause sera gagnée. »

Apprenant ce qui se passait, Luther, alarmé, écrivit de sa retraite de la Wartbourg : « J’ai toujours pensé que Satan nous enverrait cette plaie. » Discernant la véritable nature de ces soi-disant prophètes, il vit le danger qui menaçait la cause de la vérité. L’opposition du pape et de l’empereur ne lui avait pas occasionné autant de soucis. Des rangs mêmes de la Réforme sortaient ses pires ennemis. Des vérités qui avaient apporté la joie et la consolation suscitaient maintenant des disputes et jetaient le désordre dans l’Église.

Dans son oeuvre de réforme, Luther avait été poussé par l’Esprit de Dieu plus loin qu’il ne l’avait prévu. Il n’avait pas prémédité de prendre l’attitude à laquelle il était arrivé, ni d’introduire des réformes aussi radicales. Il n’avait été qu’un instrument dans la main du Tout-Puissant, et pourtant il avait souvent tremblé pour les résultats de son oeuvre. « Si je savais, avait-il dit, que ma doctrine nuisît à un homme, à un seul homme, simple et obscur (ce qui ne peut être, car elle est l’Évangile même), plutôt dix fois mourir que de ne pas me rétracter. »

Et maintenant, Wittenberg même, la citadelle de la Réforme, tombait rapidement au pouvoir du fanatisme et de l’anarchie! Cette triste situation n’était pas la conséquence des enseignements de Luther, mais ses ennemis, dans toute l’Allemagne, l’en rendaient responsable! Dans son amertume, il se demandait parfois : « Est-ce donc là que devait aboutir cette grande oeuvre de réforme? » À d’autres moments, lorsqu’il avait prié avec ardeur, la paix rentrait dans son coeur : « L’oeuvre est la tienne et non la mienne, disait-il à Dieu; et tu ne permettras pas que le fanatisme et la superstition la corrompent. » Mais la pensée de rester plus longtemps éloigné du champ de bataille lui devenant intolérable, il se décida à rentrer sans délai à Wittenberg.

C’était un périlleux voyage. Il était au ban de l’empire; ses ennemis avaient le droit de le tuer; ses amis ne devaient ni l’assister ni lui donner asile, et le gouvernement impérial adoptait les mesures les plus rigoureuses contre ses adhérents. Mais voyant que l’oeuvre de l’Évangile était en danger, il se lança courageusement dans la mêlée au nom de l’Éternel.

Dans une lettre à l’électeur, après avoir annoncé son intention de quitter la Wartbourg, il ajoutait : « Il faut que votre Altesse sache que je me rends à Wittenberg sous une protection plus puissante que celle d’un électeur. Je ne pense nullement à solliciter le secours de votre Altesse; et bien loin de désirer qu’elle me protège, je voudrais plutôt la protéger moi-même. Si je savais que votre Altesse voulût ou pût me protéger, je n’irais pas à Wittenberg. Aucune épée ne peut venir en aide à cette cause, c’est Dieu seul qui doit agir, sans secours ni concours humain. C’est celui qui a le plus de foi qui protège le plus. »

Dans une seconde lettre, écrite en cours de route, il déclarait : « Je suis prêt à accepter la défaveur de votre Altesse et la colère du monde entier. Les habitants de Wittenberg ne sont-ils pas mes ouailles? N’est-ce pas Dieu qui me les a confiés? Et ne dois-je pas, s’il le faut, pour eux m’exposer à la mort? Je crains d’ailleurs de voir éclater en Allemagne une grande révolte, par laquelle Dieu punira notre nation. »

C’est avec prudence et humilité, et pourtant avec une grande fermeté qu’il se remit à la tâche. « C’est par la Parole qu’il faut combattre, disait-il; par la Parole qu’il faut renverser et détruire ce qui a été fondé par la violence. Je ne veux pas qu’on emploie la force contre les superstitieux, ni contre les incrédules.... Nul ne doit être contraint. La liberté est l’essence de la foi. »

Le bruit ne tarda pas à se répandre dans Wittenberg que Luther était de retour et qu’il allait prêcher. On accourut de toutes les directions et l’église fut bientôt pleine à déborder. Le réformateur monta en chaire, instruisit, exhorta, censura avec une grande sagesse et une grande douceur. Parlant de ceux qui s’étaient livrés à des actes de violence pour abolir la messe, il déclara :

« La messe est une mauvaise chose; Dieu en est l’ennemi; elle doit être abolie; et je voudrais qu’elle fut dans l’univers entier, remplacée par la Cène de l’Évangile. Mais que l’on n’en arrache personne avec violence. C’est à Dieu qu’il faut remettre la chose. C’est sa Parole qui doit agir, et non pas nous. Vous demandez pourquoi? -- Parce que je ne tiens pas le coeur des hommes dans ma main comme le potier tient l’argile dans la sienne. Nous avons le droit de dire; nous n’avons pas celui d’agir. Prêchons : le reste appartient à Dieu. Si j’emploie la force, qu’obtiendrai-je? des grimaces, des apparences, des singeries, des ordonnances humaines, des hypocrisies.... Mais il n’y aura ni sincérité de coeur, ni foi, ni charité. Tout manque dans une oeuvre où manquent ces trois choses, et je n’en donnerais pas... la queue d’une poire. Dieu fait plus par sa seule Parole que si vous, moi, et le monde entier réunissions toutes nos forces. Dieu s’empare du coeur et le coeur une fois pris, tout est pris...

« Je veus prêcher, je veus parler, je veux écrire; mais je ne veux contraindre personne, car la foi est une chose volontaire. Voyez ce que j’ai fait! je me suis élevé contre le pape, les indulgences et les papistes, mais sans tumulte et sans violence. J’ai mis en avant la Parole de Dieu, j’ai prêché, j’ai écrit; je n’ai pas fait autre chose. Et, tandis que je dormais,... cette Parole que j’avais prêchée a renversé le papisme, tellement que jamais ni prince, ni empereur ne lui ont causé tant de mal. Je n’ai rien fait : c’est la Parole seule qui a tout fait. Si j’avais voulu en appeler à la force, l’Allemagne eût peut-être été inondée de sang, mais qu’en eût-il résulté? Ruine et désolation pour les âmes et pour les corps. Je suis donc resté tranquille, et j’ai laissé la Parole elle-même courir le monde. »

Jour après jour, pendant une semaine entière, Luther prêcha devant des foules avides. La Parole de Dieu rompit le charme du fanatisme. La puissance de l’Évangile ramena les égarés dans la voie de la vérité.

Luther ne désirait pas rencontrer les fanatiques, auteurs de tout le mal. Il les savait déséquilibrés, livrés à leurs passions. Se disant spécialement inspirés d’en haut, ils ne pouvaient supporter ni réprimande, ni contradiction, ni même le conseil le plus bienveillant. S’arrogeant une autorité suprême, ils exigeaient que leurs prétentions fussent reconnues sans examen. Mais comme ils lui demandaient une entrevue, il la leur accorda et les démasqua si bien qu’ils quittèrent aussitôt Wittenberg.

Le fanatisme, réprimé pour un temps, éclata de nouveau quelques années plus tard avec plus de violence, et avec des conséquences plus lamentables. Des chefs de ce mouvement, Luther écrivait ce qui suit : « L’Écriture n’étant pour eux qu’une lettre morte, ils se mettent tous à crier : L’Esprit! l’Esprit! Je ne les suivrai certes pas là où leur esprit les mène! Que Dieu, dans sa miséricorde, me préserve d’une Église où il n’y a que des saints. Je veux demeurer là où il y a des humbles, des faibles, des malades, qui connaissent et sentent leur péché, qui, soupirent et crient sans cesse à Dieu, pour obtenir sa consolation et son secours. »

Thomas Munzer, le plus actif de ces fanatiques, était doué de grands talents qui, sagement employés, lui eussent permis de faire du bien; mais il n’avait pas appris les premiers éléments de la religion. « Possédé du désir de réformer le monde, il oubliait, comme tous les enthousiastes, que c’était par lui-même que la réforme devait commencer. » Ambitieux, il n’admettait aucune direction, pas même celle de Luther. Il déclarait qu’en substituant l’autorité de la Parole de Dieu à celle du pape, les réformateurs n’avaient fait que ramener la papauté sous une nouvelle forme. Il prétendait avoir reçu le mandat du ciel d’établir la vraie réforme. « Celui qui possède cet esprit, disait-il, possède la vraie foi, quand même il ne verrait jamais l’Écriture sainte. »

Jouets de leurs impressions, ces illuminés considéraient toutes leurs pensées comme la voix de Dieu. Ils se laissaient aller aus pires extrémités, jusqu’à jeter la Bible au feu, en disant : « La lettre tue, mais l’esprit vivifie. » Les enseignements de Munzer donnaient toute satisfaction à ceux qui demandaient du merveilleux, en même temps qu’ils flattaient leur orgueil en plaçant virtuellement les idées et les opinions humaines au-dessus de la Parole de Dieu. Des milliers de gens se rangeant à sa doctrine, il dénonça bientôt tout ordre dans le culte public et déclara que rendre obéissance aux princes, c’était vouloir servir Dieu et Bélial.

Le peuple, qui commençait à rejeter le joug du pape, devenait également impatient sous le joug de l’autorité civile. Les enseignements révolutionnaires de Munzer, qui les présentait comme venant de Dieu, l’amenèrent à renoncer à toute espèce de frein et à donner libre cours à ses penchants et à ses passions. Il en résulta des scènes grotesques, des séditions et des violences, au point que certaines contrées de l’Allemagne furent inondées de sang.

Luther revécut alors les heures d’agonie passées autrefois à Erfurt. Les princes du parti romain déclaraient -- et beaucoup de gens étaient disposés à ajouter foi à leur affirmation -- que cette révolution était le fruit légitime de ses doctrines. Bien que cette accusation n’eût pas une ombre de vraisemblance, elle ne laissa pas de causer au réformateur une peine infinie. Que l’oeuvre de la vérité fût calomniée au point d’être mise sur un pied d’égalité avec le plus vil fanatisme, c’était presque plus qu’il ne pouvait endurer. D’autre part, haï des chefs de l’hérésie dont il avait combattu les doctrines et avait nié les prétentions à l’inspiration, les déclarant rebelles à l’autorité civile et séditieux, il était traité par eux de vil imposteur. Le réformateur semblait s’être aliéné tant les princes que le peuple.

Dans leur joie, les romanistes attendaient la chute prochaine de la Réforme et accusaient Luther des erreurs mêmes qu’il avait combattues avec le plus d’énergie. De son côté, le parti des fanatiques, prétendant avoir été injustement traité, s’attirait les sympathies d’un grand nombre de gens, et, comme c’est souvent le cas de ceux qui souffrent pour une mauvaise cause, il faisait figure de martyr. Cette oeuvre de Satan était animée d’un esprit de révolte analogue à celui qui s’était manifesté dans le ciel à l’origine.

Satan cherche constamment à inciter les hommes à appeler le mal bien et le bien mal. Et cela lui réussit à merveille. Que de serviteurs de Dieu s’exposent au blâme et à l’opprobre pour avoir défendu courageusement la vérité! On voit des suppôts de Satan loués, flattés, considérés comme martyrs, tandis que des chrétiens respectables et fidèles sont laissés à l’écart sous le coup de la suspicion et de l’opprobre. La fausse sainteté, la sanctification apocryphe, continue cette oeuvre de mystification. Sous différentes formes, elle manifeste aujourd’hui le même esprit qu’aux jours de Luther. Elle détourne l’attention des saintes Écritures et pousse à prendre pour règle la conscience, le sentiment et les impressions plutôt que la loi de Dieu. C’est un des moyens les plus subtils de Satan pour jeter l’opprobre sur la pureté et la vérité.

Intrépide, Luther défendait l’Évangile contre toutes les attaques, quelle qu’en fût la provenance. Dans tous ces conflits, la Parole de Dieu s’avérait une arme puissante. Avec elle, il combattait aussi bien les usurpations du pape que la philosophie scolastique, et, grâce à elle encore, il s’opposait, ferme comme un rocher, au fanatisme qui tentait de se joindre à la Réforme.

Ces éléments adverses visaient, chacun à sa façon, à mettre de côté les saintes Écritures au profit de la sagesse humaine exaltée comme la source de toute vérité religieuse et de toute connaissance. Le rationalisme idolâtre la raison et en fait le critère de la religion. Le romanisme réclame pour le souverain pontife une inspiration qui -- dérivée d’une succession ininterrompue depuis les jours des apôtres -- cache tous les genres d’extravagances et de falsifications sous le manteau sacré du mandat apostolique. L’inspiration dont se réclamaient Munzer et ses collaborateurs procédait des divagations de leur imagination et ne reconnaissait aucune autorité soit divine soit humaine. Le christianisme, au contraire, voit dans la Parole de Dieu le grenier d’abondance de la vérité inspirée et la pierre de touche de toute inspiration.

À son retour de la Wartbourg, Luther acheva sa traduction du Nouveau Testament. Peu après, l’Évangile était donné au peuple allemand dans sa propre langue. Tous les amis de la vérité accueillirent cette traduction avec une grande joie, tandis qu’elle fut rejetée avec mépris par les partisans de la tradition et des commandements d’hommes.

À la pensée que le peuple serait désormais en possession des oracles de Dieu, qu’il pourrait discuter avec eux sur la religion et dévoiler leur ignorance, les prêtres s’alarmèrent. Les armes de leur raisonnement charnel se trouvaient impuissantes contre l’épée de l’Esprit. Aussi Rome fit-elle appel à toute son autorité pour empêcher la diffusion des saintes Écritures. Mais les décrets, les anathèmes et les tortures furent inutiles. Plus se multipliaient les condamnations et les défenses, plus on se montrait désireux de connaître l’enseignement de la Parole de Dieu. Tous ceux qui savaient lire voulaient en faire une étude personnelle. On la portait avec soi, on la lisait, on la relisait et on ne se donnait aucun repos avant d’en avoir appris par coeur des portions considérables. En voyant la faveur avec laquelle le Nouveau Testament était accueilli, Luther se mit aussitôt en devoir de traduire aussi l’Ancien Testament, qu’il publia par fragments.

Ses ouvrages recevaient un accueil empressé dans les villes et dans les villages. « Ce que Luther et ses amis composaient, d’autres le répandaient. Des moines, convaincus de l’illégalité des liens monastiques, désireux de faire succéder une vie active à leur longue paresse, mais trop ignorants pour annoncer eux-mêmes la Parole de Dieu, parcouraient les provinces, les hameaux, les chaumières en vendant les livres de Luther et de ses amis. L’Allemagne fut bientôt couverte de ces hardis colporteurs. »

Ces écrits étaient étudiés avec avidité par riches et pauvres, savants et ignorants. Le soir, les instituteurs des écoles de village les lisaient à haute voix aux groupes attentifs qui se réunissaient au coin du feu. Partout des âmes étaient gagnées à la vérité et s’empressaient de la communiquer à d’autres.

Ainsi se justifiaient ces paroles inspirées : « La révélation de tes paroles éclaire, elle donne de l’intelligence aux simples. » (
Psaume 119.130 ) L’étude des Écritures transformait complètement les esprits et les coeurs. La domination du pape avait tenu le peuple sous le joug de fer de l’ignorance et de la dégradation et l’avait asservi à l’observation superstitieuse d’un culte extérieur où le coeur et l’intelligence n’avaient qu’une petite part. La prédication de Luther, en revanche, qui mettait en relief les vérités simples de la Parole de Dieu, puis cette Parole elle-même placée entre toutes les mains éveillaient les facultés engourdies, purifiaient et ennoblissaient la nature spirituelle de l’homme et communiquaient à l’intelligence une force et une vigueur nouvelles.

On pouvait voir des personnes de tous rangs qui, les Écritures en main, défendaient les doctrines de la Réforme. Les papistes, qui avaient laissé aux prêtres et aux moines le monopole de l’étude de la Bible, invitaient maintenant ces derniers à réfuter les nouveaux enseignements. Mais, ignorant les saintes Écritures et la puissance de Dieu, le clergé et les religieux étaient réduits au silence par ceux qu’ils taxaient d’ignorance et d’hérésie. « Malheureusement, disait un auteur catholique, Luther avait persuadé les siens qu’il ne fallait ajouter foi qu’aux oracles des livres saints. » Des foules se réunissaient pour entendre la vérité présentée par des hommes du commun peuple, et même pour les entendre discuter avec des savants et d’éloquents théologiens. La honteuse ignorance de ces grands hommes était mise à nu par la réfutation de leurs arguments à l’aide de simples enseignements de la Parole de Dieu. Des ouvriers, des soldats, des femmes et des enfants connaissaient mieux les Écritures que les prêtres et les savants.

Le contraste entre les disciples de l’Évangile et les partisans des superstitions romaines n’était pas moins manifeste chez les savants que parmi le peuple. « En face des vieux soutiens de la hiérarchie, qui avaient négligé la connaissance des langues et la culture des lettres (c’est l’un d’eux qui nous l’apprend), se trouvait une jeunesse généreuse, adonnée à l’étude, approfondissant les Écritures et se familiarisant avec les chefs-d’oeuvre de l’antiquité. Ces hommes, doués d’une vive intelligence, à l’âme élevée et au coeur intrépide, acquirent bientôt de telles connaissances que de longtemps nul ne put se mesurer avec eux.... Aussi, quand ces jeunes défenseurs de la Réforme se rencontraient dans quelque assemblée avec les docteurs de Rome, ils les attaquaient avec une aisance et une assurance telles que ces hommes ignorants hésitaient, se troublaient et tombaient aux yeux de tous dans un juste mépris. »

Voyant leurs auditoires diminuer, les prêtres firent appel aux magistrats et usèrent de tous les moyens à leur portée pour ramener leurs ouailles. Mais le peuple avait trouvé dans les enseignements nouveaux la satisfaction de ses besoins spirituels; aussi se détournait-il de ceux qui l’avaient si longtemps nourri des misérables aliments de la superstition et de la tradition humaines.

Quand les propagateurs de la vérité étaient persécutés, ils suivaient cet ordre du Christ : « Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. » (
Matthieu 10.23 ) Ainsi, la lumière pénétrait en tous lieux, car les fugitifs voyaient toujours s’ouvrir devant eux quelque porte hospitalière. Durant leur séjour en un endroit, ils prêchaient Jésus-Christ dans l’église; et, quand cette faveur leur était refusée, dans les maisons particulières ou en plein air. Tout lieu où ils pouvaient réunir un auditoire devenait un temple. Proclamée avec une telle énergie, la vérité se répandait avec une irrésistible puissance.

En vain, on faisait appel aux autorités ecclésiastiques et civiles pour écraser l’hérésie; en vain, on avait recours à la prison, à la torture, au feu et à l’épée. Des milliers de croyants scellaient leur foi de leur sang, néanmoins l’oeuvre progressait. La persécution contribuait à la diffusion de la vérité, et le fanatisme par lequel Satan avait tenté de la corrompre, n’eut d’autre résultat que de faire éclater le contraste entre l’oeuvre de l’ennemi et celle de Dieu.
/ la tragedie des siecles, ellen white estate, ellen gould white, ellen white books, la tragedie des siecles, ellen white estate, ellen gould white, ellen white books, la tragedie des siecles, ellen white estate, ellen gould white, ellen white books,
bible society, bible society, bible society,

  jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne,  jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne,  jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne, jesus christ sauve, évangile selon jésus christ, mission chrétienne,

 3rd world war

9/11 documentary

9/11 mysteries

Aaron shust

Aaron shust 2

Aaron shust 3

Aaron shust 4

Aaron shust 5

Abraham movie

A call to medical evangelism

A media tintas movie

A punto de lanza movie

Acts of the apostles movie

Acts of the apostles book

Adam and eve movie

Adventist home book

Adventist news

Adventist news 2

Adventist youth

Aids a hoax

Aims of the Papacy

Alberto Rivera

Alejandro Bullon

Amy grant

Amy grant 2

Amy grant 3

Amy grant 4

Amy grant 5

An appeal to mothers

An appeal to the youth

Asscherick david

Asscherick david the certain identity of the antichrist

Asscherick david eyes wide shut

Asscherick david what do you expect?

Asscherick david prophecy answers

Asscherick david prophecy answers 4

Asscherick david babylone is alive and well

Asscherick david because of those who sat

Asscherick david four your faith

Asscherick david how Jesus will return

Asscherick david how near is the end?

Asscherick david how not to get the mark of the beast

Asscherick david logic of revival

Asscherick david there is really a final judgment

Asscherick david the USA in Bible prophecy

Attraction-tube.com links

Audio bible

Audio bible genesis

Audio bible exodus

Audio bible leveticus

Audio bible numbers

Audio bible deuteronomy

Audio bible joshua

Audio bible judges

Audio bible ruth

Audio bible 1 samuel

Audio bible 2 samuel

Audio bible 1 kings

Audio bible 2 kings

Audio bible 1 chronicles

Audio bible 2 chronicles

Audio bible ezra

Audio bible nehemiah

Audio bible esther

Audio bible job

Audio bible psalms

Audio bible proverbs

Audio bible ecclesiastes

Audio bible song of solomon

Audio bible isaiah

Audio bible jeremiah

Audio bible lamentations

Audio bible ezekiel

Audio bible daniel

Audio bible hosea

Audio bible joel

Audio bible amos

Audio bible obadiah

Audio bible jonah

Audio bible micah

Audio bible nahum

Audio bible habakkuk

Audio bible zephaniah

Audio bible haggai

Audio bible zechariah

Audio bible malachi

Audio bible matthew

Audio bible mark

Audio bible luke

Audio bible john

Audio bible acts of the apostles

Audio bible romans

Audio bible 1 chorintians

Audio bible 2 chorintians

Audio bible galatians

Audio bible ehpesians

Audio bible philipians

Audio bible colosians

Audio bile 1 thesalonians

Audio bible 2 thesalonians

Audio bible 1 timothy

Audio bible 2 timothy

Audio bible titus

Audio bible philemon

Audio bible hebrews

Audio bible james

Audio bible 1 peter

Audio bible 2 peter

Audio bible 1 john

Audio bible 2 john

Audio bible 3 john

Audio bible jude

Audio bible revelation

Avalon

Avalon 2

Avalon 3

Avalon 4

Babylonian connection

Barrabas movie

Bass songs

Benny munoz

Benny munoz 2

Benny munoz 3

Best of christian rap

Best of christian rap 2

Best of christian rap 3

Bob marley

Brian doerksen

Bullon nahum 4

Bullon nahum 5

Bullon phoenix 1

Bullon phoenix 2

Bullon phoenix 7

Bullon phoenix 8

Bullon abdias 1

Bullon abdias 2

Bullon abdias 3

Bullon abdias 4

Bullon abdias 5

Bullon abdias 8

Bullon cuba

Bullon el hombre

Bullon nahum 2

Bullon phoenix 3

Bullon phoenix 4

Bullon phoenix 5

Canticos cristianos

Canticos cristianos 2

Casting crowns

Casting crowns 2

Casting crowns 3

Casting crowns 4

Casting crowns 5

Catherine de medicis

C.D. Brooks

C.D. Brooks questions and answers

Chenonceau castle

Child guidance book

Children bible

Children bible 2

Children bible 3

Children bible 4

Children bible 5

Children bible 6

Children bible 7

Children bible 8

Children bible 9

Children bible 10

Children bible 11

Children bible French

Christian education book

Christian experience and teachings book

Christian leadership book

Christian music

Christian music 2

Chris tomlin

Chris tomlin 2

Chris tomlin 3

Christ's object lessons book

Christian music medley

Christian persecution

Clifford goldstein

Conflict in the last days book

Cosmic conflict

Craig dean and philips

Craig dean and philips 2

Creation evolution debates

Creation evolution debates infidel guy

Creation evolution debates dr Shermer

Creation evolution debates rainbow

Creatures that defy evolution

Darlene zschech

Darlene zschech 2

Darlene zschech 3

Darlene zschech what is worship?

David and goliath movie

David gates

David gates faith camp 1

David gates faith camp 2

David gates faith camp 4

David gates faith camp 5

David gates faith camp 7

David gates faith camp 9

David gates faith camp 10

David gates faith camp 11

David gates faith camp 12

David gates faith camp 14

David gates faith camp 15

David gates faith camp 16

David gates faith camp 17

David gates faith camp 18

David gates faith camp 21

David gates  converging crisis

David gates converging crisis 2

David gates crossing the jordan

David gates crossing the jordan 2

David gates crossing the jordan 3

David gates death of laodicea

David gates extreme faith

David gates faith camp

David gates i have heard my people's cry

David gates faith in action

David gates in guam

David gates gospel ministries

David gates questions and answers

David gates will the real adventist stand up?

David gentry center of the earth

David gentry creation's tiny mysteries

David gentry dark clouds of the big bang

David gentry fingerprints of creation

David gentry microscopic chances

David gentry polonium halos

David gentry what horrors the hubble wouldn't face

Design and logos in biology

Desire of ages

Documentarytube.yolasite.com

Does God exist?

Donnie mc clurckin

Doug batchelor

Doug batchelor dragon's egg

Doug batchelor elijah

Doug batchelor elijah 2

Doug batchelor elijah 3

Doug batchelor final countdown

Doug batchelor final events

Doug batchelor God's mighty men

Doug batchelor is there anything we can trust?

Doug batchelor jewelry

Doug batchelor from pit to palace

Doug batchelor rest of the story

Doug batchelor revelation rapture

Doug batchelor road to emaus

Doug batchelor sda christians

Down here

Dr day bird flu hoax

Dr day diseases don't just happen

Dr day what does the bible say about doctors?

Dr day he loves me 

Dr day vaccines

Dr hoffer

Ellen white summit

Ellen white summit 2

El reino de david

El rey salomon movie

Encore un peu de patience

Enfrentando a los gigantes movie

Evolution, foundation for the antichrist

Evolution, foundation for the antichrist 2

Evolutionists refuse to debate creationists

Fernando ortega

Fireflight

Fireflight 2

Food as medicine

France protestante

Free books

French Hugenots

Gaither homecoming

Goals of the papacy

Gospel of John movie

Health

Healthtube.yolasite.com

Henri 4

Henri 4 assasinat

Henri 4 vive l'amour

Hillsong

Hillsong 2

Hillsong 3

Hillsong God he reigns

Hillsong hope

Hillsong live

Hillsong Saviour king

Hillsong united we stand

Hillsong delirious

Histoire de France radio

History of the jesuits

History of spiritualism

History of the waldenses

History's turning points

How was the sabbath changed?

Hugh ross creation as a science

Hugo gambetta

Hugo gambetta amonestacion solemne

Hugo gambetta apostasia omega

Hugo gambetta fiesta cocecha

Hugo gambetta informes

Hugo gambetta ley dominical

Hugo gambetta mensage de elias

Hugo gambetta obreros de la hora undecima

Hugo gambetta pasa esto llamados

Hugo gambetta purificacion del sanctuario

Hugo gambetta siete senales

Hugo gambetta plan de salvacion

Illuminati the history channel

In the footsteps of Paul

Jacob movie

Jacob movie 2

Jan marcussen

Jan marcussen 1

Jan marcussen 3

Jan marcussen 4

Jan marcussen 5

Jan marcussen 6

Jan marcussen 7

Jan marcussen 8

Jan marcussen 9

Jan marcussen 10

Jan marcussen 11

Jan marcussen 12

Jan marcussen 13

Jan marcussen 14

Jan marcussen 15

Jan marcussen 16

Jan marcussen 17

Jan marcussen 18

Jan marcussen 19

Jan marcussen 20

Jan marcussen 21

Jan marcussen 22

Jan marcussen 23

Jan marcussen 25

Jan marcussen 26

Jan marcussen 27

Jan marcussen 28

Jan marcussen 29

Jan marcussen 34

Jan marcussen 35

Jan marcussen 36

Jan marcussen 37

Jan marcussen 38

Jan marcussen 39

Jan marcussen 40

Jan marcussen 42

Jan marcussen beauty meets the beast

Jan paulsen

Jan paulsen night live

Jars of clay

Jars of clay 2

Jars of clay 3

Jars of clay 4

Jars of clay 5

Jars of clay 6

Jean bible audio

Jean calvin

Jean calvin 2

Joe maniscaclco

Joe maniscalso the waldenses

Joe maniscalco new world order

John the revelator

Jeremiah movie

Jeremy camp

Jeremy camp 2

Jeremy camp 3

Jésus est-il Dieu?

Jesus movies

Jesus ardian romero

Jesus adrian romero 2

Jesus adrian romero 3

Jesus of nazareth

Jesus movie english

Jesus movie french

Jesus movie spanish

John huss movie

John wycliffe movie

Jose elysée

Jose elysée 2

Jose elysée 3

Jose ocampo

Joseph movie

Joseph movie 2

Judas movie

Keepers of the flame

Keep the faith sunday law

Keep the faith sunday law is coming

Keep the faith sunday law and europe

Keep the faith sunday law and 9/11

Kees kraayenoord

Kent hovind age of the earth

Kent hovind dangers of evolution

Kent hovind dinausaurs

Kent hovind garden of eden

Kent hovind lies in the textbooks

Kent hovind lies in the textbooks 2

Kent hovind the bible and health

Kevin max

Kevin max 2

King david movie

King solomon documentary

King solomon movie

King's x

King's x 2

King's x 3

Kirk franklin

Kirk franklin 2

Kutless

Kutless 2

L'ancre de notre foi

L'enfer as t-il une fin?

L'espoir

La bible décodée

La femme en écarlate  

La grande tribulation

La luz del mundo

La marque de la bête

La porte des brebis

La pratique du sabbat

La prophétie de Daniel

La tragédie des siècles

La vie d'abraha

Le meilleur est a venir

Le péché sans pardon  

Le retour de Jésus

Le septième jour

Le signe éternel

Le spiritisme démasqué  

Le témoignage de Jésus révélé

Le temple de l'Apocalypse révélé

Le zoo de l'apocalypse

Le zoo de l'apocalypse 2

Le zoo de l'apocalypse 3

Le zoo de l'apocalypse 4

Le zoo de l'apocalypse 5

Le zoo de l'apocalypse 6

Le zoo de l'apocalypse 7

Lectures on creation

Lenny leblanc

Lenny leblanc 2

Les étonnantes prédictions

Les évènements a venir

Les saints de l'Apocalypse

Les signes de la fin

Les Usa en prophétie  

Links

Links 2

Links 3

Lincoln brewster

Los valles fertiles de mesopotamia

Louis 14

Lumière sur le sanctuaire 1,2

Lumière sur le sanctuaire 3,4

Lumière sur le sanctuaire 5,6

Lumière sur le sanctuaire 7,8

Marco barrientos

Marco barrientos cree todo es possible

Marco barrientos muestrame tu gloria

Marcos witt

Marcos witt 2

Marcos witt sana nuestra tiera

Marcos witt vencio

Mariachis cristianos

Marie antoinette 2006 movie

Mark woodman

Mark woodman is this the end of the world?

Mark finley

Mark finley alive at end times

Mark finley angel 911

Mark finley babylon

Mark finley beginning of the end

Mark finley bury the past

Mark finley countdown to eternity

Mark finley financial secrets

Mark finley greatest religious cover up

Mark finley health secrets

Mark finley hell

Mark finley mark of the beast

Mark finley near death experience

Mark finley new age

Mark finley personal peace

Mark finley remedy for tension

Mark finley revelation climax

Mark finley revelation judgment

Mark finley unpardonable sin

Mark finley why so many denominations?

Mark finley world in turmoil

Marqué à jamais

Martin luther movie

Mary magdalene movie

Mary mary

Matthew west

Matt redman

Maybe on sunday

Megavitamin and psychosis

Mercy me

Mercy me 2

Mercy me 3

Mercy me 4

Michael card

Michael card 2

Michael card 3

Michael card 4

Michael smith

Michael smith 2

Michael smith 3

Michael smith 4

Michael smith 5

Ministry of healing book

Mississippi mass choir

Mississippi mass choir 2

Mississippi mass choir 3

Mississippi mass choir 4

Modern health

Movies bible

Musée du désert

Musica cristiana

Musique chrétienne

Musique chrétienne 2

Musique chrétienne 3

Musique chrétienne 4

Napoleon

Napoleon 2

Napoleon 3

Napoleon 4

Natalie grant

Nature

Neville peter

Newsboys

Newsboys 2

Newsboys 3

Newsboys 4

New world order

New world order 2

Niacin therapy

Noah's ark movie

Nostradamus

One night with the king movie

Orthomolecular

Orthomolecular 2

Orthomolecular 3

Orthomolecular 4

Orthomolecular 5

Out of eden

Out of eden 2

Outcallmassageusa.com

Patriarchs and prophets book

Paul baloche

Paul baloche 2

Paul the apostle movie

Paul wilbur

Paul wilbur 2

Paul wilbur 3

Pilgrim's progress

Pilgrim's progress Cristiana

Pilgrim's progress 2

Pilgrim's progress 3

Pilgrim's progress audio

Point of grace

Point of grace 2

Prayer request

Prince caspian

Poésies

Prophecy

Prophecy 2

Prophecy 3

Prophecy 4

Prophetic interpretation

Prophets and kings book

Quand les bergers se transforment en Bètes

Quo vadis movie

Ramon gonzalez

Ramon gonzalez 2

Rebecca st james

Rebecca st james 2

Rebecca st james 3

Rebecca st james 4

Rebecca st james 5

Recovery from mental illness

Reine margot

Ring of power

Rise of the hugenots book

Rome's chalenge

Ruth

Salomon movie

Sabbath songs

Samson and delilah

Samson and delilah 2

Sandy patty

Schizofrenia and nutritional therapy

Selah

Sermons

Sex in the Bible

Smokescreens

Solomon movie 2

Stephen lewis

Stephen lewis 2

Stephen lewis 3

Stephen lewis 4

Strategic health systems

Stratling proof

Stryper

Stryper 2

Stryper 3

Stryper 4

Stryper 5

Stryper 6

Steps to Christ book

Swhitchfoot

Switchfoot 2

Tara leigh cobble

The case for the Creator

The chronicles of Narnia movie

The church in the wilderness

The debate

The french revolution history channel

The futur of psychiatry

The great debate

The great debate 2 wilder smith

The great commandment movie

The great controversy book

The health message

The indestructible book

The inquisition files

The inquisition files 2

The life of Jesus

The light of the world

The lost pages of christianity

The money masters

The origin of life

The revolutionary

The sabbath

The sanctuary

The secret of the jesuits

The seventh day

The seventh day 2

The seventh day 3

The seventh day 4

The seventh day 5

The ten commandments movie

The truth about the sabbath

The extreme oath of the jesuits

Theology debates

Thomas movie

Thoughts from the mount of blessing book

Time and creation Wilder smith

Toby mac

Toby mac 2

Toby mac 3

Toby mac 4

Toby mac 5

Tree 63

Twila paris

Versailles

Vineyard

Visiter le paris protestant

Visiter le paris protestant 2

Visiting paris the bible way

Visiting paris the bible way 2

Voice of prophecy

Voice of prophecy reunion

Walter Veith

Walter veith a woman rides the beast

Walter veith catholic islamic connections

Walter veith final conflict

Walter veith hidden agendas

Walter veith man behind the mask

Walter veith new age agendas

Walter veith origin of variety

Walter veith papacy admits sda truth

Walter veith revolution tyrants

Walter veith strange fire

Walter veith the wine of babylon

Walter veith u.n. and occult agendas

What is creation science?

Who controls the world?

Who has infiltrated the usa?

Why my mother did not become a Jehovah's witness?

Wintley phipps

William miler

World revolution

Yolanda adams

Yolanda adams 2

Your health your choice